Canal-U

Mon compte
Réseau Thématique de Recherche Milieux & Diversité

Mieux décrire pour mieux comprendre : la distribution spatiale des espèces exotiques envahissantes en ville.(ZA Loire)


Copier le code pour partager la vidéo :
<div style="position:relative;padding-bottom:56.25%;padding-top:10px;height:0;overflow:hidden;"><iframe src="https://www.canal-u.tv/video/rtr_midi/embed.1/mieux_decrire_pour_mieux_comprendre_la_distribution_spatiale_des_especes_exotiques_envahissantes_en_ville_za_loire.58701?width=100%&amp;height=100%" style="position:absolute;top:0;left:0;width:100%;height: 100%;" width="550" height="306" frameborder="0" allowfullscreen scrolling="no"></iframe></div> Si vous souhaitez partager une séquence, indiquez le début de celle-ci , et copiez le code : h m s
Contacter la chaine
J’aime
Imprimer
partager facebook twitter

Mieux décrire pour mieux comprendre : la distribution spatiale des espèces exotiques envahissantes en ville.(ZA Loire)

5e colloque des Zones Ateliers – CNRS 

2000-2020, 20 ans de recherche du Réseau des Zones Ateliers

SESSION 8 -Nature en ville, trajectoires des socio-écosystèmes urbains


Mieux décrire pour mieux comprendre : la distribution spatiale des espèces exotiques envahissantes en ville (ZA Loire)

Muriel Deparis ∗ 1, Sébastien Bonthoux 2,3, Nicolas Legay 5,4

 

1  Cités, Territoires,  Environnement  et Sociétés (CITERES) –  Université de Tours, Centre National de la Recherche Scientifique : UMR7324 –  France

2  Institut National des Sciences Appliquées - Centre Val de Loire –  Umr CNRS 7324 –  France

3  Cités, Territoires,  Environnement  et Sociétés –  CNRS : UMR7324,  Université François Rabelais - Tours –  France

5  Institut National des Sciences Appliquées - Centre Val de Loire –  CNRS : UMR7324 –  France

4  Cités, Territoires,  Environnement  et Sociétés –  Université de Tours, Centre National de la Recherche Scientifique : UMR7324 –  France


Résumé

Les espèces exotiques envahissantes (EEE) végétales sont très présentes en milieu urbain mais les processus à l’origine de leur distribution spatiale restent mal connus.  Cette méconnaissance provient en partie d’une caractérisation encore très sommaire de la matrice urbaine et de ses facteurs écologiques.  En effet, la description du milieu urbain se fait majoritairement  par des distances au centre-ville ou des gradients d’imperméabilisation.  Ces descriptions omettent la complexité  spatiale et  historique de  la matrice  urbaine  et  ses composantes  sociales,  rendant difficile la compréhension  des  processus  de  distribution  des  espèces,  notamment  exotiques,  à l’échelle d’une ville.  Nous nous sommes intéressés aux facteurs urbains expliquant la distribution de  sept  EEE  végétales  sur  le site  atelier de  la ville  de  Blois  (4x4km,   50  000  habitants)  en explorant sur le terrain 2203 mailles de 100x100m.  Les facteurs explicatifs considérés sont des mesures indirectes de la dispersion (surface en routes principales, secondaires et en voies ferrées) et des caractéristiques  de l’habitat  (imperméabilisation,  distance au fleuve).   Pour  refléter les usages humains et les pratiques de gestion associées, une typologie de quartiers basée sur l’âge du bâti et les formes urbaines a permis de catégoriser la ville en 8 classes.   L’impact  de ces variables sur la probabilité de présence et sur le recouvrement des EEE a été testé avec différents modèles de régression.

 

L’imperméabilisation du sol affecte le plus souvent et négativement  la distribution des espèces. Six espèces voient leur présence impactée par au moins une des trois variables considérées comme influençant la dispersion.   La typologie  de  quartier explique  la présence  de  trois espèces  sur sept.   Par exemple,  le quartier " industriel " influence positivement  la probabilité de présence de Robinia pseudoacacia (L.)  et Acer negundo (L.)  alors que le quartier " résidentiel collectif " influence négativement la présence de R. pseudoacacia.  Les différents types de quartiers mettent en évidence différents usages des EEE. Par exemple, on constate que la distribution d’A. negundo est non seulement liée à une installation et une dispersion spontanée en bord de Loire, mais aussi à des pratiques de plantation comme arbre d’alignement le long des rues ou comme ornement dans certains lotissements.  Certaines espèces associées à des âges du bâti semblent indiquer des phénomènes de mode dans le choix des plantations.

Cette  étude souligne la nécessité d’augmenter  l’effort  de caractérisation du milieu urbain, afin de décrire au mieux la variabilité interne à ce milieu, variabilité souvent agrégée au sein de classifications générales (urbain, péri-urbain, rural).  Cet effort permet de mieux comprendre les patrons écologiques  à l'œuvre dans  la distribution des espèces exotiques envahissantes en ville et de les relier  directement à de la planification urbaine et des processus sociaux.


--

Programme et recueil des résumés à télécharger dans l'onglet documents ci-dessus.

Toutes les informations sur le site du colloque :

https://20ans-rza.sciencesconf.org/resource/page/id/5


 

commentaires


Ajouter un commentaire Lire les commentaires
*Les champs suivis d’un astérisque sont obligatoires.
Aucun commentaire sur cette vidéo pour le moment (les commentaires font l’objet d’une modération)
 

Dans la même collection

FMSH
 
Facebook Twitter
Mon Compte