Canal-U

Mon compte
Université Toulouse-Jean Jaurès (Toulouse II-le Mirail)

Du cabinet privé à la villa suburbaine : caprices et fantaisies artistiques dans la capitale des Lumières espagnoles / Adrián Fernández Almoguera


Copier le code pour partager la vidéo :
<div style="position:relative;padding-bottom:56.25%;padding-top:10px;height:0;overflow:hidden;"><iframe src="https://www.canal-u.tv/video/universite_toulouse_ii_le_mirail/embed.1/du_cabinet_prive_a_la_villa_suburbaine_caprices_et_fantaisies_artistiques_dans_la_capitale_des_lumieres_espagnoles_adrian_fernandez_almoguera.24917?width=100%&amp;height=100%" style="position:absolute;top:0;left:0;width:100%;height: 100%;" width="550" height="306" frameborder="0" allowfullscreen scrolling="no"></iframe></div> Si vous souhaitez partager une séquence, indiquez le début de celle-ci , et copiez le code : h m s
Contacter le contributeur
J’aime
Imprimer
partager facebook twitter Google +

Du cabinet privé à la villa suburbaine : caprices et fantaisies artistiques dans la capitale des Lumières espagnoles / Adrián Fernández Almoguera

Du cabinet privé à la villa suburbaine : caprices et fantaisies artistiques dans la capitale des Lumières espagnoles / Adrián Fernández Almoguera, in colloque international organisé, sous la responsabilité scientifique de Muriel Adrien, Melissa Percival et Axel Hémery, par l’Université Toulouse Jean Jaurès et l’Université d’Exeter. Toulouse, Musée Paul-Dupuy, 3-4 décembre 2015.

En 1759 Charles III quitte son palais de Naples pour s’installer comme le nouveau roi à Madrid, capitale qui commence à prendre une place d’importance dans un panorama artistique espagnol en cours de rénovation. L’Académie des Beaux-Arts reçoit de nouveaux enseignants, et les modèles artistiques à suivre se tournent vers l’Italie. Les grandes reformes d’embellissement urbain se déclenchent. Autour du roi se développe une société courtisane et bourgeoise qui fait de Madrid la nouvelle scène de leurs fantaisies et caprices. Partout dans Madrid on voit fleurir de nouveaux hôtels particuliers, des jardins « à l’anglaise », des cabinets de peinture, des salons de bal, et des décors éphémères de tous ces styles qui étaient diffusés depuis Paris et Rome au reste de l’Europe. À l’Académie, peintres et architectes abandonnent progressivement les ruines de Desgodetz pour se consacrer aux plaisirs visuels de celles d’Hubert Robert. La fantaisie et le capriccio s’imposent dans leurs travaux romains. Les villas néopalladiennes, quintessences du capriccio architectural, se répandent aux alentours de la capitale. A l’intérieur de leurs salons « à la mode », la nouvelle société madrilène s’éprend de cette vie capricieuse, et étrangère à la rectitude morale dictée par les Habsbourg qui régnaient quelques décennies auparavant. Pour la première fois dans les arts de l’Espagne le caprice s’impose à la norme – ou plutôt, le caprice devient la norme. Cette communication propose au public scientifique un panorama de ce phénomène qui, en marquant toute une époque, a donné aux arts de l’Espagne quelques-uns de ses exemples les plus « capricieusement » remarquables.

  •  
  •  
    Date de réalisation : 3 Décembre 2015
    Durée du programme : 18 min
    Classification Dewey : Art de 1700 à 1799 (XVIIIe siècle), Architecture de 1800 à 1899 (architecture du renouveau, victorienne ; éclectisme en architecture), Paysages urbains et sujets architecturaux dans les arts décoratifs et les beaux-arts
  •  
    Catégorie : Conférences
    Niveau : niveau Master (LMD), niveau Doctorat (LMD), Recherche
    Disciplines : Architecture, Art du paysage, Histoire de l'art
    Collections : Fancy-Fantaisie-Capriccio: Diversions and Distractions in the Eighteenth Century
    ficheLom : Voir la fiche LOM
  •  
    Auteur(s) : FERNÁNDEZ ALMOGUERA Adrián
    producteur : Université Toulouse-Jean Jaurès-campus Mirail
    Réalisateur(s) : JIMENEZ Jean
    Editeur : SCPAM / Université Toulouse-Jean Jaurès-campus Mirail
  •  
    Langue : Français
    Mots-clés : architecture espagnole (18e siècle), Francisco de Goya (1746-1828), peinture espagnole (18e siècle)
    Conditions d’utilisation / Copyright : Tous droits réservés aux auteurs et à l'Université Toulouse Jean Jaurès.
 

commentaires


Ajouter un commentaire Lire les commentaires
*Les champs suivis d’un astérisque sont obligatoires.
Aucun commentaire sur cette vidéo pour le moment (les commentaires font l’objet d’une modération)
 

Dans la même collection

FMSH
 
Facebook Twitter Google+
Mon Compte