Conférence

Le grain de blé et le peuplier : Jean Grémillon et l'espace sacré

Réalisation : 18 septembre 2013 Mise en ligne : 5 mai 2022
  • document 1 document 2 document 3
  • niveau 1 niveau 2 niveau 3
  • audio 1 audio 2 audio 3
Descriptif

Cette communication a été prononcée dans le cadre du colloque intitulé "Jean Grémillon et les quatre Éléments" qui s'est tenu au Centre Culturel International de Cerisy du 17 au 24 juillet 2013, sous la direction de Yann CALVET et Philippe ROGER.

Présentation de l'intervenant

Docteur en droit, diplômé de l'Institut d'études politiques (IEP) de Paris, Jean-Dominique Nuttens anime un séminaire consacré à la lecture du film à l'Institut supérieur d'électronique de Paris (ISEP) et collabore à la revue Études cinématographiques.

Résumé de la communication

Dans un petit carnet de notes, daté de 1957, et conservé à la Bibliothèque nationale, Jean Grémillon a relevé cette phrase de Mircea Eliade: "L’homme ne peut vivre que dans un espace sacré". C’est dans un tel espace, où prolifèrent signes et symboles, que semblent évoluer les personnages créés par le cinéaste. Goût de la liturgie, figures du destin, sacrifices, prière des défunts, métiers vécus comme un sacerdoce, les films de Grémillon sont discrètement empreints d’une dimension religieuse qui se révèle plus nettement dans son dernier long métrage, L’Amour d’une femme.

Thèmes
Notice
Date de réalisation
Lieu de réalisation

CCIC, Cerisy-la-Salle

Langue :
Français
Citer cette ressource:
La forge numérique. (2013, 18 septembre). Le grain de blé et le peuplier : Jean Grémillon et l'espace sacré. [Podcast]. Canal-U. https://www.canal-u.tv/116209. (Consultée le 6 juillet 2022)
Contacter
Documentation

Ce colloque entend, sinon réhabiliter, du moins rendre un hommage renouvelé à l'un des cinéastes majeurs de l'école française: Jean Grémillon (1901-1959). Même si elle n'est pas complètement oubliée, l'œuvre de ce Normand (né à Bayeux) nourri d'art musical demeure aujourd'hui étrangement en retrait, sans doute en raison de son originalité et de sa complexité.

Pas moins de quatre axes paraissent aujourd'hui nécessaires pour approcher celui qu'on a trop souvent qualifié seulement de cinéaste maudit. Quatre chapitres, en résonance profonde avec son dernier film, son testament poétique, André Masson et les quatre éléments. D'abord l'axe documentaire ("la terre"), Grémillon présentant le cas unique d'un cinéaste de fiction commençant et achevant sa carrière par une série de courts métrages documentaires exemplaires. Puis l'axe sonore ("l'eau"), le rapport du cinéaste à l'expression musicale sous toutes ses formes s'avérant déterminant. Ensuite, plus inattendu car peu fréquenté, l'axe de l'ésotérisme ("l'air"), car l'érudit Grémillon a toujours inscrit ses films dans une rêverie précise se rattachant aux grandes traditions. Enfin l'axe des conflits de l'Histoire ("le feu"), le cinéaste s'étant toujours voulu un témoin de son temps. On souhaite ainsi, par ces quatre déclinaisons, donner des clefs pour mieux apprécier une poétique toujours actuelle, essentielle.

Actes du colloque

Jean Grémillon et les quatre Éléments

Yann Calvet, Philippe Roger (dir.)

Presses universitaires du Septentrion — 2019

ISBN : 978-2-7574-2446-9

En savoir plus

Sur le même thème