Conférence
Notice
Langue :
Français
Crédits
Université Toulouse II-Le Mirail SCPAM (Publication), Université Toulouse II-Le Mirail (Production), Samir BOUHARAOUA (Réalisation), Jean-Yves Bousigue (Intervention)
Conditions d'utilisation
Tous droits réservés à l'Université Toulouse II-Le Mirail et aux auteurs.
DOI : 10.60527/3wg8-d066
Citer cette ressource :
Jean-Yves Bousigue. UT2J. (2011, 21 janvier). Pourquoi certaines tumeurs doivent être ouvertes et d'autres extirpées / Jean-Yves Bousigue , in Histoire du cancer (1750-1950). [Vidéo]. Canal-U. https://doi.org/10.60527/3wg8-d066. (Consultée le 22 juin 2024)

Pourquoi certaines tumeurs doivent être ouvertes et d'autres extirpées / Jean-Yves Bousigue

Réalisation : 21 janvier 2011 - Mise en ligne : 1 juin 2011
  • document 1 document 2 document 3
  • niveau 1 niveau 2 niveau 3
Descriptif

Ouverture ou extirpation : Pourquoi certaines tumeurs doivent être ouvertes et d'autres extirpées / Jean-Yves Bousigue. Dans "Histoire du cancer (1750-1950)", colloque international organisé par le laboratoire FRAMESPA (université Toulouse II-Le Mirail), l'Institut Claudius Regaud et le Centre d'Études d'Histoire de la Médecine. Toulouse : Université Toulouse II-Le Mirail, Institut Claudius Regaud, 20-22 janvier 2011. Thématique 1 : Interrogations et incertitudes (1750-1890), 21 janvier 2011.

En choisissant ce sujet pour son premier concours, la toute jeune Académie royale de chirurgie proposait une question jugée « purement élémentaire » mais qui n'avait pas été « plus approfondie ». Les tumeurs sont au centre de la pratique chirurgicale par leur fréquence et les interventions qu'elles exigent. Polymorphes, les tumeurs trouvent leur unité dans la capacité de la médecine humorale à rendre compte de leur pathogénie. La limitation apparente du sujet à l'utilisation du fer et du feu révèle en creux que cet arsenal invasif intervenait en deuxième intention après échec des différents traitements médicamenteux et de la résolution. La lecture des mémoires primés -trois sur 112 reçus- montre que la pratique chirurgicale renvoie à des éléments théoriques tout autant, sinon plus, qu'à l'expérience ou à la prise en compte du malade lui-même.

Intervention
Thème
Documentation

- Le corps médical toulousain et les débuts de la Révolution. Jean-Yves Bousigue. In « Des médecins dans la Révolution française », Cahiers du Centre d'Étude d'Histoire de la Médecine de Toulouse n° 9, 2001, pp.12-24.

- Le sang et l'imaginaire médical. Histoire de la saignée aux XVIIIème et XIXème siècles. Jean-Yves Bousigue. Bulletin du Centre d'Étude d'Histoire de la Médecine de Toulouse n°34, octobre 2000.

- La chirurgie toulousaine à la fin de l'Ancien Régime. Jean-Yves Bousigue. Bulletin du Centre d'Étude d'Histoire de la Médecine de Toulouse n°24, 1998, pp. 6-14.

- La chirurgie en France au XVIIIème siècle. Jean-Yves Bousigue. Bulletin du Centre d’Étude d’Histoire de la Médecine n°6, octobre 1993.

- Recueil des pièces qui ont concouru pour le prix de l'Académie royale de chirurgie en cinq volumes complet. Tome 1, Question posée en 1732 pour le prix de 1733 : "Pourquoi certaines tumeurs doivent être extirpées & d'autres simplement ouvertes ; dans l'une & l'autre de ces opérations, quels sont les cas où le cautere est préférable à l'instrument tranchant, & les raisons de préférence ?". Collectif médecine : M. Medalon, M. Le Cat, M. Bassius and al. Paris : Delaguette, Imprimeur de l'Académie Royale et du Collège de Chirurgie, 1753-1757. [ouvrage consultable à la BU Santé, univ. Toulouse 3 - Paul Sabatier].

>

> Voir aussi les Pistes documentaires dans l'onglet "A télécharger" de la séance d'ouverture du colloque.

Dans la même collection

Sur le même thème