Conférence

Épistémicides - Cosmogonies : computationnalités primitives

Réalisation : 25 septembre 2020 Mise en ligne : 19 mai 2022
  • document 1 document 2 document 3
  • niveau 1 niveau 2 niveau 3
  • audio 1 audio 2 audio 3
Descriptif

Cette  communication a été enregistrée lors du colloque Angles morts du numérique, qui s’est tenu au Centre Culturel International de Cerisy du 24 septembre au 1er octobre 2020, sous la direction de Yves CITTON, Francis JUTAND, Marie LECHNER, Anthony MASURE, Vanessa NUROCK, et Olivier LECOINTE, à l'initiative du Cercle des partenaires.

Les dernières décennies ont été caractérisées, à l'échelle mondiale, par une accélération exponentielle des domaines d'activités et des pans de réalité qui se voient reconfigurés de l'intérieur par la computation (digitalisation, algorithmisation, communication). Ce "numérique" (généralement conjugué au singulier), en passe de devenir "ubiquitaire", est alternativement interprété comme assurant une transparence intégrale ou comme imposant une surveillance généralisée. Transhumanistes et conspirationnistes ont toutefois en commun de négliger les angles morts (à décliner au pluriel) qui sont inhérents à toute perception du monde, fût-elle programmée et nourrie de big data...

Sénamé Koffi Agbodjinou est architecte et anthropologue, commissaire d'exposition. Il est promoteur de la pensée néovernaculaire qu'il décline concrètement en tant qu'innovateur, designer, entrepreneur aux différentes échelles du produit, du bâtiment et de la ville. Il est le créateur de L'Africaine d'architecture, une plateforme de recherche et d'expérimentation sur les questions de l'architecture et de la ville africaines et des WoeLabs : réseau de tech-hubs togolais entièrement financé de lui, dont l'ambition est de "rendre tout le monde égal en face de la technologie"  !  Avec sa communauté, il contribue à prototyper un Collectivisme Digital qui a permis de lancer la demi-douzaine de startups du Groupe HubCity. Sa vision prospective éclaire plusieurs conférences, institutions et grands groupes.

Résumé de la communication

Il est soupçonné d'être l'origine de la crise actuelle. C'est l'animal le plus braconné au monde. Anciennement pourtant, dans certaines communautés africaines, de grands discours posés comme indépassables, le plaçaient au centre du Système du Monde : il servait ainsi en tant que concept à projeter des constructions complexes pour l'articulation harmonieuse de la structure sociale dans la structure naturelle. La figure du pangolin, glissé en Afrique d'une position de clé de voûte d'architecture de pensée vertueuse à vil objet de marché, informe singulièrement le poids des épistémicides dans la capitalocène avec le sujet nouveau du virus. S'il est admis que le libéralisme mondialisé fait le lit des crises sanitaires cette communication suggère que : pareillement pandémies, capitalisme et germes entretiennent l'un avec l'autre identité de méthode par l'incohérence insinuée dans les systèmes dont elles perturbent des structures organiques qu'elles soient biologiques ou socio-économiques. Mais que ce n'est pas tout encore du viral. Qu'immiscée, subreptice, colon, il se propose, le viral, plus stimulant encore à envisager dans le cyber-système industriel au travers justement le solutionnisme technologique débridé par la crise de la contagion. Voici désormais trois niveaux intriqués de virus à exorciser ! Peut-être par des cosmogonies nouvelles investies du défi d'enchasser idéalement biosphérique, social et technologique.

Thème
Notice
Date de réalisation
Lieu de réalisation

CCIC, Cerisy-la-Salle

Langue :
Français
Citer cette ressource :
La forge numérique. (2020, 25 septembre). Épistémicides - Cosmogonies : computationnalités primitives. [Podcast]. Canal-U. https://www.canal-u.tv/116704. (Consultée le 31 janvier 2023)
Contacter
Documentation

Sur le même thème