Canal-U

Mon compte
Université Toulouse-Jean Jaurès (Toulouse II-le Mirail)

Mobilité et accessibilité aux soins de santé mentales des étrangers à Dakar / Oumar Barry


Copier le code pour partager la vidéo :
<div style="position:relative;padding-bottom:56.25%;padding-top:10px;height:0;overflow:hidden;"><iframe src="https://www.canal-u.tv/video/universite_toulouse_ii_le_mirail/embed.1/mobilite_et_accessibilite_aux_soins_de_sante_mentales_des_etrangers_a_dakar_oumar_barry.5336?width=100%&amp;height=100%" style="position:absolute;top:0;left:0;width:100%;height: 100%;" width="550" height="306" frameborder="0" allowfullscreen scrolling="no"></iframe></div> Si vous souhaitez partager une séquence, indiquez le début de celle-ci , et copiez le code : h m s
Contacter le contributeur
J’aime
Imprimer
partager facebook twitter Google +

Mobilité et accessibilité aux soins de santé mentales des étrangers à Dakar / Oumar Barry

« Mobilité et accessibilité aux soins de santé mentale des étrangers à Dakar », Oumar BARRY (psychologue, enseignant-chercheur FLSH, Université Cheikh Anta DIOP, Sénégal). Colloque international "Santé et mobilités au Nord et au Sud : circulations des acteurs, évolutions des pratiques". Toulouse : Université de Toulouse II-Le Mirail, Institut d'Etudes Politiques (IEP), Association AMADES : 16-18 septembre 2009.

Session A : Ajustements des systèmes, des politiques de santé et des pratiques de soins aux migrants malades et/ou vulnérables. Atelier A3 : Réaménagements des pratiques de soin et questionnements interculturels.

La capitale dakaroise accueille de nouvelles catégories populations, provenant d’horizons très divers, dont un nombre de plus en plus croissant serait confronté à des problèmes de santé mentale avérés ou potentiels. Ces problèmes sont consécutifs à des vécus dramatiques (guerres, viols, catastrophes naturels, assassinats de parents, pauvreté, etc.) qui les ont conduit à migrer vers Dakar. Dans cette ville, elles doivent s’adapter à des situations difficiles de survie au quotidien dans un contexte culturel et linguistique qui leurs est complètement étranger. Elles sont aussi souvent dans une logique de recherche de soins de santé mentale, car dans ce domaine, Dakar garde encore une image valorisée en Afrique subsaharienne avec l’Ecole de Fann. Dans toutes les procédures thérapeutiques, il est reconnu que la parole joue un rôle important dans le processus, aussi bien pour le thérapeute que le patient. Elle permet à l’individu de formuler une demande d’aide en exprimant son vécu en mots, à des professionnels de la santé de poser un diagnostic, d'orienter la personne vers les services requis et de lui proposer un traitement et/ou un accompagnement approprié. Pourtant, nombre de ces étrangers demandent des services d’assistance psychologique et/ou psychiatriques, sans maîtriser les langues d’usage à Dakar, qui sont le français et le wolof. De même, les structures qui offrent ces services, déjà en nombre limité dans la capitale, font aussi face à une nouvelle catégorie de demandeurs au profil particulier qu’il faut prendre en compte. Ces différentes considérations nous amènent à nous poser les questions suivantes :
- l’utilisation de langues autres que le français et le wolof par les migrants constitue-t-elle une barrière à l’accès à des services appropriés en santé mentale dans la ville de Dakar ?
- au sein des structures sollicitées (hôpitaux, services sociaux, organismes et associations d’appui aux migrants), quelle est la réponse offerte pour accompagner et répondre aux besoins de santé mentale de populations usagères de langues étrangères ?
- est ce que cela induit une modification de leurs pratiques ou offres de services ?
Les données ici présentées sont collectées par le biais d’une enquête qualitative menée au sein des deux principales structures institutionnelles d’offres de services en santé mentale à Dakar et des organisations d’appui et d’accompagnement des migrants et réfugiés. Nous y avons ciblé des personnels de service, des migrants effectivement utilisateurs, ainsi que des potentiels solliciteurs des services de santé mentale à Dakar.
Résultats attendus : les données de cette étude doivent montrer que la méconnaissance de la langue française et celle du wolof par les migrants vivant à Dakar demeure comme une barrière fondamentale à l'obtention de services appropriés en santé mentale. Il n’existe pas encore dans les structures à Dakar de services spécifiques en santé mentale en direction des personnes étrangères utilisant d’autres médiums autres que le français et le wolof. Les limites qu’impose la méconnaissance des langues d’usage appauvrissent toute la dimension « médiatrice » de la relation thérapeute-patient. Ceci a des incidences avérées sur la perception de la qualité des soins aussi bien par les soignants que les patients, et conduit ces derniers à s’orienter vers l’offre de soins de nouveaux acteurs. Néanmoins, le phénomène des mouvements migratoires à Dakar et leurs conséquences en terme de troubles mentaux et comportementaux interpelle de plus en plus le champ sanitaire dakarois. Le besoin de mise en place d’un dispositif d’offres de services spécifiques en santé mentale diversifiant davantage les médiums de communication se fait davantage ressentir. Il est à prévoir que le champ de l’offre de soins se diversifie davantage, avec de nouveaux acteurs.

 

commentaires


Ajouter un commentaire Lire les commentaires
*Les champs suivis d’un astérisque sont obligatoires.
Aucun commentaire sur cette vidéo pour le moment (les commentaires font l’objet d’une modération)
 

Dans la même collection

 Colloque "Santé et mobilités au Nord et au Sud" : allocution de bienvenue / Marie-Christine Jaillet
 Colloque "Santé et mobilités au Nord et au Sud" : discours d'accueil / Laure Ortiz
 Colloque "Santé et mobilités au Nord et au Sud" : discours de bienvenue / Aline Sarradon-Eck
 Colloque "Santé et mobilités au Nord et au Sud" : présentation du colloque / Stéphanie Mulot
 La migration est-elle une pathologie ? Enjeux politiques et anthropologiques / Fred Eboko
 Diffusion des approches non conventionnelles du cancer en France / Patrice Cohen, Aline Sarradon-Eck
 Maintenir la qualité des soins dans un contexte de vieillissement de la population / A. Le Vigouroux
 Migration sanitaire : différents "voyages" sanitaires d'enfants comoriens / Juliette Sakoyan
 Prophètes ivoiriens : consultations à radio Moronou et dans les camps de prière / Véronique Duchesne
 Colloque "Santé et mobilités au Nord et au Sud" : synthèse des échanges / Sandrine Musso
 Réalités, enjeux éthiques et hospitalisation des migrants vivant avec le VIH / Elhadji Mamadou Mbaye
 Les familles migrantes dans les consultations de Protection infantile / Cyril Farnarier
 L'accès aux soins en Guyane: quand usagers et système de soins viennent "d'ailleurs" / Estelle Carde
 L'accès aux soins des migrants en situation irrégulière : France, GB, Suisse / Myriam Hachimi-Alaoui
 Les enclaves transnationales du tourisme en Inde / Laurent Pordié
 Mobilités transnationales Cambodge - Vietnam pour le traitement des hépatites virales / Céline Dumas
 Champ sanitaire dakarois, "entrepreneurs" étrangers et thérapies néotraditionnelles/ S. Landry Faye
 Mobilités des pratiques magico-thérapeuthiques à Ste-Lucie : discours des guérisseurs / Marie Meudec
 La sorcellerie, compagne secrète du migrant : échappées de la jeunesse du Cameroun / Eric De Rosny
 La clinique comme espace de négociations des savoirs, normes et valeurs / Sylvie Fortin
 Des hôpitaux thaïlandais au carrefour de mobilités de santé / Audrey Bochaton
 Indiens urbanisés et système de santé en Amazonie brésilienne / Evelyne Mainbourg
 Recompositions et permanences des interventions sanitaires en milieu de prostitution / Marion David
 Adapter les organisations de santé et prise en charge des nouveaux arrivants au Québec/ Lara Maillet
 Pratiques de soignants dans la prise en charge de patients migrants / Emilie Adam, Marguerite Cognet
 Mobilité des populations en situation de guerre et structures de santé au Congo / Martin Yaba Mambou
FMSH
 
Facebook Twitter Google+
Mon Compte