Canal-U

Mon compte
Réseau Thématique de Recherche Milieux & Diversité

Les nuisibles arrivent en ville. Représentations et opinions des français (ZA Environnementale Urbaine)


Copier le code pour partager la vidéo :
<div style="position:relative;padding-bottom:56.25%;padding-top:10px;height:0;overflow:hidden;"><iframe src="https://www.canal-u.tv/video/rtr_midi/embed.1/les_nuisibles_arrivent_en_ville_representations_et_opinions_des_francais_za_environnementale_urbaine.58703?width=100%&amp;height=100%" style="position:absolute;top:0;left:0;width:100%;height: 100%;" width="550" height="306" frameborder="0" allowfullscreen scrolling="no"></iframe></div> Si vous souhaitez partager une séquence, indiquez le début de celle-ci , et copiez le code : h m s
Contacter la chaine
J’aime
Imprimer
partager facebook twitter

Les nuisibles arrivent en ville. Représentations et opinions des français (ZA Environnementale Urbaine)

5e colloque des Zones Ateliers – CNRS 

2000-2020, 20 ans de recherche du Réseau des Zones Ateliers

SESSION 8 -Nature en ville, trajectoires des socio-écosystèmes urbains


Les nuisibles arrivent en ville. Représentations et opinions des français (ZA Environnementale Urbaine)

Véronique Philippot ∗ 1, Sandrine Glatron† 2

 

1  Naturum Etudes Bureau d’études –  Naturum Etudes Bureau d’études –  rue RogerSalengro 37000 Tours, France

2  Laboratoire DynamE CNRS / Université de Strasbourg,  Misha, Strasbourg –  CNRS : UMR7367 – France


Résumé

Depuis le Néolithique, l’Homme doit faire face aux espèces concurrentes qui perçoivent le bétail comme des proies faciles et la concentration de la ressource végétale dans les cultures comme une aubaine.   La défense de ce qui est considéré  comme  des biens  passe par une logique de lutte induisant généralement la mise à mort d’animaux devenus nuisibles.  La chasse, fortement ancrée dans la ruralité française, s’est ainsi institutionnalisée depuis le Moyen-âge.  Cependant, l’urbanisation et le productivisme agricole poussent certains Vertébrés susceptibles de provoquer des dégâts vers les zones urbaines où ils trouvent  refuge et nourriture.   La nouvelle cohabita- tion forcée génère des tensions auxquelles les traditionnelles méthodes cynégétiques  ne peuvent répondre aisément.  Soixante-dix informateurs, ruraux ou urbains, répartis dans six zones géo- graphiques françaises, ont été sondés sur la question de l’intrusion en ville d’animaux appartenant au bestiaire rural tels que le renard roux Vulpes vulpes, le sanglier Sus scrofa, le blaireau Meles meles  et les corvidés  (surtout  le corbeau freux Corvus  frugilegus et la corneille noire Corvus corone ).  Les enquêtes ethnographiques permettent  de mieux cerner les perceptions et connais- sances mobilisées pour la construction d’opinions sur cette nouvelle cartographie biologique et l’avenir que le citadin veut leur réserver en ville.  Concernant le renard pour lequel les informa- teurs ont été proxiles, il s’agit du premier animal, devant le sanglier, spontanément cité comme nuisible bien que cette idée ne soit justifiable que pour une minorité.   L’animal,  fort symbole de la ruralité, est plutôt perçu positivement  et son apparition dans les villes peut être associée à une image d’heureuse  renaturalisation.   Les informateurs se représentent  le renard surtout comme le mangeur de poules et le prédateur à la campagne tandis qu’il  devient  le fouilleur de poubelles et l’opportuniste en ville.   Globalement,  ils ne croient pas en sa pullulation en zone rurale et, si tel est le cas localement, ceci trahirait des erreurs humaines comme l’élevage inten- sif.  L’idée  qu’il prolifère en ville apparaît comme plausible en raison de son adaptabilité.  Cela stigmatise les comportements vicieux humains tels le gaspillage alimentaire.  L’idée de risque sanitaire traditionnellement  associé au renard rural avec la rage est encore bien ancrée chez la moitié des informateurs mais ce risque, timidement  pointé du doigt pour le renard urbain,  se focalise plutôt autour de l’échinococcose alvéolaire.  Nos enquêtes montrent que les populations vulpines urbaines sont perçues, soit comme des victimes de l’expansion territoriale des villes soit comme une intrusion du sauvage en ville, ce qui crée un désordre mental.  Les discours sur les autres animaux reprennent des idées développées  pour le renard, avec les spécificités liées aux taxons et tournent autour des notions d’espèces gagnantes ou généralistes qui savent s’adapter aux activités  humaines et aux perturbations qu’elles génèrent.   Les propositions de gestion de ces dits nuisibles en ville sont multiples selon les sensibilités, entre laisser faire, écarter ou vivre avec.  Cette problématique est assimilable à celle des espèces invasives.

 

--

Programme et recueil des résumés à télécharger dans l'onglet documents ci-dessus.

Toutes les informations sur le site du colloque :

https://20ans-rza.sciencesconf.org/resource/page/id/5


 

commentaires


Ajouter un commentaire Lire les commentaires
*Les champs suivis d’un astérisque sont obligatoires.
Aucun commentaire sur cette vidéo pour le moment (les commentaires font l’objet d’une modération)
 

Dans la même collection

FMSH
 
Facebook Twitter
Mon Compte