Canal-U

Mon compte
Université Toulouse-Jean Jaurès (Toulouse II-le Mirail)

Le possible et le réel (de Bergson à Freud) : choix parental d'enfants du divorce et clivage à l'adolescence, à partir de "Mr Nobody" / Gérard Pirlot


Copier le code pour partager la vidéo :
<div style="position:relative;padding-bottom:56.25%;padding-top:10px;height:0;overflow:hidden;"><iframe src="https://www.canal-u.tv/video/universite_toulouse_ii_le_mirail/embed.1/le_possible_et_le_reel_de_bergson_a_freud_choix_parental_d_enfants_du_divorce_et_clivage_a_l_adolescence_a_partir_de_mr_nobody_gerard_pirlot.13134?width=100%&amp;height=100%" style="position:absolute;top:0;left:0;width:100%;height: 100%;" width="550" height="306" frameborder="0" allowfullscreen scrolling="no"></iframe></div> Si vous souhaitez partager une séquence, indiquez le début de celle-ci , et copiez le code : h m s
Contacter le contributeur
J’aime
Imprimer
partager facebook twitter Google +

Le possible et le réel (de Bergson à Freud) : choix parental d'enfants du divorce et clivage à l'adolescence, à partir de "Mr Nobody" / Gérard Pirlot

Le possible et le réel (de Bergson à Freud) : choix parental d'enfants du divorce et clivage à l'adolescence, à partir de "Mr Nobody" / Gérard Pirlot, in "L'adolescent, son psychothérapeute et son psychanalyse", colloque organisé par le Laboratoire Clinique Psychopathologique et Interculturelle (LCPI) -axe 1, Psychopathologie psychanalytique et des âges de la vie- et la revue « Adolescence », Université Toulouse II-Le Mirail, 23 mai 2013.

Dans la clinique d’adolescent, la séparation des parents est une problématique récurrente qui peut entrainer des clivages durables. Les clivages interrogent les divers modes de temporalité du psychisme et notamment ce qui dans l’enfance peut perdurer et se manifester plus tard durant l’adolescence. En effet, Freud a montré avec l’idée d’affect étranglé que la psyché peut fonctionner dans un temps bloqué par la fixation. Aussi, lorsque le trauma est trop douloureux et lorsque le réel perfore le tissu psychique, le psychisme n’a pas d’autre issue que de reconstituer hallucinatoirement un tissu qu’il investit cette fois avec vivacité perceptive dans le but de désinvestir le trauma réellement inscrit. Dans ce contexte, le fantasme, le possible, peut devenir plus réel que le réel et ce à des fins défensives pour sauvegarder le psychisme et préserver sa cohésion interne. Chez l’adolescent comme chez le futur état-limite, le chiasme, fantasme d’un coté et réel de l’autre, fait se croiser, via la perception, le réel du fantasme entrainant ainsi une confusion entre une perception hallucinée et une perception du réel, mais également entre le passé et le présent. Du fait de la différence de structure entre les instances et de la façon dont les divers modes de temporalité inscrivent leurs effets, le fonctionnement de l’appareil psychique se caractérise, chez l’adolescent, par une hétérogénéité diachronique et par une propension au passage à l’acte au détriment de l’activité de pensée.
Gérard Pirlot illustre sa communication avec des extraits du film "Mr Nobody" du cinéaste belge Jaco Van Dormael (2009) : la mère, son amant, la dispute des parents, le choix sur le quai de la gare, "Nemo son beau-père et suicide de Nemo", le(s) mariage(s) de Nemo, au bord du lac.

 

commentaires


Ajouter un commentaire Lire les commentaires
*Les champs suivis d’un astérisque sont obligatoires.
Aucun commentaire sur cette vidéo pour le moment (les commentaires font l’objet d’une modération)
 

Dans la même collection

FMSH
 
Facebook Twitter Google+
Mon Compte