Canal-U

Mon compte
Université du Maine - Pôle Ressources Numériques

Le retour au patient dans les années 1960. La pratique « par en bas » de la psychiatrie critique


Copier le code pour partager la vidéo :
<div style="position:relative;padding-bottom:56.25%;padding-top:10px;height:0;overflow:hidden;"><iframe src="https://www.canal-u.tv/video/universite_du_maine_pole_ressources_numeriques_prn/embed.1/le_retour_au_patient_dans_les_annees_1960_la_pratique_par_en_bas_de_la_psychiatrie_critique.14376?width=100%&amp;height=100%" style="position:absolute;top:0;left:0;width:100%;height: 100%;" width="550" height="306" frameborder="0" allowfullscreen scrolling="no"></iframe></div> Si vous souhaitez partager une séquence, indiquez le début de celle-ci , et copiez le code : h m s
Contacter le contributeur
J’aime
Imprimer
partager facebook twitter Google +

Le retour au patient dans les années 1960. La pratique « par en bas » de la psychiatrie critique

Ma communication vise à restituer le mouvement de retour au patient opéré par certains psychiatres, issus d'une nouvelle génération formée après la Deuxième Guerre mondiale, qui vont progressivement devenir les figures médiatiques d'une psychiatrie critique. Ces jeunes psychiatres (Franco Basaglia en Italie, Ronald Laing en Grande-Bretagne, voire certains promoteurs du secteur psychiatrique en France) se caractérisent par une insatisfaction croissante face à leurs maîtres et plus encore face aux pratiques d'une psychiatrie universitaire élaborée loin des patients et cherchant avant tout à se reposer sur des classifications quelque peu immobiles. Au début des années 1960, on assiste ainsi à un mouvement qui revendique une psychiatrie accomplie au plus près du patient face à une psychiatrie qui aurait perdu de vue celui-ci ; un mouvement qui prône, dans cette perspective, de considérer le patient comme une personne et non comme le reflet d'une stricte entité clinique et qui ne s'appuie pas exclusivement sur une médecine techno-scientifique mais qui prendrait en compte voire privilégie la compréhension de l'autre. En outre, ces psychiatres contestent les modalités du savoir psychiatrique tel qu'il s'élabore et se produit à cette époque.

Ma communication s'appuie principalement sur le compte rendu d'entretiens menés par le psychiatre britannique Ronald Laing avec un patient schizophrène et en présence de ses parents. Face à ce document, l'historien découvre, dans sa banalité, le travail clinique effectué par un psychiatre. Le contenu des questions, les échanges rapportés et la présence des parents donne à ce document une richesse réelle et permet d'apporter une lumière incontestable sur le travail du psychiatre. Mais il engendre un certain nombre de questions à l'historien.

Cette promotion d'une psychiatrie par en bas et accomplie avec et pour le patient conduit-elle l'historien à être au plus près de la vérité de la souffrance et de la réalité de ce que le patient ressent et affronte? Si ces documents sont des documents d'une valeur singulière, l'historien n'est-il pas exposé en les privilégiant à devenir tributaire d'un projet que poursuivent ces psychiatres et qui vise à construire une autre psychiatrie ; une psychiatrie où le patient prendrait la parole comme le revendiquait dans un ouvrage majeur l'italien Franco Basaglia en 1968. Cette promotion d'une psychiatrie sans docteurs conduit-elle l'historien à construire une histoire des patients et à retracer une histoire des savoirs profanes? Une histoire « par en bas » de la pratique psychiatrique dans les années 1960 doit-elle nécessairement suivre l'objectif de la psychiatrie critique qui cherche à démontrer que le patient psychiatrique est fréquemment le produit d'une construction sociale inadéquate ce qui anéantirait les fondements du savoir médical ? L'historien ne doit-il pas exercer une déconstruction de ce projet en s'interrogeant, par exemple, sur les possibles mises en scène de ce patient stigmatisé par une lecture psychiatrique dont la validité scientifique n'allait plus de soi.

Face à ces questions, il conviendra en dernier lieu de s'interroger sur le choix de tels documents. Ne serait-il pas le reflet d'une simple tentation de (toujours) travailler sur les grands hommes de la psychiatrie critique ? Peut-on spontanément considérer que les documents laissés par ces psychiatres dans leurs archives sont le témoignage d'un savoir profane ou, au contraire, ne sont-ils pas les instruments potentiels pour une reconstitution héroïque d'une psychiatrie alternative qui a connu une certaine diffusion à partir de ces années 1960 ?

  •  
  •  
    Date de réalisation : 5 Juin 2013
    Durée du programme : 21 min
    Classification Dewey : Géographie et histoire
  •  
    Catégorie : Conférences
    Niveau : Tous publics / hors niveau
    Disciplines : Histoire des sciences
    Collections : Conférences, séminaires, colloques, Histoire des sciences "par en bas" (2013)
    ficheLom : Voir la fiche LOM
  •  
    Auteur(s) : COFFIN Jean-Christophe
    producteur : Université du Maine (Le Mans - Laval)
    Réalisateur(s) : LABRE Frédéric
  •  
    Langue : Français
    Mots-clés : psychiatrie, patients, expertise médicale, expertise profane
 

commentaires


Ajouter un commentaire Lire les commentaires
*Les champs suivis d’un astérisque sont obligatoires.
Aucun commentaire sur cette vidéo pour le moment (les commentaires font l’objet d’une modération)
 

Dans la même collection

 Table ronde - Entretien avec François Mayu
 Table ronde - Entretien avec Jean Richardot
 Présentation de l'argumentaire de la journée d'études consacrée aux représentations de la grande guerre en pays de la Loire
 Quelles représentations de la Grande Guerre sur les monuments aux morts peints des paroisses en Pays de la Loire ?
 Représenter la mort d'un fils : l'expression d'un deuil de guerre dans les vitraux du maître-verrier Albert Echivard (1914-1939)
 Les guerres mondiales dans l’œuvre de Pierre Bouchaud
 Une œuvre d'art totale au service de la propagande française ? Le "Panorama des crimes allemands" (1916)
 La photographie mobilisée, 1914-1918.
 La Première Guerre mondiale dans la bande dessinée et l'album contemporains pour la jeunesse
 La Grande Guerre dans la bande dessinée contemporaine (2008-2014)
 Les mémoires du camouflage dans l'art contemporain
 Table ronde - Didier Bardoux
 Allocution d'ouverture du colloque "Droit(s) du football" (1)
 Allocution d'ouverture du colloque "Droit(s) du football" (2)
 La gestion internationale du football, un service public international ?
 La gestion du service public par une personne privée : la FFF
 Quelles Lois de Louis Rolland appliquées au service public footballistique ?
 De(s) droit(s) des joueurs : le point de vue du droit du travail (hors transferts)
 De(s) droit(s) des arbitres
 De(s) droit(s) des supporters
 Le(s) droit(s) des femmes parmi les « hommes » du football : visions sociologique et juridique
 Du droit des stades
 Du ballon comme objet juridique
 Droits de retransmission : rencontre équilibrée entre titulaires des droits et public ?
 Droit(s) des transferts de joueurs
 Du droit disciplinaire footballistique
 Quelle spécificité des responsabilités des acteurs du football ?
 Allocution d'ouverture : stade, football et droits
 Introduction problématique à ces journées
 « A Gothic or Romantic Guise : la mythologie grecque revisitée dans les contes de Nathaniel Hawthorne ("A wonderbook for Girls and Boys" et "Tanglewood Tales") »
 « Pinocchio et ses réécritures littéraires, ou l'appropriation du mythe de Jonas pour la jeunesse »
 « Topos, trope ou paradigme. Le mythe de l'orphelin dans la littérature pour la jeunesse »
 Bilan, synthèse et enjeux du mythe dans la littérature de jeunesse
 « La Llorona, San Isidro, la Virgen de Altagracia et la vieja Belén. Quelques personnages mythiques du folklore hispanique à la conquête de l'album pour la jeunesse »
 Expérimenter en Salle d'Innovation Pédagogique
 Motiver les étudiants et dynamiser un cours avec le numérique.
 Nouveaux publics, nouvelles pratiques.
 Les évolutions du métier d'enseignant : les retours de la recherche.
 Le point de vue des patients du peuple : approche des parcours thérapeutiques au XVIIIe siècle
 The market of ideas : writers and readers of french encyclopaedias, 1800-1850
 L'aquarium en France dans les années 1850–1860, un outil de vulgarisation scientifique ?
 Figurer le territoire au niveau local : tension entre cartes et plans et affirmation d'une profession
 Et le docteur ? Louis Odier (1748–1817) et le retour en grâce du médecin praticien
 L'apport des archéologues amateurs du XIXe siècle à l'histoire des origines du christianisme en gaule
 La culture thérapeutique d'une femme de la petite noblesse rurale du XVIIIe siècle, entre savoirs savants et empirisme : le cas de madame de Marans
 « L'ancien sentiment est trop avantageux à notre sexe pour céder sans combattre» : savoirs médicaux et appropriations féminines (France/Suisse, XVIIIe siècle)
 La mélancolie dans les consultations adressées au Dr Tissot (1728–1797)
 La Société Royale de Botanique de Belgique (1862–1875) : leader ou outsider scientifique ?
 La protection des animaux en France entre science, vulgarisation et morale (1845–1914)
 La Société d'horticulture de Saint Germain–en–Laye sous le Second empire
 Une revalorisation du rôle des acteurs modestes de l'agronomie à travers deux exemples de la France méridionale : le genêt et le ver à soie (XVIIIe–XIXe siècles)
 Anne Berman (1889–1979), une « simple secrétaire » du mouvement psychanalytique français
 Une société savante en marge de la psychologie officielle : l'institut général psychologique (1900–1933)
 L'épilepsie dans la bande dessinée. L'ascension du haut mal, David B
 Une astronomie théorique « par en bas » ? Les auteurs de théories cosmogoniques français entre 1860 et 1920
 Alexander Gordon: A Practitioner Marginalized within his Community and the Medical Profession
 Voyageurs et militaires dans la construction des études préhistoriques. Un exemple : l'invention de la Vallée des Merveilles au XIXe siècle
 Le rôle de la littérature dans la constitution d'une science ornithologique (1760–1850)
 Les pratiques du passé sous la Restauration et la Monarchie de Juillet : appropriations populaires
 Savoirs du corps, savoirs du nombre. Le contrôle de naissances et les savoirs de la population
 Qui peut entendre les paroles de somnambules magnétiques ?
 « À certains moments, il semblait se rendre compte de son état, il disait ‘Je ne veux pas devenir fou' ». Questionnements théoriques et méthodologiques sur la dialectique entre psychiatres et patients à l'Hôpital Saint-Jean-de-Dieu de Montréal, 1873-1973.
 L'Aufklärung, les périodiques savants et les discours sur la pédanterie
 Les coulisses de l'édition scientifique au XVIIIe siècle
 Les manuels scolaires de sciences : une source pour histoire par « en bas » ?
 Le docteur Boissarie et les 'guéris' de Lourdes face aux experts de la Salpêtrière et de l'école de Nancy (1890–1914)
 La méthode de rééducation du contrôle cérébral du Dr Vittoz : une pratique de guérison marginale (Lausanne, 1906–1925) ?
 L'enseignement « populaire » des mathématiques au XIXe siècle : Quels acteurs ? Quelles mathématiques
 La protection des oiseaux (1880–1930). Les relations complexes entre scientifiques, amateurs et citoyens
 Sciences "par en bas", sciences "par en haut", mais quels problèmes ?
 Trois décennies d'histoire de la médecine "par en bas"
 Pour une lecture renouvelée des origines de l'Islam
FMSH
 
Facebook Twitter Google+
Mon Compte