Conférence

Les premiers imitateurs de Diogène de Laërce au XVIe siècle / Michail Bitzilekis

Réalisation : 2 février 2012 Mise en ligne : 2 février 2012
  • document 1 document 2 document 3
  • niveau 1 niveau 2 niveau 3
  • audio 1 audio 2 audio 3
Descriptif

Les premiers imitateurs de Diogène de Laërce au XVIe siècle / Michail Bitzilekis. In journées d'études "Usages et enjeux de l'apophtegme dans les littératures européennes des XVIe et XVIIe siècles", organisées par l'équipe « Littérature et Herméneutique » du laboratoire Patrimoine, Littérature, Histoire (ELH-PLH) à Université de Toulouse-Le Mirail, les 2 et 3 février 2012.

Lepremier traducteur français de Diogène Laërce est François deFougerolles (1601), mais il ne fut pas le premier imitateur françaisde Diogène. Le premier imitateur de Diogène est Guillaume Tardif.Les emprunts à Diogène faits par Guillaume Tardif sontinnombrables. Pas plus que d’une étude des Ditz moraulx ilne saurait être question d’étudier en entier ce qu’il doit àDiogène. Les Ditz moraulx sont une compilation oùapparaissent plusieurs sentences morales, aventures singulières etanecdotes tirées de vies des philosophes. Lespremiers imitateurs de Diogène ne se contentent pas de recopier toutsimplement le texte des Vies, mais ils essayent dereconstituer, de fabriquer leur propre recueil d’apophtegmes. En1545, Gilles Corrozet publia un ouvrage intitulé Le Conseil desept Sages de Grece qui se présente comme une biographie et unrecueil d’apophtegmes des sept Sages. Cette tendance à imiterDiogène est plus évidente dans un ouvrage d’un anonyme publié en1554. Dans cet ouvrage, nous rencontrons deux fameuses anecdotes deThalès et de Solon, mais cette fois-ci la fidélité par rapport autexte de Diogène est plus que remarquable. Sansperdre de vue que Diogène Laërce a été traduit pour la premièrefois en latin vers 1472, il est certain que ces auteurs ont pu avoiraccès à ce texte majeur par l’intermédiaire de la traductionlatine d’Ambrogio Traversari. Guillaume Tardif, actif vers 1475,n’a pas pu connaître d'autre édition que celle de Traversari. Lalecture possible d’un manuscrit est plutôt à exclure vu que lespremiers manuscrits qui arrivent de Constantinople sont à lapossession des érudits et collectionneurs. Cette hypothèse estconfirmée par Charles Fontaine dans l’introduction de son ouvrageLes dicts des sept Sages quand il se réfère à la « proselatine » des Vies.

Intervenants
Thèmes
Notice
Langue :
Français
Crédits
Jean JIMENEZ (Réalisation), Université Toulouse II-Le Mirail SCPAM (Publication), Université Toulouse II-Le Mirail (Production)
Conditions d'utilisation
Tous droits réservés à l'Université Toulouse 2-Le Mirail et aux auteurs
Citer cette ressource:
UT2J. (2012, 2 février). Les premiers imitateurs de Diogène de Laërce au XVIe siècle / Michail Bitzilekis. [Vidéo]. Canal-U. https://www.canal-u.tv/60795. (Consultée le 21 mai 2022)
Contacter
Documentation

Christine Noille-Clauzade, Le recueil est-il un texte comme un autre ? De la disposition des Fables et de ses enjeux, site web RARE (Rhétorique de l’antiquité à la Révolution), sept. 2012. [En ligne : http://w3.u-grenoble3.fr/rare/spip/IMG/pdf/Noille_LaFontaine.pdf].

Frank Lestringant (dir.), Contes et discours bigarrés, PU Paris-Sorbonne, 2011, 236 p. Coll. Cahiers V.L. Saulnier.

Dominique Bertrand, Curiosité bien tournée et cynisme discret dans « Les Caractères de  La Bruyère », in Roukhomovsky, Bernard (dir.),  Mélanges Serroy, Université Stendhal-Grenoble 3, 2009, coll. Recherches et travaux U.E.R. de lettres 67.

Éric Tourette, Les formes brèves de la description morale : quatrains, maximes, remarques. Paris : Ed. Honoré Champion, 2008, 528 p. Coll. Moralia.

Louis Lobbes, Les Apophthegmes d'Érasme: translations françaises et enjeux, Librairie Droz, Seizième Siècle, 1, 2005, 85-97.

Olivier Guerrier, La tradition des Moralia de Plutarque de l'Antiquité au début de la Renaissance, in Pascal Payen et Olivier Guerrier (dir), Actes de la journée d'études du 30 janvier 2004, Pallas, 67, mars 2005.

Jean Ducat, Pédaritos ou le bon usage des apophtegmes, Strasbourg, Université Marc Bloch, Ktema, 27, 2002, 13-34.

Marie-Madeleine de la Garanderie, Christianisme et lettres profanes : essai sur l'humanisme français (1515-1535) et sur la pensée de Guillaume Bu, Paris, Ed. Honoré Champion, 1995, 443 p.

Marie-Claire Thomine, Le langage du quotidien chez Noël Du Fail : répertoire des locutions sentencieuses, Tokyo, Revue des Amis de Ronsard, VI, 1993, 85-101.

Alberto Blecua, La littérature apophtegmatique en Espagne, in Augustin Redondo (dir.), L’humanisme dans les lettres espagnoles, Paris, Editions Vrin, 1979, 119-132.

Diogène Laërce, De vitis dogmatis & apophtegmatis eorum : qui in philosophia claruerunt, libri X, traduit en latin par Thomaso Aldobrandino interprete, Rome : Aloysium Zanettum, 1594. [En ligne : http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k595503/f2.image.r=Diog%C3%A8ne%20de%20La%C3%ABrce.langFR].

> Voir aussi la bibliographie générale du colloque, à télécharger, dans l'onglet "Documents" de la séquence d'introduction.

Dans la même collection

Sur le même thème