Canal-U

Mon compte
Institut d'astrophysique de Paris

EINSTEIN ET LA RELATIVITÉ GÉNÉRALE


Copier le code pour partager la vidéo :
<div style="position:relative;padding-bottom:56.25%;padding-top:10px;height:0;overflow:hidden;"><iframe src="https://www.canal-u.tv/video/iap/embed.1/einstein_et_la_relativite_generale.18777?width=100%&amp;height=100%" style="position:absolute;top:0;left:0;width:100%;height: 100%;" width="550" height="306" frameborder="0" allowfullscreen scrolling="no"></iframe></div> Si vous souhaitez partager une séquence, indiquez le début de celle-ci , et copiez le code : h m s
Auteur(s) :
BALIBAR Françoise

Producteur Canal-U :
Institut d'astrophysique de Paris
Contacter le contributeur
J’aime
Imprimer
partager facebook twitter Google +

EINSTEIN ET LA RELATIVITÉ GÉNÉRALE

Après avoir parcouru les diverses étapes de l'épineux chemin suivi par Einstein pour l'établissement de la théorie de la relativité générale, de 1907 à la fin de l'année 1915 (en pleine guerre, donc), je me propose de passer en revue l'histoire des trois "tests" observationnels (courbure des rayons de lumière au voisinage du Soleil, avance du périhélie de Mercure, décalage vers le rouge des raies spectrales), suggérés par Einstein lui-même comme étant susceptibles de mettre sa théorie à l'épreuve. Ce qui me conduira à réfléchir sur le rôle apparemment "second" (de simple vérification), rôle important mais non nécessaire, accordé par Einstein aux données "expérimentales", tout en soulignant le rôle, absolument nécessaire mais finalement assez peu important, accordé par lui aux développements mathématiques au sens technique du terme. Je terminerai en essayant de caractériser ce qui, pour Einstein en tout cas, fait que l'activité scientifique produit de la pensée.

 

commentaires


Ajouter un commentaire Lire les commentaires
*Les champs suivis d’un astérisque sont obligatoires.

gil stauffer 19/09/2015 11h31

Mme Balibar est une grande dame. Simplement.
 

Dans la même collection

FMSH
 
Facebook Twitter Google+
Mon Compte