Canal-U

Mon compte
Université Toulouse-Jean Jaurès (Toulouse II-le Mirail)

Du texte du lecteur élève, de celui du maître... /Jean-Louis Dumortier, Micheline Dispy


Copier le code pour partager la vidéo :
<div style="position:relative;padding-bottom:56.25%;padding-top:10px;height:0;overflow:hidden;"><iframe src="https://www.canal-u.tv/video/universite_toulouse_ii_le_mirail/embed.1/du_texte_du_lecteur_eleve_de_celui_du_maitre_jean_louis_dumortier_micheline_dispy.4138?width=100%&amp;height=100%" style="position:absolute;top:0;left:0;width:100%;height: 100%;" width="550" height="306" frameborder="0" allowfullscreen scrolling="no"></iframe></div> Si vous souhaitez partager une séquence, indiquez le début de celle-ci , et copiez le code : h m s
Contacter le contributeur
J’aime
Imprimer
partager facebook twitter Google +

Du texte du lecteur élève, de celui du maître... /Jean-Louis Dumortier, Micheline Dispy

Du texte du lecteur élève, de celui du lecteur maître et de quelques problèmes qu’ils posent au didacticien /Jean-Louis Dumortier, Micheline Dispy. Soit une œuvre littéraire, un maître et des élèves. Le « texte du lecteur maître », c’est le modèle mental que le professeur a élaboré, à partir du texte de cette œuvre, en vue d’enseigner quelque chose, ou, plus fréquemment, c’est le modèle mental qu’il a élaboré à partir du texte en question et de divers discours (du commentaire savant au questionnaire pédagogique) s’y rapportant. Le « texte du lecteur élève » est un modèle mental moins lourd de sédiment métatexuel que le « texte du lecteur maître ». S’ouvre alors, pour l’enseignant, une alternative. Soit il prend des initiatives visant à réduire l’écart entre l’œuvre telle qu’il la comprend et l’œuvre telle qu’il pense que peuvent la comprendre la plupart de ses élèves : dans ce cas, il s’expose au danger de coucher la compréhension des élèves sur le lit de Procuste de sa propre production de sens. Soit, conscient de ce danger-là, doutant que, dans l’entreprise d’imposer d’entrée de jeu une démarche de lecteur expert, les chances de gain soient supérieures aux risques de perte, il s’accommode du fait que les élèves et lui-même n’ont pas lu (tout à fait) la même œuvre. Dans ce cas, il prête attention au « texte du lecteur élève » -de chaque lecteur élève- et il s’expose au danger du babélisme ou à celui de l’enfermement dans un discours « premier » qui limite les occasions de progrès et laisse sceptique quant aux bénéfices de la scolarisation. L’alternative est donc un dilemme : ce que l’on peut gagner d’un côté est indissociable de ce que l’on s’expose à perdre de l’autre. Envisageons cette branche du dilemme où le maître met sous le boisseau son « texte » personnel pour prêter attention au « texte du lecteur élève ». Surgit un double problème. Comment faire pour rendre communicable le modèle mental élaboré par chaque individu à partir de la chaîne des mots forgée par l’auteur. Comment faire pour organiser des échanges fructueux autour des « textes des lecteurs élèves » ? Nous émettons l’hypothèse que toutes les procédures ne se valent pas. Nous en expérimenterons donc plusieurs et feront part des résultats.

Intervention faite dans le cadre du colloque international "Le texte du lecteur" organisé par l'équipe de recherche "Lettres, Langages et Arts (LLA). Université de Toulouse-Le Mirail, 22-24 octobre 2008.

>

> Une liste de références documentaires est accessible (format pdf) dans l'onglet "A télécharger" du programme d'ouverture du colloque.

> Accéder au site dédié au colloque.

 

commentaires


Ajouter un commentaire Lire les commentaires
*Les champs suivis d’un astérisque sont obligatoires.
Aucun commentaire sur cette vidéo pour le moment (les commentaires font l’objet d’une modération)
 

Dans la même collection

 Le texte du lecteur : présentation du colloque / Catherine Mazauric
 L'enseignant lecteur : implications individuelles et didactiques / Erick Falardeau
 La figure au bout des doigts : mémoire et oubli chez Pascal Quignard / Bertrand Gervais
 L'infratexte sensible du lecteur / Louis-Philippe Carrier
 Les malles du lecteur ou les écritures de la réception / François Le Goff
 Entre posture et imposture du lecteur : sur le fonctionnement symbolique / François Quet
 Les textes du lecteur en situation scolaire / Jean-Louis Dufays
 L'imparfait du subjectif ou le lecteur ravi / Karl Canvat
 Écriture, relecture : les métamorphoses du texte du lecteur engagé / Marina Arias-Vikhil
 Observation des territoires mentaux, adolescents et interprétation du "Passeur" de Lowry / M. Burgos, M. Hebert
 Place de la lecture dans la reconfiguration identitaire des élèves burundais / Maurice Mazunya
 Paramètres de la lecture affectivo-identitaire dans le discours pédagogique / Mouna Chemli
 Lecture littéraire pour les niveaux débutants en classe de FLE ? / Rita Jover Faleiros
 Le sujet lecteur et scripteur : en quête d'identité / Sébastien Ouellet
 Comment de jeunes élèves apprennent à construire leur parole de lecteur / Sophie David
 Joueur-lecteur et autoconstruction du sens dans un environnement vidéoludique / Toviraaj Ramcharit
 La lecture des adolescents : comment avoir "bon genre" ? / Christine Detrez
 La prise en compte didactique du texte du lecteur / Françoise Demougin
 Texte du lecteur, commentaire littéraire : exercice pour le lycéen lecteur ? / Jean-François Massol
 Enseignement de la littérature au secondaire au Burundi : l'élève lecteur / Mechior Ntahonkirye
 Le genre épistolaire : une voie d'entrée dans le texte du lecteur / Olivier Dezutter
 Mobilité, évanescence du texte du lecteur / Annie Rouxel
FMSH
 
Facebook Twitter Google+
Mon Compte