Canal-U

Mon compte
Canal Archéo Montpellier

Entre fleuve et océan : le port antique de Rezé / Ratiatum (Loire-Atlantique)


Copier le code pour partager la vidéo :
<div style="position:relative;padding-bottom:56.25%;padding-top:10px;height:0;overflow:hidden;"><iframe src="https://www.canal-u.tv/video/asm/embed.1/entre_fleuve_et_ocean_le_port_antique_de_reze_ratiatum_loire_atlantique.16932?width=100%&amp;height=100%" style="position:absolute;top:0;left:0;width:100%;height: 100%;" width="550" height="306" frameborder="0" allowfullscreen scrolling="no"></iframe></div> Si vous souhaitez partager une séquence, indiquez le début de celle-ci , et copiez le code : h m s
Auteur(s) :
GUITTON David
MOUCHARD Jimmy

Producteur Canal-U :
Canal Archéo Montpellier
Contacter le contributeur
J’aime
Imprimer
partager facebook twitter Google +

Entre fleuve et océan : le port antique de Rezé / Ratiatum (Loire-Atlantique)

La commune de Rezé est localisée au fond de l'estuaire de la Loire et en rive sud du fleuve, face à la ville de Nantes-Condevicnum. Selon Ptolémée (Géographie, II, 7), Rezé-Ratiatum est située en territoire picton. La Loire constitue en effet, si l'on en juge par les sources écrites (Strabon, Géographie, IV, 2, 1), une frontière naturelle entre deux provinces, la Lyonnaise et l'Aquitaine, et entre deux cités, celle des Pictons et celle des Namnètes. L'agglomération occupe un important carrefour de voies terrestres, fluviales et maritimes et se développe le long du fleuve sur environ 50 hectares à son apogée au IIe siècle de notre ère (superficie qu'il faut probablement doubler en prenant en compte les quartiers suburbains).

Les fouilles conduites depuis 2005 dans le quartier de Saint-Lupien, à l'extrémité orientale de la ville, ont permis de confirmer l'existence d'aménagements portuaires, relativement modestes dans un premier temps (appontements en bois ?), puis bien plus imposants à partir de la fin du Ier siècle. Un vaste chantier de construction s'ouvre alors avec l'édification d'un épais mur de berge en pierre, qui prend appui contre une rupture de pente naturelle. Au droit de deux rues du quartier commercial et artisanal adjacent, ce mur s'élargit sous la forme de vastes terrasses artificielles, qui s'avancent en direction de l'eau. Ces dernières sont construites en pierre et bois, suivant une technique de caissons juxtaposés (une quinzaine d'identifiés). Pour l'heure et pour simplifier, l'ensemble monumental, se résumant à une alternance de quais chainés à des murs de berge, a été reconnu puis étudié sur plus de 150 m de long et jusqu'à 30 m de large.

L'un des quais, de plan complet (21 m de façade) et le mieux conservé (1,30 m d'élévation), comprend une armature interne constituée de poutres ou longrines en chêne s'entrecroisant et subdivisant ainsi l'étendue en plusieurs compartiments. Les espaces ainsi délimités sont ensuite comblés de déchets de taille de micaschiste avant d'être recouverts d'un dallage. Côté fleuve, le quai est habillé en façade par une série de poteaux en chêne situés à intervalles réguliers et bien calés entre des murets en pierre sèche. Ils sont assemblés à la base par tenon et mortaise à une série de sablières basses de même essence, et associées entre-elles par des entures de continuité. Sur ces sablières et en lien avec chaque poteau, figuraient des marques d'assemblage sous forme de chiffres romains. Cette ossature de pierre et de bois est habillée de véritables panneaux en chêne de près de 9 m de long sur 0,75 m de haut. De nombreux bois, dont certains comportent encore leur aubier, ont ainsi fait l'objet de prélèvements pour analyses dendrochronologiques. Les premiers résultats attestent une date d'abattage située pendant l'hiver 88/89 de notre ère, suggérant pourquoi pas une mise en œuvre en 89 ap. J.-C.

Ce système portuaire, fonctionnant au moins durant la première moitié du IIe siècle ap. J.-C. (apogée de la ville), permettant ainsi l'embarquement et le déchargement des marchandises, associe dans le même temps la reconstruction de grands entrepôts ouverts sur le fleuve. Le programme initié, imposant par bien des aspects (superficie, quantité de matériaux employée, ...) résulte nécessairement d'un plan d'urbanisme concerté et d'une volonté politique forte, d'autant, qu'en l'état de la recherche, il reste possible d'imaginer que l'agglomération antique de Rezé, présente une façade monumentale et portuaire de plus d'un kilomètre en rive gauche de Loire.

  •  
  •  
    Date de réalisation : 22 Mai 2014
    Durée du programme : 22 min
    Classification Dewey : Archéologie et préhistoire
  •  
    Catégorie : Conférences
    Niveau : niveau Doctorat (LMD), Recherche
    Disciplines : Archéologie
    Collections : Les ports dans l'espace méditerranéen antique
    ficheLom : Voir la fiche LOM
  •  
    Auteur(s) : GUITTON David, MOUCHARD Jimmy
    Réalisateur(s) : RICHARD Muriel
  •  
    Langue : FRA
    Mots-clés : archéologie
 

commentaires


Ajouter un commentaire Lire les commentaires
*Les champs suivis d’un astérisque sont obligatoires.
Aucun commentaire sur cette vidéo pour le moment (les commentaires font l’objet d’une modération)
 

Dans la même collection

 Le Mas Desports : un établissement portuaire antique et médiéval sur les communes de Lunel et Marsillargues (Hérault)
 Carpologie en contexte portuaire romain : économie végétale et environnements des sites de Caska (Ile de Pag, Croatie), du Castélou (Narbonne), et d'Arles Rhône 3
 Le port lagunaire de Kition (Larnaca, Chypre)
 Géoarchéologie des ports antiques lagunaires en Méditerranée
 Restitution de la morphologie littorale et aménagements portuaires de Forum Iuli
 Ports fluviaux, ports lagunaires du Rhône et son delta à l'Antiquité : mobilité environnementale et dynamiques géomorphologiques comme contraintes à l'aménagement (Port d'Arles, Fos Saint Gervais, Ulmet)
 Ingénierie hydraulique et opérations de canalisation en Cisalpine : quels éléments de comparaison avec la Gaule Transalpine ?
 Géoarcheologie du bassin portuaire d'Ostia : localisation, chronostratigraphie et comparaison avec les bassins de Portus
 Techniques de bonification d'une zone palustre au Ier s. à Fos-sur-Mer (Bouches-du-Rhône)
 À l'autre bout de la Garonne. Burdigala : un port fluvio-maritime antique de l'Arc Atlantique
 Construire dans l'eau : aménagements antiques à interpréter dans la Lagune de Venise
 Connecting Rome to Portus, Ostia and the sea: the canal system of Claudius and Trajan
 Le port fluvial d'Arles et ses avant-ports maritimes
 Le système portuaire fluvio-lagunaire de la vallée du Bétis (Guadalquivir), réflexions sur son organisation et son évolution de la fin de la République à la fin du Haut-Empire romain
 Patavium et ses ports fluvio-lagunaires. Le cas du portus ou forum de Mino Meduaco
 Les hommes et l'activité portuaire dans l'emporion de Narbonne (IIe siècle av. J.-C. – IIe siècle ap. J.-C.)
 L'établissement littoral de Saint-Martin à Gruissan : un avant-port de Narbonne ?
 Les fouilles de l'embouchure du fleuve antique dans les étangs narbonnais
 Le débarcadère de Port-la-Nautique
 Le vivier augustéen du Lac de Capelles à Port-la-Nautique (Narbonne)
 La fouille du 14 Quai d'Alsace à Narbonne. Nouvelles informations sur l'histoire de la Robine et de sa fréquentation durant les premiers siècles de notre ère.
 19/20 Quai d'Alsace à Narbonne : artisanat et commerce en bordure du Canal de la Robine
FMSH
 
Facebook Twitter Google+
Mon Compte