Canal-U

Mon compte
Université Toulouse-Jean Jaurès (Toulouse II-le Mirail)

Fonctions sublimatoire, masochique et idéalisante des processus pervers à l'adolescence : quelle modalité d'aménagement de la rencontre avec le féminin-maternel ? / Valérie Mazoyer, Marjorie Roques


Copier le code pour partager la vidéo :
<div style="position:relative;padding-bottom:56.25%;padding-top:10px;height:0;overflow:hidden;"><iframe src="https://www.canal-u.tv/video/universite_toulouse_ii_le_mirail/embed.1/fonctions_sublimatoire_masochique_et_idealisante_des_processus_pervers_a_l_adolescence_quelle_modalite_d_amenagement_de_la_rencontre_avec_le_feminin_maternel_valerie_mazoyer_marjorie_roques.13139?width=100%&amp;height=100%" style="position:absolute;top:0;left:0;width:100%;height: 100%;" width="550" height="306" frameborder="0" allowfullscreen scrolling="no"></iframe></div> Si vous souhaitez partager une séquence, indiquez le début de celle-ci , et copiez le code : h m s
Contacter le contributeur
J’aime
Imprimer
partager facebook twitter Google +

Fonctions sublimatoire, masochique et idéalisante des processus pervers à l'adolescence : quelle modalité d'aménagement de la rencontre avec le féminin-maternel ? / Valérie Mazoyer, Marjorie Roques

Fonctions sublimatoire, masochique et idéalisante des processus pervers à l'adolescence : quelle modalité d'aménagement de la rencontre avec le féminin-maternel ? / Valérie Mazoyer, Marjorie Roques, in "L'adolescent, son psychothérapeute et son psychanalyse", colloque organisé par le Laboratoire Clinique Psychopathologique et Interculturelle (LCPI) -axe 1, Psychopathologie psychanalytique et des âges de la vie- et la revue « Adolescence », Université Toulouse II-Le Mirail, 23 mai 2013.

À l’adolescence, les processus pervers sont attendus comme transitoires, intemporels et créateurs de subjectivation et de relation à l’autre. Ils se situent à la croisée des aménagements et des potentialités et ne doivent donc pas être confondus avec une structuration perverse. En effet, contrairement aux aménagements pervers fixant le sujet à des stades auto-érotiques, les potentialités perverses apparaissent comme étant plus abouties et créatrices. Ces potentialités servent la négociation du passage de l’auto-érotisme à l’objet incestueux avant de se fixer à un objet extra-familial. Or, certains adolescents ne peuvent assumer le processus pubertaire. Le recours à la perversion permet ainsi d’assumer les fantasmes paricidaires et incestuels venant, chez certains, répéter une réalité incestueuse.
Marjorie Roques illustre la communication avec l'analyse du film "Dans la maison" réalisée par le cinéaste français, François Ozon (2012) pour permettre « d'approcher les relations entre perversion, création et sublimation » et de « comprendre en quoi les processus pervers à l'adolescence peuvent constituer une modalité particulière de la rencontre avec le féminin érotique et le féminin maternel, lorsque à l'irruption du pubertaire et à l'éclosion d'un univers prégénitalisé se conjugue l'absence traumatique de la mère (...) ».


 

commentaires


Ajouter un commentaire Lire les commentaires
*Les champs suivis d’un astérisque sont obligatoires.
Aucun commentaire sur cette vidéo pour le moment (les commentaires font l’objet d’une modération)
 

Dans la même collection

FMSH
 
Facebook Twitter Google+
Mon Compte