Conférence
Chapitres
Notice
Langue :
Français
Crédits
Philippe KERGRAISSE (Réalisation), Direction de l'Audiovisuel de l'EHESS (Dir. Jean-Claude Penrad) (Production), Pierre Manent (Intervention), Alain Finkielkraut (Intervention), Terence Marshall (Intervention)
Conditions d'utilisation
© Direction de l'Audiovisuel / EHESS / 2013
DOI : 10.60527/gkmj-1g06
Citer cette ressource :
Pierre Manent, Alain Finkielkraut, Terence Marshall. EHESS. (2013, 31 mai). 2 - Rousseau et la science de l'homme , in Rousseau et la science de l'homme. [Vidéo]. Canal-U. https://doi.org/10.60527/gkmj-1g06. (Consultée le 14 juillet 2024)

2 - Rousseau et la science de l'homme

Réalisation : 31 mai 2013 - Mise en ligne : 16 juillet 2013
  • document 1 document 2 document 3
  • niveau 1 niveau 2 niveau 3
Descriptif

Présentation

Rousseau fut le dernier réformateur de l'occident. Bergson voyait  en lui «la plus puissante des influences qui se soient exercées sur l'esprit humain depuis Descartes ». Cette influence concerne la pensée pratique puisque Rousseau remodèle à la fois la société, la morale, l'éducation, la vie entière de l'homme.

Cette remise en cause générale va de pair avec l'établissement de vérités nouvelles. Elles sont étrangères à la vision des Grecs, à la doctrine chrétienne ainsi qu'à la philosophie des Lumières, bien qu'elles entretiennent des rapports avec les trois. Rousseau eut non seulement l'ambition d'accéder à la nature de l'homme, mais l'impression d'y être parvenu. Du Second Discours à l'Emile,  il s'attache à délivrer aux hommes une science qui puisse leur rendre un accès qu'ils ont perdu à l'humanité véritable. L'ambition de réformer ne se détache jamais du devoir de connaitre : il est sa première préoccupation pendant les douze ans qui suivent la publication du premier Discours. Sans disparaitre complètement par la suite, dans la phase de persécution qui commence avec l'exil, le service de la vérité se modifie : la défense de son honneur prend le pas sur le développement de son « système », même si d'importants compléments théoriques continuent d'émailler les écrits autobiographiques. Rousseau ne doute pas des vérités qu'il a établies, mais il cesse de se faire un devoir de les propager.

La compréhension de la condition humaine a changé avec Rousseau ; c'est ce changement que nous nous attacherons à cerner,  en associant des philosophes et des littéraires. Nous partons de la conviction que la distinction entre l'anthropologie de Rousseau et ses œuvres littéraires, sans être négligeable, ne porte pas atteinte à l'unité de son œuvre.

Enregistré le JEUDI 31 MAI 2012 à l'Amphithéâtre François Furet, EHESS.

 

Séquence 1

Présidence : Jean Goulemot

Claude Habib, Université Sorbonne Nouvelle-Paris 3 : “S’aimer soi-même”

Martin Rueff, Université de Genève : “Pourquoi Emile n’est pas une statue. La théorie de l’homme et l’épistémologie empiriste”

Patrick Hochart, Université Denis Diderot Paris 7 : “L’ordre de la passion”

 

Séquence 2

Présidence : Alain Finkielkraut

Pierre Manent, EHESS : “Rousseau et Montaigne”

Terence Marshall, Université Paris Ouest : “L’Emile et l’Origine de la Philosophie Critique”

 

Séquence 3

Christophe Litwin, New York University : “La théorie de l’homme entendue comme généalogie morale”

Vincent Descombes, EHESS : “Déplacer le moi”

 

Intervention

Dans la même collection

Avec les mêmes intervenants et intervenantes