Canal-U

Mon compte
Université de tous les savoirs

Sommes-nous responsables de nos croyances ?


Copier le code pour partager la vidéo :
<div style="position:relative;padding-bottom:56.25%;padding-top:10px;height:0;overflow:hidden;"><iframe src="https://www.canal-u.tv/video/universite_de_tous_les_savoirs/embed.1/sommes_nous_responsables_de_nos_croyances.1183?width=100%&amp;height=100%" style="position:absolute;top:0;left:0;width:100%;height: 100%;" width="550" height="306" frameborder="0" allowfullscreen scrolling="no"></iframe></div> Si vous souhaitez partager une séquence, indiquez le début de celle-ci , et copiez le code : h m s
Auteur(s) :
ENGEL Pascal

Producteur Canal-U :
Université de tous les savoirs
Contacter le contributeur
J’aime
Imprimer
partager facebook twitter Google +

Les chapitres


Sommes-nous responsables de nos croyances ?

Les croyances ont des causes plutôt que des raisons, et beaucoup d'entres elles sont soumises à des déterminations sociales. Si la croyance n'est pas volontaire, comment pourrions-nous être responsables de nos croyances? Peut-on reprocher à quelqu'un de croire des choses stupides? Et pourtant on peut blâmer un individu pour ses croyances racistes ou pour ses opinions irrationnelles, et nombre de conceptions de la croyance religieuse en font des engagements volontaires. Depuis le fameux argument du pari de Pascal, on a également soutenu que les raisons pratiques de croire pouvaient, dans certains cas, l'emporter sur les raisons théoriques de croire. Y-a-t-il une "éthique de la croyance" au même sens qu'il y a une éthique tout court?

Si nous voulons répondre à ces questions, il nous faut d'abord clarifier la psychologie de la croyance, et déterminer si elle relève de la part active ou de la part passive de notre esprit. Alors que l'action est soumise au contrôle, les croyances ne le sont pas. Il faut aussi réviser notre conception usuelle de la liberté dans la croyance. Celle-ci ne repose pas sur la liberté de la volonté ou le libre arbitre, et la raison pratique diffère de la raison théorique. Il ne s'ensuit pas qu'il n'y ait pas de liberté de croire, ni de responsabilité quant aux croyances. Nous devons à la fois renoncer à une conception purement déterministe et causaliste des croyances, du type de celles que défendent nombre d'anthropologues, de sociologues et de psychologues cognitifs, et à une conception purement volontariste.

  •  
  •  
    Date de réalisation : 26 Novembre 2000
    Durée du programme : 69 min
    Classification Dewey : Philosophie et psychologie, Philosophie et théorie de la religion
  •  
    Catégorie : Conférences
    Niveau : Tous publics / hors niveau
    Disciplines : Philosophie générale par notions, Théorie de la religion
    Collections : Réflexions sur la croyance et les convictions
    ficheLom : Voir la fiche LOM
  •  
    Auteur(s) : ENGEL Pascal
    producteur : Mission 2000 en France
    Réalisateur(s) : Mission 2000 en France
  •  
    Langue : Français
    Mots-clés : croyance, religion, foi
 

commentaires


Ajouter un commentaire Lire les commentaires
*Les champs suivis d’un astérisque sont obligatoires.

berlherm 02/03/2014 10h19

Si je vous place en A et que je vous dis d’aller en B, est-ce que vous vous sentirez libre, sachant que vous pourrez faire presque ce que vous voulez pour atteindre B, mais que vous ne pourrez rien faire d’autre que d’obtempérer  ? (A étant la naissance obligatoire, et B la mort obligatoire.)
Tout ce qui est dans la pensée est mémoire puisque tout se répète quotidiennement. Les connaissances sont mémoires, ainsi que les fonctions mentales. La conscience est elle-même répétée donc mémoire.
Le libre arbitre est impossible  : ce n'est pas moi qui active mes neurones. Je suis la résultante de la trajectoire de toutes les particules qui me composent. L’univers ne peut faire de mécanismes allant à l'encontre de ses propres mécanismes.
Le cerveau est une boite noire  : les idées sont construites dans mon cerveau sans que je sache comment, et ma volonté est elle-même construite dans mon cerveau sans que j’en sache plus. Le « Je » qui dit  : « j’ai de la volonté » est également une construction du cerveau sans que « je » soit pour quoi que ce soit dans cette construction. Mon cerveau est matière et il fonctionne physico-chimiquement.
Tous les types de choix que nous humains pouvons faire (il n’y en a qu’un seul et c’est le choix pondéré), je suis capable de les programmer dans mon ordinateur (je suis informaticien), est-ce que ça fait de l’ordinateur autre chose qu’une machine, un homme libre  ?
Comment ma pensée ou ma volonté peuvent-elles être libres puisque mes éducateurs ont écrit dans ma pensée ce qu’ils voulaient ou tentaient  ? Je pense en français et un chinois pense en chinois. Mes yeux sont des caméras, mes oreilles des micros. Ce qui se passe dans mon cerveau m’est inaccessible. Si on ne me l’avait pas dit, je n’aurais jamais su que j’avais des neurones. Comment puis-je contrôler ce que j’ignore  ? Aujourd’hui, vieil adulte, je me place devant cette vidéo et mon cerveau enregistre des phrases que je ne connaissais pas à l’avance (et tant mieux pour ma curiosité). Ces phrases s’installent en moi sans que j’y sois pour quelque chose, je parle d’installation précise et consciente. J’ai simplement placé mes micros que sont mes oreilles devant les hautparleurs de mon ordinateur, et l'installation dans ma mentalité et sa transformation en quelque chose de plus ou moins compréhensible est automatique. Si je pose la question « 2 fois  2 », vous comprendrez et pourrez répondre « 4 ». Vous le ferez parce que j’ai réveillé dans votre cerveau cette question enfantine qu’un autre a installée, mais vous ne saurez rien de la manière dont elle ressort, et où elle se trouve. Même chose pour la réponse « 4 », vous ne savez pas où se trouve cette réponse dans la masse neuronale ni comment elle est structurée, ni comment la produire cette réponse, elle est automatique. Toutes nos idées surgissent à ce que nous appelons « la conscience » selon le même principe, nous ne savons rien de leur fabrication mais nous n'en savons pas plus sur la conscience elle-même qui est un mécanisme automatique de même nature.
Quand nous disons « Je » ce « Je » est fabriqué de la même façon tout aussi mystérieuse, et nous ne savons pas ce qu’il représente, car il est parfois le corps tout entier, parfois une part du cerveau, l'égo, le moi, ou autre chose, selon notre humeur.
Non, je n'ai pas de libre arbitre, c’est peut-être désolant pour ceux qui se pensent intelligents, mais je sais que c’est impossible et je préfère le savoir. Une personne sans libre arbitre ne s’éduque pas comme une personne qui en possèderait un. De la même façon, une personne créée divinement serait totalement différente d'une personne résultat du simple fonctionnement d’un univers mécanique.
Si le libre arbitre existait, personne ne s’inquièterait de l’éducation des enfants, or, même les croyants, qui croient fermement au libre arbitre, tiennent à ce que leurs enfants soient éduqués sans qu’on leur parle d’évolution ou qu’on fasse de la propagande athée, ou simplement rationaliste. Même les croyants éduquent leurs enfants à leur morale religieuse. L’éducation morale est pourtant parfaitement antinomique du libre arbitre.

Est-ce que quelque part dans le monde des législateurs, des juges, ont demandé à la science officielle de faire la démonstration rationnelle de l’existence du libre arbitre  ? S’il fallait une seule preuve de son inexistence, celle-là suffirait. Cette démonstration est impossible à établir et, comme la société n’est pas prête à s’enfermer elle-même pour stupidité congénitale et complicité de crimes de mise au monde sans intention d’assurer le bienêtre de ses propres associés, alors ils préfèrent perpétuer la bêtise ancestrale.

« Le coeur a ses raisons que la raison ne connait pas »
« L'estomac a ses raisons que la raison ne connait pas »
« Le neurone a ses raisons que la raison ne connait pas »
« Le cerveau, qui est l'ensemble des neurones (et du reste), a ses raisons que la raison ne connait pas »
« La pensée qui est le résultat du fonctionnement du cerveau (et du reste) aurait des raisons et des responsabilités !!!! »

Nous naissons...
Si nous avons zéro connaissance, nous ne pouvons pas choisir, ni raisonner.
Si nous avons une connaissance, nous n'avons aucun choix possible non plus, et toujours pas raisonner.
Si nous avons deux connaissances, nous ne pouvons choisir qu'entre ces deux, mais pas raisonner.
Si nous avons N connaissances nous ne pouvons choisir qu'entre ces N, et nous pouvons peut-être commencer à raisonner mais faussement.
Il nous manquera toujours des connaissances pour raisonner vrai.
Et nous mourons...

« La vie ne sert qu'à ceux qui existent déjà », créer une existence sensible et consciente, c'est créer la maltraitance, la douleur, la misère, la mort (pour le reste, c'est normal). Comment un créateur, une créatrice, une mère, peut-elle prendre ces risques sur le dos d'une personne, son enfant ? Tous les humains sont croyants. Sans croyance pour bloquer l'intelligence, pas de vie. Mesdames, n’avez-vous jamais songé au contrat natal avant de concevoir ? Non car vous êtes croyantes, il a fallu le hasard pour que j'y pense et pour que vous le lisiez ici.
 

Dans la même collection

FMSH
 
Facebook Twitter Google+
Mon Compte