Entretien

Entretien avec Eduardo Paxeco (Rencontres 2010)

Réalisation : 18 mars 2010 Mise en ligne : 18 mars 2010
  • document 1 document 2 document 3
  • niveau 1 niveau 2 niveau 3
  • audio 1 audio 2 audio 3
Descriptif

Acteur chilien qui joue dans deux films des 22èmes Rencontres Cinémas D’Amérique Latine de Toulouse, Eduardo Paxeco analyse ces deux rôles, qui dépeignent des facettes de la vie quotidienne au Chili, l’un dans la capitale et l’autre en province, dans une société qui se modernise et véhicule des rêves, mais surtout des frustrations. Il évoque d'autre part son travail d’acteur, partagé entre cinéma pour le plaisir, le théâtre pour l’idéal et la télévision pour l’alimentaire. Il raconte les expériences de son groupe de théâtre et son désir d’ouvrir au cinéma chilien des lieux de diffusion, vu l’exiguïté de la place qui lui est faite.

Intervenants
Thèmes
Notice
Langue :
Espagnol, castillan
Crédits
Jean JIMENEZ (Réalisation), Université Toulouse II-Le Mirail SCPAM (Publication), Université Toulouse II-Le Mirail (Production)
Conditions d'utilisation
Tous droits réservés à l'Université Toulouse II-Le Mirail et aux auteurs.
Citer cette ressource:
UT2J. (2010, 18 mars). Entretien avec Eduardo Paxeco (Rencontres 2010). [Vidéo]. Canal-U. https://www.canal-u.tv/46867. (Consultée le 28 juin 2022)
Contacter
Documentation

Odile Bouchet : Eduardo Paxeco, buenas tardes.

Eduardo Paxeco : Hola.

OB : Vienes aquí con dos películas, eres actor, una de Andrés Wood.

EP : La buena vida.

OB : La buena vida. Y otra de Cristián Jiménez.

EP : Ilusiones ópticas.

OB : Ilusiones ópticas, que es de Valdivia, la otra es de Santiago.

EP : Sí, se filmó en Viña y en Santiago pero Santiago es como la...

OB : Bueno. Y bueno, háblanos un poco de eso, de tu trabajo de actor, de cómo, cómo viniste a actuar en esas películas.

EP : Sí, la primera película, La buena vida, fue mi primera película. Sí, bueno entré como... por audición normal. Es una película donde se trata de aceptar las buenas, la buena vida a partir de los objetivos que uno se pone. Y en mi caso, era bueno, tenía una... una conexión bastante especial, era mi primer trabajo. Me tocó audicionar la escena de la audición. Entonces había una relación entre aquello. El personaje, Mario, es un chico que quiere entrar, viene llegando de Berlín, quiere entrar en la Filarmónica. Para eso audiciona. Entonces audicionar para mí, Wood que es como el director más connotado de mi país. Entonces, más o menos tenía la misma sensación y si no quedaba, iba a tener que hacer más o menos las mismas cosas a las que se enfrenta, a las que se enfrenta Mario. Bueno, luego de eso, part... a los, al mes partimos con Ilusiones también.

OB : O sea, fueron contemporáneos los dos trabajos.

EP : Sí, sí, 2007, junio, agosto 2007 y luego septiembre, octubre del mismo año hago Ilusiones. En Valdivia, también un trabajo... En la relación, puede ser los personajes, también en Ilusiones, bueno en Ilusiones se ilusionan con ciertos... con la llegada de la modernidad y ellos empiezan a pensar que pueden tener acceso a otras vidas, a implantarse cosas, a relacionarse con ciertas personas que no se relacionaban.

OB : Sí, es que ésa es tu, o sea, la relación de tu personaje con aquella señora.

EP : Si al llegar la modernidad al pueblo, aparecen estos como sueños, ideas que se… , él jamás se planteó, el personaje, Rafael, jamás se planteaba, era bastante básico para vivir, aparte de ver televisión no tenía ningún otro, otro...

OB : Ideal, ¿no?

EP : Ideal y con esta llegada de la modernidad, con la llegada del mall, puede conocer a esta mujer y se puede imaginar que realmente puede ser un amante, incluso puede convertirse en ese joven caminando con el piyama de seda dentro de la casa. Sí, va a ser…, no sé si va a ser tan distinta la resolución de los conflictos que se enfrentan.

OB : Desde luego, porque tu personaje santiaguino hace, o sea, se resuelve a cosas que, que…

EP : Aunque los dos son provincianos. El viene… El Melillanca, Melillanca viene del Sur. Mario Cortés Melillanca. En un principio era Mario Melillanca Cortés, pero el… con Andrés empezamos a trabajar y el personaje se enfrenta en situaciones difíciles y entonces para que no quedara… Melillanca es como un apellido de ascendencia mapuche, entonces para que no quedase como concretamente mostrado de que él es... todos sus problemas los tenía por ser mapuche, entonces lo dejamos como segundo apellido, musitando un poco…

OB : Sí, o sea, que es, pero no es. O sea…

EP : Sí, pero no es. Sí, al final él mira, en un momento él ve a una chica tocando y es una chinita la que queda, como apelando a que... a que en el país de uno, es difícil ser profeta. Sí y... bueno, y él también apela harto a que hay que ser artista un poco, el personaje de Mario, ya que él no sabe... ¿qué es ser artista para él? Es ser artista en Berlín, lavando platos, pero estudiando en la Filarmónica, o sea, estudiando en el Conservatorio de Berlín, o es ser el primer clarinetista en la Filarmónica de Santiago, o ser clarinetista del Orfeón. Entonces… pero ahí parece que lo valoran más que en otros lados.

OB : Sí, también, pero cuando está en su audición, los de la Filarmónica se portan de manera sumamente grosera además.

EP : Sí.

OB : O sea, la imagen que da de lo que es la Filarmónica como, como entidad humana, no es muy…

EP : Sí, bueno, entra con zapatitos para que… se le ven solamente los zapatos para no se produzca esta como discriminación pero al final, igual, sí. Parte, sí, burocrático, están pensando más en comer, están preocupados de esto más que escuchar o no, y eso pasa harto.

OB : Sí, eso es de verdad, verdad.

EP : Eso pasa, sí, los que audicionan.

OB : Son desagradables, ¿no?

EP : A veces.

OB : Aquí también.

EP : Bueno, es tener el poder, entonces: “lo tengo y me toco la pera y te miro”.

OB : Eso es.

EP : Si, él se enfrenta, bueno en la película... bueno, los tres personajes están enfrentados como a sus, a sus sueños y como los intentan solucionar. Edmundo también, quiere este auto, apela a ello y se enfrenta esta carta de su padre. Y el personaje de Aline, Teresa, ella es más... bueno, es menos concreto porque el mío es... Mario es: “será la Filarmónica”, el otro: “auto”, ella es como, no sé cómo definirlo, recuperar su familia, recuperar el entorno familiar.

OB : Sí, una cosa así, una vida intima más densa, ¿no?

EP : Poder... poder recuperar su marido, tal vez, aunque en realidad no lo…

OB : No creo que al marido, pero por lo menos una vida familiar.

EP : Sí, sí. En algún momento le pide que se quede, ¿no?

OB : Sí.

EP : Sí, pero…

OB : Sí, sí, todos los personajes andan en la misma búsqueda de algo que no alcanzan, ¿no? Y tú hasta pierdes el instrumento de música, tu personaje lo pierde.

EP : Sí, yo me volví loquito igual, loquito en el sentido que estuve cuatro, cinco meses aprendiendo el clarinete, entonces salía para todos lados con él, como que quería tener la sensación de no perderlo, entonces salía, la cosa, iba al entrenamiento, iba a clase, a los ensayos, con el clarinete.

OB : Porque no tocabas música antes.

EP : No, aprendí para la película.

OB : Muy bien.

EP : Y tuve suerte, se portó bien conmigo el instrumento.

OB : Sí, bueno tal vez tú te portaste también bien con él, ¿no?

EP : Sí, practicamos harto, pero sacamos sonido como la primera vez, el profesor dijo: “No, va a costar, pero tranquilo.” Y lo logramos sacar.

OB : Muy bien.

EP : Sí, ahora mi repertorio era la canción de la Pantera rosa, Feliz Navidad, Cumpleaños feliz. Estuvimos puliendo, no, pero…

OB : Sí, también.

EP : Lo logramos sacar.

OB : Está bien.

EP : Bueno, y las primeras partes del, del… los primeros acordes de la audición también los tocamos.

OB : También los tuviste que aprender. Y para la otra película, ¿te fuiste a trabajar en un centro comercial también?

EP : Sí, estuvimos trabajando en el centro comercial durante la filmación, estuvimos como una semana antes, viendo todo el sistema de cámara, observando a los guardias. Pero el estudio, más que ver cómo funcionaba un guardia, fue más como funcionaba la gente de Valdivia, en el tono que tienen como para hablar, como que tienen una prosodia un poquito…

OB : Diferente de la tuya.

EP : Ya no la recuerdo mucho, pero fue hace tiempo, pero como… sí tienen una prosodia particular como: “Yo creo que…”. Ay, ya no recuerdo. Ya no la recuerdo, me da vergüenza. Pero, pero sí, tienen un cantito particular sureño, y de hecho, el director Cristián Jiménez lo tiene, y él, fue bonito, porque él es... bueno, bien santiaguino, pero viene de Valdivia, entonces como a la semana de estar en Valdivia su acento empezó a cambiar, se puso más valdiviano.

OB : Eso es lógico. La gente vive lejos de casa…

EP : Se pone más cantadito para hablar, no sé cómo era.

OB : Sí, sí. No, es porque vuelve a casa, o sea, al volver a casa recupera el acento de antes. Es así.

EP: Sí, de hecho, yo adquirí el look de él. Me hice la barbita que tenía en ese tiempo, el bigotito, la postura un poco que tenía.

OB: Sí, es como metido para dentro.

EP: Sí, apelando como la… a veces, los personajes son un poquito el alter ego de los directores. Entonces, con él, lo observaba y se puso súper valdiviano de al tiro, y ya, con el tiempo, entonces él era un buen personaje para observar, el mismo director.

OB : Está muy bien, eso te ayudó.

EP : Como en Mario, lo… no es la… lo, lo distante a veces que se pone con las, con las situaciones, eso un poco lo tiene Andrés.

OB : Ah, sí.

EP : Y también lo copiamos allí.

OB : O sea, con tus directores más o menos lograste un intercambio.

EP: Si, hay que sacarles un poquito, yo intento sacarles siempre a los directores un poco lo que… así que, mal no te van a decir: “No, está mal”, porque eso… Entonces… así que vas un poco a la segura, si pruebas un poco lo de ellos.

OB : ¿Entonces eran las primeras veces que tu hacías cine?

EP : A nivel, a ese nivel sí, como que había hecho películas de escuela, cortos, había hecho dos largos antes, que no alcanzaron a llegar a la pantalla, no alcanzaron a estrenarse, así que como a nivel de producción más grande eran las primeras.

OB : Y si no ¿trabajas en qué, en teatro, o haces otra cosa?

EP : Hago teatro con una compañía que se llama Minimale, es una compañía, Mi-ni-ma-le, es una compañía de teatro que montamos hace siete años en el Museo Nacional de Bellas Artes en Santiago. Y trabajamos los temas de la mediatización de la escena un poquito. Meter los conceptos… La intención es siempre filtrar la información que le entregamos al público, el mensaje que le entregamos al público ya sea, bueno, dicho por el actor, pero, este... siempre intervenido por algún elemento mediático, puede ser desde un televisor, lo vemos, en vez de verme en directo me ven actuando en una pantalla y yo estoy detrás de esa pantalla, tapado con algo, para que ellos intenten como hacer el efecto de oír y mirar, pero en realidad, lo tengo acá en la tele. O en otras, como estar actuando al frente de un espejo de seis metros, todo actuando de espaldas, entonces el público ve el reflejo del espejo, como en algunos de los montajes. O estar actuando con otro personaje que es un elemento, es una pantalla o una casa, que la casa se convierte en una pantalla y aparece el personaje por allí en esa pantalla. Como apelando también un poco a la… a la hiperrealidad, a la asociación de muchas realidades y al final anulamos la que… la que existe. Intentamos hacerlo con todos esos elementos mediáticos en la puesta en escena. Sí. Esos son mis… mi compañía de teatro, Minimale.

OB : ¿Y tienes otros proyectos de cine ahora, o más de teatro, o los dos? ¿O de televisión, qué sé yo?

EP : En Chile no, no puedes comunicarte solamente en una línea. Entonces como que trabajamos, en teatro trabajamos más para una cosa personal, para apagar estas ansias a veces, ese vacío existencial lo llevamos en el teatro, con los compañeritos, intentamos trabajar como con tu grupo, como hacer una familia en el trabajo. Está el cine que es el trabajo que a uno le encanta y también está la televisión que, este... te alimenta. Entonces sí, también allí trabajas como haciendo televisión… En Chile se hace mucha televisión, mucho más que cine. Si intentamos, se intenta todo el rato tratar de llevar ese formato del cine a la tele, aunque es bastante salchicha la tele, eso sí. Mañana, al otro día, mañana se filman 17 escenas, al día siguiente se realizan 16 escenas, en cine así 3, 4. Entonces yo trabajo mejor... mejor realizado, pero a mí me gustan los tres formatos. Tengo la suerte en este momento de estar con un proyecto para los tres, así que estamos allí decidiendo, decidiendo que… cuál es lo más conveniente. Haciendo calzar los tiempos y todo.

OB: Es que el cine chileno se desarrolló mucho últimamente, ¿no? En los últimos años, por lo menos un cine que sale, que nos llega a nosotros.

EP : Sí, se está recién haciendo más cosas. El año pasado, tal vez, y el año antepasado se estrenaron 25 películas o 30 películas.

OB : Eso es más que...

EP : Eso es súper bueno, antes se estrenaba una o dos.

OB : Claro.

EP : El problema es que no hay infrasestructura par poder estrenar las películas. Entonces, estar allí compitiendo con Kung Fu Panda, en la única sala que existe. Entonces, si ponías en la vara una película chilena con Kung Fu Panda, es difícil competir con ello. Kung Fu Panda lleva el fin de semana en Chile 80 000 y la película chilena llevó en la semana 1 000. Entonces te sacan a la primera semana y... se convierte muy en desechable el trabajo cinematográfico que es bastante difícil, a veces son proyectos de tres años, de cuatro años donde se invierte mucho dinero y se termina...

OB : Sí, con pocas sesiones al público.

EP : Súper pocas sesiones, una semana es nada para una película. Ilusiones ópticas ha estado más tiempo acá en Francia que en el mismo Chile, con La buena vida también.

OB : Aquí funciona bien Ilusiones ópticas.

EP : La buena vida estuvo como tres semanas. Luego se ganó un Goya pero no había sala en Chile para volver a estrenarla, ¿me entiendes? Entonces es... es difícil el tema del audiovisual en el país. Difícil competir con la...

OB : ...con el Norte.

EP : Sí, bueno, yo con la Minimale, estamos tratando... estamos partiendo del cambio de folio. Lo estamos pasando como a Minimale Films. Estamos produciendo, partiendo de la producción de un trabajo cinematográfico y la idea para que sea distinto es apelar también a nuevos espacios para poder exhibir las películas. No depender del cine: en Chile es el cine Hoyts, que es como la... el cine que... donde si no estás estrenando allí no es tu película. Bien. Entonces, la idea es empezar a buscar nuevos espacios donde poder exhibirlas, ya sea, exhibirlas en un teatro, no sé, podemos exhibir en el Museo de Bellas Artes y que la experiencia cinematográfica sea distinta también, ya que es en otro lugar también sea distinta el hecho de que... tal vez con un personaje conteste en escena y la película continúa allí o... no sé. Estamos viendo cuáles... que cuáles son los elementos que harían que la experiencia de ir a ver esta película en este teatro que... o en el Salón Blanco, el museo, o en el espacio donde se esté interviniendo tenga el carácter especial por que sea distinto a ir a sentarse a la sala a comer las cabritas, cachai.

OB : Muy bien, pues te agradezco mucho.

EP : Gracias a ustedes.

OB : Que la pases muy bien en Toulouse.

EP : Muchas gracias.

OB : Recién, bueno, aún no empezamos, mañana.

EP : Bueno, muchas gracias.

OB : Bueno, de nada, chau.

EP : Ah, dos.

OB : Aquí son dos.

EP : Sí, chau.

OB : Chau.

Transcription : Emmanuelle Charrier, Roxana Pantazi

,

Odile Bouchet : Bonjour, Eduardo Paxeco.

Eduardo Paxeco : Bonjour.

OB : Tu es acteur, tu présentes deux films, dont un d’Andrés Wood.

EP : La buena vida.

OB : La buena vida. Et l’autre de Cristián Jiménez.

EP : Ilusiones ópticas.

OB : Ilusiones ópticas est de Valdivia, l’autre est de Santiago.

EP : Oui, il a été filmé à Viña et à Santiago, mais Santiago est …

OB : Parle-nous de ton travail d’acteur, de comment tu as obtenu les rôles dans ces deux films.

EP : Le premier film, La buena vida, a été ma première expérience cinématographique. J’ai été engagé en tant que… par audition normale. Ce film traite de l’acceptation des bonnes … de la belle vie à partir d’objectifs que l’on s’impose. Pour moi, c’était, enfin, je me sentais lié de façon assez particulière, c’était mon premier travail. J’ai dû auditionner sur la scène de l’audition. Tout était donc lié. Le personnage Mario est un garçon qui veut intégrer… qui arrive de Berlin, et qui veut entrer à l’Orchestre Philarmonique. Et c’est pour ça qu’il se présente à l’audition. Et auditionner, pour moi, c’était impressionnant parce que Wood est un des réalisateurs les plus reconnus de mon pays. J’éprouvais plus ou moins la même sensation, c’est-à-dire que si je n’étais pas pris, j’allais être amené à faire à peu près les mêmes choses auxquelles Mario est confronté. Enfin, après, nous… un mois après, nous avons également commencé Ilusiones.

OB : Les deux films ont donc été tournés en même temps.

EP : Oui, oui, de juin à août 2007 et ensuite en septembre-octobre de la même année, j’ai fait Ilusiones. À Valdivia, c’est aussi un travail… Les personnages d’Ilusiones se font des illusions sur certains… sur l’arrivée de la modernité et ils commencent à croire qu’ils peuvent avoir accès à des vies différentes, à se faire des implants, à se mettre en contact avec certaines personnes qui n’étaient pas de leur milieu.

OB : Oui, et c’est justement ta relation, celle de ton personnage avec cette dame.

EP : Dans cettepetite ville, avec l’arrivée de la modernité, sont arrivés des rêves, des idées qui se… auxquelles ce personnage n’avait jamais pensé ; Rafael ne se posait pas de questions, il était tout à fait basique pour vivre, hormis regarder la télé, il n’avait aucun autre…

OB : Aucun autre idéal, non ?

EP : Aucun idéal et grâce à l’arrivée de la modernité, du centre commercial, il connaît cette femme et il arrive à s’imaginer qu’il peut être l’amant et même devenir ce jeune qui se promène en pyjama de soie dans la maison. Oui… je ne sais pas si la solution des conflits auxquels ils sont confrontés peut être si différente.

OB : Bien sûr, puisque ton personnage, originaire de Santiago fait, ou se décide à faire des choses qui…

EP : Les deux sont en fait des provinciaux. Lui, il est de… Melillanca vient du sud. Mario Cortés Melillanca. Il s’appelait Mario Melillanca Cortés au début, mais le… avec Andrés, nous avons commencé à travailler et le personnage est confronté à des situations difficiles et pour qu’il ne soit pas… Melillanca est un nom de famille d’origine mapuche, alors pour ne pas qu’il soit flagrant qu’il était… que tous ses problèmes venaient du fait qu’il était mapuche, nous avons inversé les noms de famille, on le dit en douce…

OB : Donc, c’est la raison sans l’être.

EP : Oui, sans l’être. Quand il regarde, à la fin, quand il voit une fille en train de jouer, c’est une chinoise et c’est elle qui a eu la place, cela fait allusion au fait… qu’il est bien difficile d’être prophète en son pays. Et… lui aussi, il a de grandes aspirations d’artiste, le personnage de Mario, puisqu’il ne sait pas… que signifie être artiste pour lui ? Ça signifie être artiste à Berlin, en travaillant comme plongeur, mais en faisant des études à l’Orchestre Philarmonique, enfin non, au Conservatoire de Berlin, ou bien être première clarinette à l’Orchestre Philarmonique de Santiago, ou clarinettiste à l’Orphéon. Alors… mais là-bas, ce genre de poste est plus valorisé qu’ailleurs.

OB : Oui, mais durant son audition, les gens de l’Orchestre Philarmonique sont extrêmement grossiers, en plus.

EP : Oui.

OB : En fait, l’image que ça donne de l’Orchestre Philarmonique en tant qu’entité humaine n’est pas très…

EP : Oui, enfin, il est dans ses petits souliers pour que… on ne voit que ses chaussures pour éviter la discrimination et en fin de compte, elle se produit quand même. C’est très bureaucratique, ces gens-là pensent plus à manger, ça les intéresse bien plus que d’écouter ou pas, et c’est très fréquent.

OB : En fait, c’est vraiment vrai.

EP : Ça arrive, oui, chez ceux qui font passer les auditions.

OB : Ils sont désagréables, tu crois pas ?

EP : Parfois.

OB : C’est pareil ici.

EP : C’est le fait d’avoir le pouvoir : « je l’ai, je me gratte le menton et je te toise ».

OB : C’est ça.

EP : Il est confronté, dans le film… enfin, les trois personnages sont confrontés à leurs rêves et ils essayent de les résoudre. Edmundo aussi veut cette voiture, c’est son désir et il se retrouve face à cette lettre de son père. Et pour le personnage que joue Aline, Teresa, pour elle c’est plus… disons, moins évident parce que pour le mien. Pour Mario, c’est : « Je jouerai à l’Orchestre Philarmonique », pour l’autre : « La voiture », alors que pour elle, je ne sais pas l’expliquer, il s’agit de récupérer sa famille, son cocon familial.

OB : Quelque chose comme ça, une vie intime plus intense, non ?

EP : Pouvoir récupérer son mari, peut-être, mais en fait elle ne…

OB : Je ne sais pas si elle veut récupérer son mari, mais au moins une vie de famille.

EP : Oui, oui. À un moment donné, elle lui demande même de rester…

OB : Oui.

EP : Oui, mais…

OB : Oui, oui, tous les personnages sont à la recherche de quelque chose qui leur échappe, n’est-ce pas ? Et toi, ton personnage, il perd même son instrument de musique.

EP : Oui, moi aussi, ça m’a rendu un peu fou, fou en ce sens que j’ai passé quatre à cinq mois à étudier la clarinette, où que j’aille, j’avais ma clarinette, je voulais avoir la sensation de ne pas la perdre, je sortais donc, j’allais à l’entraînement, j’allais en cours, aux répétitions, avec ma clarinette.

OB : Tu ne faisais pas de musique avant.

EP : Non, j’ai appris pour pour le film.

OB : Très bien.

EP : Et j’ai eu de la chance, l’instrument m’a bien traité.

OB : Si, enfin, peut-être que tu l’as bien traité aussi, non ?

EP : Oui, nous avons beaucoup pratiqué et au premier accord le professeur m’a dit: “Ça ne va pas être facile, mais t’en fais pas ». Et nous y sommes arrivés.

OB : Très bien.

EP : Oui, mais mon répertoire était limité à la chanson de la Panthère rose, Joyeux Noël, Un joyeux anniversaire. On a fait de notre mieux pour améliorer, mais….

OB : Oui.

EP : Nous y sommes arrivés.

OB : C’est bien.

EP : Enfin, et les premières parties de, du… on jouait aussi les premiers accords de l’audition.

OB : Tu as dû les apprendre aussi. Et en plus pour l’autre film, tu es allé travailler dans un centre commercial ?

EP : Oui, nous avons travaillé dans le centre commercial pendant le tournage, nous y sommes allés une semaine avant, pour voir le système de vidéosurveillance, pour observer les vigiles. Mais il s’agissait, plutôt que de voir comment travaillaient les vigiles, de voir comment étaient les gens de Valdivia, l’intonation qu’ils ont en parlant, ils ont une espèce de prosodie…

OB : Différente de la tienne.

EP : Je ne m’en souviens plus beaucoup, ça fait un petit moment, mais… ils ont une prosodie spéciale : « Je crois que… ». Ah, je ne me souviens plus. Je ne m’en souviens plus, j’ai honte. Mais ils ont un accent chanté du sud, et en fait, le réalisateur Cristián Jiménez l’a aussi et lui, c’était chouette, parce qu’il est… enfin, tout à fait intégré à Santiago, mais il est originaire de Valdivia, alors au bout d’une semaine à Valdivia, son accent a commencé à changer, il est devenu plus valdivien.

OB : C’est logique. Les gens vivent loin de chez eux…

EP : Il chante plus en parlant, je sais plus comment ça faisait.

OB : Oui, c’est parce qu’il est chez lui. Quand on retourne chez soi, on reprend l’accent qu’on avait avant. C’est comme ça.

EP: Oui, d’ailleurs, j’ai pris son look. Je me suis laissé pousser la même barbiche qu’il portait à ce moment-là, la petite moustache. J’ai reproduit sa façon de se tenir.

OB: Oui, il est un peu replié sur lui-même.

EP: Oui, parfois, les personnages sont un peu les alter ego des réalisateurs. Je l’ai observé et il était tout de suite redevenu très valdivien. Donc au fil des jours, le réalisateur lui-même est devenu un personnage intéressant à observer.

OB : C’est bien, ça t’a aidé.

EP : C’est la même chose pour Mario. La distance qu’il prend parfois avec les situations auxquelles il est confronté, Andrés fait ça aussi un peu.

OB : Ah, oui.

EP : Là aussi, je l’ai copié.

OB : Donc, tu as plus ou moins réussi à avoir un échange avec tes réalisateurs.

EP: Oui, il faut s’inspirer d’eux un peu. J’essaye toujours de m’inspirer du comportement des réalisateurs. Ils ne peuvent pas te le reprocher : « C’est pas bien », parce que sinon… Comme ça, il n’y a pas trop de risque à essayer de faire un peu comme eux.

OB : C’étaient tes premières expériences de cinéma ?

EP : De cette façon, oui. Avant, j’avais fait des films d’école, des courts, deux longs qui n’ont pas réussi à atteindre le grand écran, ils ne sont pas sortis. Là, c’étaient les deux premiers films avec un niveau de production plus important.

OB : À part ça, tu fais quoi ? Du théâtre ou autre chose ?

EP : Je fais du théâtre avec une compagnie qui s’appelle Minimale. Mi-ni-ma-le : c’est une compagnie que nous avons montée, il y a sept ans, au Musée National des Beaux-Arts à Santiago. Nous travaillons sur le thème de la médiatisation sur scène. Pour mettre des concepts… L’intention est de toujours filtrer l’information ou le message que nous donnons au public, bien qu’il soit dit par un acteur, il passe toujours par l’intervention d’un élément médiatique. Cela peut être à travers une télévision, au lieu de me voir directement, ils me voient jouer sur un écran et je suis derrière cet écran, caché par quelque chose pour qu’ils essayent d’avoir la sensation d’écouter et de regarder alors qu’en réalité je suis tout près à la télé. Ou encore, jouer face à un miroir de six mètres, complètement de dos, donc le public voit le reflet dans le miroir, comme dans certains montages. Ou alors, jouer avec un autre personnage qui est un élément, c’est un écran ou une maison. Et la maison se transforme en écran et le personnage apparaît de cette façon sur cet écran. On recherche un peu l’hyperréalité, l’association de plusieurs réalités qui finalement font perdre celle qui existe. Nous essayons de faire ça en mettant tous ces éléments médiatiques dans la mise en scène. Voilà, ce sont mes… c’est ma compagnie de théâtre, Minimale.

OB : As-tu d’autres projets actuellement au cinéma, ou théâtre ou les deux ? Ou à la télévision, pourquoi pas ?

EP : Au Chili, on ne peut pas s’en tenir à un seul moyen de communication.

Le travail au théâtre est plus personnel, il permet d’apaiser ces tourments parfois, ce vide existentiel, nous le portons au théâtre moi et mes compagnons. Nous essayons de travailler toujours ensemble, de créer une famille au travail. Le cinéma, on y travaille par passion et la télévision… c’est elle qui nous donne de quoi manger. Donc oui, là-bas, il faut travailler pour la télévision. Au Chili, on tourne beaucoup pour la télévision, beaucoup plus que pour le cinéma. On essaye en permanence d’emmener le format du cinéma vers la télé même si à la télé, c’est un peu le travail à la chaîne, c’est vrai. Du jour pour le lendemain, demain on filme 17 scènes, le jour suivant on tourne 16 scènes alors qu’au cinéma c’est plutôt trois ou quatre. Donc, je travaille mieux, c’est mieux réalisé, mais j’aime bien les trois moyens d’expression. En ce moment, j’ai la chance d’avoir un projet pour les trois. Nous essayons d’évaluer lequel est le plus faisable en faisant en sorte de tout combiner, le temps et le reste.

OB: Il faut dire que le cinéma chilien s’est beaucoup développé dernièrement, pas vrai ? Ces dernières années, tout du moins le cinéma qui arrive jusqu’à nous.

EP : Oui, il y a plus de choses qui se font récemment. L’année dernière, peut-être, et l’année précédente, il y a 25 ou 30 films qui sont sortis.

OB : C’est déjà énorme.

EP : C’est super bien, avant il n’y avait qu’un ou deux films par an.

OB : Évidemment.

EP : Le problème, c’est qu’il n’y a pas d’infrastructure pour montrer les films.
Alors il te faut rivaliser avec Kung Fu Panda dans la seule salle qui existe. Si on met dans la balance un film chilien contre Kung Fu Panda, c’est dur de lutter. Kung Fu Panda fait 80 000 entrées en un week-end au Chili et le film chilien, en une semaine, en fait 1 000. Le film n’est plus à l’affiche après la première semaine et… on transforme en produit jetable un travail cinématographique qui est assez difficile, il s’agit parfois de projets de trois à quatre ans où l’on investit beaucoup d’argent et ça finit…

OB : Avec peu de séances publiques.

EP : Très peu de séances, une semaine, c’est rien pour un film. Ilusiones ópticas a été plus longtemps à l’affiche ici en France qu’au Chili, même, et pareil pour La buena vida.

OB : Ici, Ilusiones ópticas marche bien.

EP : La buena vida est resté à peu près trois semaines. Ensuite, il a gagné un Goya mais il n’y avait aucune salle au Chili pour refaire une sortie, tu comprends. La problématique audiovisuelle est un sujet épineux dans le pays. C’est difficile de rivaliser avec…

OB : ...avec le Nord.

EP : Oui, enfin, avec la Minimale, nous sommes en train d’essayer… de passer à autre chose. Ça va s’appeler Minimale Films. Nous allons produire un nouveau projet cinématographique. L’idée est de faire quelque chose de différent, de chercher de nouveaux espaces où montrer les films. Pour ne pas dépendre de la salle, au Chili c’est le cinéma Hoyts, qui est le lieu où si un film n’est pas programmé là, c’est comme si il n’existait pas. Bon, l’idée c’est de commencer à chercher de nouveaux espaces où on peut les diffuser, dans un théâtre, je sais pas, on peut projeter au Musée des Beaux-Arts et que l’expérience cinématographique soit différente aussi. Puisque c’est dans un autre lieu autant faire quelque chose de différent comme… peut-être un personnage sur scène qui répond et le film continue en même temps ou… je ne sais pas. Nous sommes en train d’étudier quels seraient les facteurs qui feraient que le fait d’aller voir ce film dans ce théâtre-là, ou au Salon Blanc, ou bien au musée, quel que soit l’endroit où ait lieu l’intervention, en fasse quelque chose de particulier pour que ce ne soit pas la même chose que d’aller s’asseoir dans une salle manger des pop-corn, quoi.

OB : Très bien, je te remercie beaucoup.

EP : Merci à vous tous.

OB : Bon séjour à Toulouse.

EP : Merci beaucoup.

OB : Ça vient juste, enfin, non, ça n’a pas encore commencé, demain.

EP : Merci beaucoup.

OB : De rien, ciao.

EP : Ah, deux.

OB : Ici, c’est deux.

EP : Oui, ciao.

OB : Ciao.

Traduction : Emmanuelle Charrier

Dans la même collection

Sur le même thème