Conférence

"Cum grano salis" : le problème de l'apophtegme humoristique dans la seconde moitié du XVIe siècle / Nicolas Kiès

Réalisation : 2 février 2012 Mise en ligne : 2 février 2012
  • document 1 document 2 document 3
  • niveau 1 niveau 2 niveau 3
  • audio 1 audio 2 audio 3
Descriptif

"Cum grano salis" : le problème de l'apophtegme humoristique dans la seconde moitié du XVIe siècle / Nicolas Kiès. In colloque "Usages et enjeux de l'apophtegme dans les littératures européennes des XVIe et XVIIe siècles", organisé par l'équipe « Littérature et Herméneutique » du laboratoire Patrimoine, Littérature, Histoire (ELH-PLH) à Université de Toulouse-Le Mirail, les 2 et 3 février 2012.

A la suite de Barbara C.Bowen, qui affirmait « qu’à partir de la publication desApophthegmata d’Erasme on ne peut plus distinguer entresententia et facetia », nous proposonsd’interroger le rapprochement entre trait facétieux et ditmémorable au XVIe siècle, à la lumière de nos travauxsur la bigarrure et en particulier sur les « contes et discoursbigarrez » de la fin du XVIe siècle. L’hypothèsede la rencontre entre facétie et apophtegme soulève des enjeuxd’ordre lexical et, plus profondément, des problèmesd’identification générique : 1) A côté du trèspolysémique facecie, le mot apophthegme devient aucours du siècle une sorte d’hyperonyme du dit bref, proche dusubstantif rencontre. Il désigne volontiers des railleriestriviales (Des Périers), voire des gaffes (Tabourot). 2) Apophtegmes et bonsmots « facecieux » voisinent en outre dans les mêmescompilations de « dits mémorables ». Le phénomène estancien : la veine humoristique est principalement représentée,chez Plutarque ou Diogène Laërce, par les apophtegmes cyniques,dont se fait largement écho Erasme. Cependant, à en croire laplupart des compilateurs, la recherche de l’édification prime surla visée humoristique : significativement, si le locuteur peutprononcer tel apophtegme plaisant en riant, comme pour manifester sasupériorité intellectuelle ou morale, il ne provoque que rarementle rire de l’auditoire. Les « contes etdiscours bigarrez » des années 1580 (en particulier les Seréesde G. Bouchet et les Contes et discours d’Eutrapel de N. DuFail) vont plus loin. A la faveur de devis à bâtons rompus, ilsorchestrent des rencontres inattendues entre des matériauxfondamentalement hétérogènes, et se présentent ouvertement commefacétieux : à la différence des Essais de Montaigne,le rire l’emporte sans conteste sur le sourire. La frontière entreapophtegme et facétie, ou entre apophtegme sérieux et apophtegmeplaisant, devient éminemment poreuse. Les diverses rencontres nesont plus séparées par des blancs textuels comme dans lescompilations d’Erasme ou de Lycosthène : elles sont aucontraire emportées dans le mouvement des devis, qui ne cessent demêler les tons, les formes et les sujets. Reprenant un mot d’HenriEstienne, Bouchet se plaît à considérer les apophtegmes comme des« apostumes » (I, 94). Ces auteursréinterprètent ainsi la forme de l’apophtegme, mêlée au seindes « rencontres » : - critère énonciatif :le mot n’est plus seulement prononcé par des Grands, mais aussipar des anonymes, y compris le petit peuple des « métiers ».Les intentions des locuteurs peuvent également changer : unmême apophtegme, en devenant involontaire (Tabourot), gagne une viscomica insoupçonnée. - critère thématique :plusieurs « dits memorables » perdent tout contenuphilosophique, ou sont interprétés à plus bas sens. - critère « formel » :les apophtegmes ne sont plus systématiquement séparés par desblancs. Le bref côtoie le long.- critère de l’usage :le « memorable » ne se limite plus au didactique.L’apophtegme fait souvent rire le cercle des entreparleurs, et viseà enrichir des conversations ultérieures.

Langue :
Français
Crédits
Jean JIMENEZ (Réalisation), Université Toulouse II-Le Mirail SCPAM (Publication), Université Toulouse II-Le Mirail (Production)
Conditions d'utilisation
Tous droits réservés à l'Université Toulouse 2-Le Mirail et aux auteurs.
Citer cette ressource:
Université Toulouse-Jean Jaurès. (2012, 2 février). "Cum grano salis" : le problème de l'apophtegme humoristique dans la seconde moitié du XVIe siècle / Nicolas Kiès. [Vidéo]. Canal-U. https://www.canal-u.tv/60847. (Consultée le 24 janvier 2022)
Contacter

Christine Noille-Clauzade, Le recueil est-il un texte comme un autre ? De la disposition des Fables et de ses enjeux, site web RARE (Rhétorique de l’antiquité à la Révolution), sept. 2012. [En ligne : http://w3.u-grenoble3.fr/rare/spip/IMG/pdf/Noille_LaFontaine.pdf].

Frank Lestringant (dir.), Contes et discours bigarrés, PU Paris-Sorbonne, 2011, 236 p. Coll. Cahiers V.L. Saulnier.

Dominique Bertrand, Curiosité bien tournée et cynisme discret dans « Les Caractères de  La Bruyère », in Roukhomovsky, Bernard (dir.),  Mélanges Serroy, Université Stendhal-Grenoble 3, 2009, coll. Recherches et travaux U.E.R. de lettres 67.

Éric Tourette, Les formes brèves de la description morale : quatrains, maximes, remarques. Paris : Ed. Honoré Champion, 2008, 528 p. Coll. Moralia.

Louis Lobbes, Les Apophthegmes d'Érasme: translations françaises et enjeux, Librairie Droz, Seizième Siècle, 1, 2005, 85-97.

Olivier Guerrier, La tradition des Moralia de Plutarque de l'Antiquité au début de la Renaissance, in Pascal Payen et Olivier Guerrier (dir), Actes de la journée d'études du 30 janvier 2004, Pallas, 67, mars 2005.

Jean Ducat, Pédaritos ou le bon usage des apophtegmes, Strasbourg, Université Marc Bloch, Ktema, 27, 2002, 13-34.

Christophe Clavel, « Sub specie hominis » : Le Gaulard et la question des genres. Tabourot et la pratique de l'Apophtegme, Bulletin de l'Association d'étude sur l'humanisme, la réforme et la renaissance 51-52, 2000, 165-186. [http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/rhren_0181-6799_2000_num_51_1_2386

Marie-Madeleine de la Garanderie, Christianisme et lettres profanes : essai sur l'humanisme français (1515-1535) et sur la pensée de Guillaume Bu, Paris, Ed. Honoré Champion, 1995, 443 p.

Daniel Ménager, La Renaissance et le rire, Paris, Presses universitaires de France, 1995

Barbara C. Bowen, Facétie / sententia / apophtegme : "les Divers propos memorables" de Gilles Corrozet, in Narrations brèves : Mélanges de littérature ancienne offerts à Krystyna Kasprzyk, Publications de l'Institut de philologie romane, Université de Varsovie, 1993, 229-236.

Marie-Claire Thomine, Le langage du quotidien chez Noël Du Fail : répertoire des locutions sentencieuses, Tokyo, Revue des Amis de Ronsard, VI, 1993, 85-101.

Alberto Blecua, La littérature apophtegmatique en Espagne, in Augustin Redondo (dir.), L’humanisme dans les lettres espagnoles, Paris, Editions Vrin, 1979, 119-132.

Les bigarrures et touches du seigneur des Accords. Avec les Apophtegmes du sieur Gaulard et les Escraignes dijonnoises, 1603. [En ligne : http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k6274152x.r=sieur+Gaulard.langFR].

Étienne Tabourot, Les Bigarrures, Paris, imprim. par Claude de Montr'œil, Jean Richer, 1595. [En ligne : http://www.bvh.univ-tours.fr/Consult/consult.asp?numtable=B861946101_DM50_1&numfiche=276&mode=3&offset=4&ecran=0].

> Voir aussi la bibliographie générale du colloque, à télécharger, dans l'onglet "Documents" de la séquence d'introduction.

Dans la même collection

Sur le même thème