Canal-U

Mon compte
Université de tous les savoirs

Einstein aujourd'hui


Copier le code pour partager la vidéo :
<div style="position:relative;padding-bottom:56.25%;padding-top:10px;height:0;overflow:hidden;"><iframe src="https://www.canal-u.tv/video/universite_de_tous_les_savoirs/embed.1/einstein_aujourd_hui.1437?width=100%&amp;height=100%" style="position:absolute;top:0;left:0;width:100%;height: 100%;" width="550" height="306" frameborder="0" allowfullscreen scrolling="no"></iframe></div> Si vous souhaitez partager une séquence, indiquez le début de celle-ci , et copiez le code : h m s
Auteur(s) :
BALIBAR Françoise

Producteur Canal-U :
Université de tous les savoirs
Contacter le contributeur
J’aime
Imprimer
partager facebook twitter Google +

Les chapitres


Einstein aujourd'hui

Parce qu'il est universellement célèbre, tout le monde croit connaître Einstein. Les physiciens, à cet égard, ne font pas exception à la règle. On va répétant à l'envie les mêmes lieux communs sur l'effet qu'ont eu les découvertes d'Einstein sur le cours de la physique, sur la manière dont il est parvenu à établir sa théorie, ou plutôt ses théories. Pire : on continue à enseigner la physique d'avant Einstein, la physique “classique” comme s'il n'avait pas modifié le point de vue que les physiciens portent dans leur pratique quotidienne sur leur propre discipline. Dans cette conférence, je tenterai de replacer l'apport d'Einstein dans le contexte de la fin du dix-neuvième siècle — ce qui, inévitablement m'amènera à parler des contributions de Poincaré et Lorentz à la théorie dite de la relativité restreinte : Einstein n'est ni cet extra-terrestre venu révolutionner la physique presque malgré elle que l'on a trop souvent dépeint, ni cet imposteur que certains briseurs d'idoles aimeraient faire descendre de son piédestal usurpé. Je soutiendrai la thèse que c'est sur la question des “principes”, leur définition, leur nécessité et leur force de contrainte que, d'un point de vue épistémologique, l'intervention d'Einstein dans la physique s'est principalement fait sentir.

  •  
    Label UNT : UNIT
  •  
    Date de réalisation : 20 Juin 2005
    Durée du programme : 94 min
    Classification Dewey : Etudes historiques relatives aux sciences naturelles et mathématiques, Théories et physique mathématique, Physique moléculaire, atomique, nucléaire, quantique
  •  
    Catégorie : Conférences
    Niveau : Tous publics / hors niveau
    Disciplines : Physique
    Collections : La physique fondamentale
    ficheLom : Voir la fiche LOM
  •  
    Auteur(s) : BALIBAR Françoise
    producteur : UTLS - la suite
    Réalisateur(s) : UTLS - la suite
  •  
    Langue : Français
    Mots-clés : mécanique statistique, épistémologie, théorie de la Relativité, Einstein, histoire de la physique, Lorentz, Poincaré
 

commentaires


Ajouter un commentaire Lire les commentaires
*Les champs suivis d’un astérisque sont obligatoires.

Georges 20/09/2014 04h04

Bonjour,
Merci à Françoise Balibar pour son exposé. J'ai appris en l'écoutant et lui en suit reconnaissant.
Je suis surpris dans sa conclusion (1:12:36), concernant le paradoxe EPR.
Je pensais (et suis sûr... :-) ) que l'expérience d'Aspect avait mis EN DEFAUT la position d'Einstein.
Elle explique que l'expérience d'Aspect a confirmé la position d'Einstein...!?
N'aurait-elle pas compris?
Merci pour votre réponse.

ffi 10/05/2012 03h41

Bof. Il suffit de comparer le mémoire de 50 pages de Poincaré de début juin 1905 et la publication d'Einstein du 30 juin 1905. Une démonstration complète et brillante de Poincaré, versus une vague métaphysique chez Einstein...

Mais il y a, il est vrai, une nuance de taille : Einstein éradique toute notion d'éther, alors que celui est central à la démonstration de Poincaré. Chez Poincaré, c'est le mouvement dans l'éther, qui, par effet d'advection, déforme le volume de la particule, contracte les longueurs, et explique donc l'échec de l'expérience de Michelson.

Poincaré admettait que l'hypothèse de l'éther était secondaire, mais précisait bien qu'il était préférable de la garder, sinon, cela "nuirait à la clarté de la théorie"...

L'inconvénient de supprimer l'éther, c'est que l'on supprime la cause elle-même, car, il n'y a pas de cause physique sans chose physique. Remplacer donc ainsi la cause physique en posant ses effets en tant qu'axiomes mathématiques fut une sacrée boulette et a fait perdre 1 siècle à la science.

Vivement que nos amis physiciens se réveillent de leur torpeur et cessent de confondre ainsi des spéculations métaphysiques avec la physique.

Cordialement
 

Dans la même collection

FMSH
 
Facebook Twitter Google+
Mon Compte