Cours

Chercheurs et réseaux sociaux : comment construire une présence savante sur Internet

Réalisation : 29 septembre 2020 Mise en ligne : 29 septembre 2020
  • document 1 document 2 document 3
  • niveau 1 niveau 2 niveau 3
  • audio 1 audio 2 audio 3
Descriptif

29 septembre 2020 – 10h-12h     * Chercheurs et réseaux sociaux : comment construire une présence savante sur Internet (Julie Giovacchini, Centre Jean Pépin - CNRS)

Chez les chercheurs (débutants ou confirmés), libre accès et science ouverte suscitent de nombreux questionnements teintés d’une certaine inquiétude. La science ouverte vise à construire un écosystème dans lequel les publications et – autant que possible – les données et outils de la recherche sont diffusés sans entraves, afin que la recherche soit plus cumulative, plus fortement étayée par des données, plus transparente, et d’accès plus universel. La mise en œuvre du Plan national pour la science ouverte (https://openarchiv.hypotheses.org/4767) par les établissements d’enseignement supérieur et de recherche (et les agences de financement) remet en cause beaucoup d’habitudes. Afin de choisir judicieusement où publier, de savoir élaborer un Plan de Gestion des Données, de s’assurer qu’on satisfait bien aux obligations juridiques et éthiques liées à la collecte et au traitement des données, il est utile de disposer d’un bon bagage théorique et pratique. L’objet du séminaire est de permettre aux participants de mesurer tout ce que les sciences du langage (et plus généralement les sciences humaines) ont à gagner de pratiques de Science ouverte, et d’en tirer parti pour leur projet, notamment en gagnant le droit et l’éthique comme alliés dans leur recherche (voir https://ethiquedroit.hypotheses.org/3003). Il s’agit d’allier toujours dans ce cheminement ce que la science ouverte rend possible avec ce que l’intérêt prescrit, afin que bonnes pratiques et perspectives de développement de carrière ne se trouvent pas divisées.

À chaque séance, le temps sera également réparti entre un exposé thématique (assuré par un théoricien et/ou praticien confirmé) et une discussion en mode « maïeutique » au sujet des travaux des doctorants. 

Il est prévu que le séminaire se poursuive (dans un cadre à définir) au second semestre, afin de permettre une continuité des échanges au long de l’année universitaire.

Contacter

Dans la même collection

Sur le même thème