Conférence
Chapitres
Notice
Langue :
Français
Crédits
UTLS - la suite (Réalisation), UTLS - la suite (Production), Francis Beaucire (Intervention)
Conditions d'utilisation
Droit commun de la propriété intellectuelle
Citer cette ressource :
Francis Beaucire. UTLS. (2006, 6 janvier). Ville compacte, ville diffuse - Francis Beaucire , in Déplacements, migrations, tourisme. [Vidéo]. Canal-U. https://www.canal-u.tv/31441. (Consultée le 27 février 2024)

Ville compacte, ville diffuse - Francis Beaucire

Réalisation : 6 janvier 2006 - Mise en ligne : 6 janvier 2006
  • document 1 document 2 document 3
  • niveau 1 niveau 2 niveau 3
Descriptif

La forme des villes, entendue comme la forme de l'espace urbanisé et de la répartition de ses fonctions, a évolué au fil du temps en fonction des opportunités offertes par les moyens de transport mis à la disposition des citadins grâce à l'innovation technologique et l'investissement économique : la forme des villes résulte pour une bonne part d'un système d'accessibilité, qui a tendu à son étalement et à sa fragmentation géographique.

Mais ce modèle dominant n'est pas le seul : dans les mêmes conditions, la ville compacte s'est parfois maintenue dans son principe, au point de représenter un contre modèle, européen lui aussi, porté aujourd'hui par le développement durable et présenté comme un objectif des politiques publiques d'aménagement urbain.

Intervention
Thème
Documentation

Le texte [1] de Francis Beaucire ci-dessous est similaire aux principaux points développés lors de la 602ème conférence de l'Université de tous les savoirs donnée le 6 janvier 2006

Par Francis Beaucire : « songer à la vitesse »

Redire (rapidement) ce que l'on sait

L'habitant d'un lieu investit du temps (c'est la durée du déplacement) et de l'argent qui lui permet de disposer d'un véhicule et de l'énergie nécessaire pour le propulser. Cet investissement lui donne accès à des lieux, d'autant plus de lieux que la vitesse est élevée. Ces lieux renferment des ressources (certes, plus ou moins de ressources, et pas dans tous les lieux), d'où l'intérêt d'y accéder. La vitesse permet de compenser la distance qui existe entre les ressources, disons les lieux-ressources, car elle permet d'y accéder comme s'ils étaient disposés les uns contre les autres, ou les uns sur les autres. Ces ressources, ce sont d'autres habitants, des postes de travail, des commerces, des services, des équipements, des sites. Une vitesse élevée permet donc de se mettre en présence de nombreuses ressources distantes les unes des autres. Si la vitesse est faible, pour pouvoir accéder à de nombreuses ressources, disons les ressources indispensables pour commencer, il faut qu'elles soient à proximité, diverses et abondantes : la densité en un lieu est une résultante de la faible vitesse. Ou, inversement (et c'est le bon sens, le sens dans lequel s'est dirigée l'histoire de la vitesse), lorsque la vitesse s'accroît, la concentration en un lieu n'est plus la condition sine qua non de l'accès aux ressources indispensables. La densité et la vitesse expriment finalement la façon dont se fait l'accès aux ressources.

Comme on le sait, ce sont les systèmes techniques et leur adoption généralisée dans un contexte économique porteur qui ont permis d'élever par des bonds successifs rapides la vitesse de l'homme au pas jusqu'à la vitesse du train et de l'automobile. Mais contrairement au 19ème siècle, qui voit la population des villes grandir et les villes s'étendrent le long des axes de communication (les lignes de tramway et de chemin de fer), la fin de la deuxième moitié du 20ème siècle, à population relativement constante, voit la ville se déconcentrer et se fragmenter parce que la nouvelle vitesse, celle de l'automobile, procure, à investissement-temps constant ou modeste, la possibilité d'accéder à de nouveaux lieux, c'est-à-dire aussi la possibilité de s'éloigner des ressources (la distance) sans porter atteinte à leur accessibilité (la durée). Le nombre et la diversité des lieux-ressources accessibles dans le budget-temps que les habitants pensent pouvoir consentir à leur déplacement ont considérablement augmenté, donnant accès à l'indispensable, mais aussi à ce qui ne l'est pas (et le devient à l'usage), un plus grand choix, une large mise en concurrence, une forme de garantie contre la pénurie locale (d'emplois par exemple).

Mais la forte concentration en un lieu de nombreuses ressources (c'est la forme héritée) procure finalement une diversité et une abondance comparables. Ce n'est donc pas tout : la vitesse apporte autre chose, la valeur ajoutée de la mise à distance. Dans le contexte rappelé, celui d'une population en faible expansion et d'une vitesse généralisée en forte croissance, il faut un motif à la dédensification, la fragmentation n'étant finalement que l'application spatiale du rapport entre l'offre de vitesse et la demande de sol pour l'installation des ressources urbaines (la population étant comprise comme une ressource), puisque l'offre de vitesse croît plus rapidement que la demande de sol. On connaît la réponse : la dédensification sans perte d'accessibilité aux ressources permet d'accéder aussi au sol (joker) dans un contexte où la pression foncière demeure faible, car le sol est abondant. Si l'on considère le sol lui-même comme une ressource, on peut tenir la vitesse comme un bien intermédiaire qui permet de « maximiser » l'accès à toutes les ressources urbaines, sol et habitat compris, ce que la densité, dans un système économique dominé par le libre échange, ne procure pas, en raison de la pression foncière. En ce sens, la vitesse est plus universelle que la densité.

On ne peut s'empêcher à ce stade de rappeler l'objection selon laquelle l'automobile ne fait pas gagner de temps, si l'on internalise, dans le coût du déplacement, le temps passé à travailler pour se procurer l'outil d'accès à la vitesse, le véhicule. Dans ce cas, le temps total passé à acquérir le moyen d'aller vite, rapporté au nombre de kilomètres parcourus, donne une vitesse moyenne proche de celle du cycliste (on se référera aux ouvrages d'Ivan Illich, Energie et équité, 1973, et de J.-P. Dupuy, L'espace-temps distordu, 1972). Mais ce n'est pas seulement la vitesse que le travailleur a acquis par son temps de travail, c'est aussi, comme on l'a dit, le sol. Certes, si l'on additionne, comme il se doit, le coût du sol et le coût de la vitesse, l'écart des prix de résidence et d'activité entre concentration et diffusion spatiales se réduit. Mais la diffusion spatiale des ressources permet de réaliser d'autres aspirations sociales : l'atténuation de la promiscuité (« prendre ses distances », « se mettre à distance »), la diversification des milieux de vie, la propriété, aspirations elles-mêmes reliées au niveau de vie et au système de valeurs.

Si l'on admet que la vitesse est un substitut de la densité, mais un substitut à valeur ajoutée (l'accès au sol), que leurs expressions territoriales sont la diffusion et la concentration spatiales, la finalité unique demeure l'accès et l'accessibilité (c'est un potentiel, c'est-à-dire une assurance) à la diversité et à l'abondance des ressources.

La facilité avec laquelle s'est faite l'accession à la vitesse (par analogie avec l'accession à la propriété), considérée désormais comme naturelle (le contraire est assimilé à un dysfonctionnement), a longtemps masqué les conditions réelles de l'acquisition individuelle de l'énergie, en l'occurrence le pétrole, très favorables jusqu'au seuil des années 2000. Entre 1960 et 1980, l'équipement en voitures particulières, l'extension du réseau routier et l'accession à la propriété en maison individuelle ont correspondu, malgré les apparences, à une baisse continue du prix de l'énergie, sans laquelle l'accession à la vitesse individuelle généralisée n'aurait tout simplement pas été possible. En effet, rapporté non à la valeur monétaire, même exprimé en monnaie constante, mais rapporté au temps de travail indispensable à l'acquisition d'un volume de carburant, le « prix équivalent-travail » de l'essence a diminué de plus de la moitié entre 1960 et 1980 (revoir Jean Fourastié pour la notion de « prix réel » : La réalité économique, édition de 1985).

L'accession à la vitesse individuelle généralisée, redisons-le inlassablement, a été la clef de la dynamique territoriale ; elle a libéré des aspirations et des potentialités de leurs contraintes matérielles, elle a permis à la société citadine, ménages et entreprises, de saisir les opportunités territoriales offertes par la vitesse, opportunités largement dimensionnées par la relative constance démographique, et vitesse rendu largement accessible par l'accroissement de la productivité du travail et les conditions géopolitiques dans lesquelles est fixé le prix d'achat de l'énergie.

(Oser) penser la régression

En présence du système-vitesse, dont l'évocation qui vient d'en être faite est sans aucun doute rudimentaire, la question de la pérennité (pour ne pas dire : la durabilité) des conditions favorables à la pratique de la vitesse, pour chagrine qu'elle soit, doit être posée, non parce qu'il est devenu incorrect d'esquiver le durable, mais parce que les systèmes fonctionnent dans la durée et que le système de mobilité n'y échappe pas (on rouvrira avec profit le petit livre d'Henri Laborit : L'homme et la ville, 1971).

Les motifs de stagnation ou de régression de la vitesse, indépendamment des politiques publiques poursuivant directement ce but, sont en train d'émerger dans la formation de l'opinion publique : les réseaux suivent (et suivront) la demande de plus en plus loin, pour des raisons budgétaires, la dépense individuelle de mobilité est (et sera) affectée par les effets de la situation économique sur les emplois et les salaires, et par l'anticipation du renchérissement tendanciel du coût de l'énergie en prix équivalent-travail (anticipation qui est en train de muer d'une vague éventualité en une quasi certitude) ; mais il y a aussi le vieillissement démographique, qui freine la pratique individuelle de la vitesse, sans altérer pour autant la demande de rapidité (voire d'immédiateté) dans l'accès aux services.

Considérer la vitesse comme une sorte de bien intermédiaire, dont la matérialité s'exprime en réseaux, en véhicules et en carburant, un bien intermédiaire qui est l'objet d'une transformation en un produit fini, la ressource consommable qui a précisément motivé la convoitise et déclenché la mobilité, c'est évidemment proposer une vision matérialiste de la vitesse : la vitesse est à la fois un bien intermédiaire (transformé en ressource consommable) et une monnaie d'échange (contre du sol).

Dans le contexte économique et social de l'élévation des niveaux de vie (la césure n'est plus tant entre catégories sociales que dans le fait d'avoir ou non un emploi), la représentation de la vitesse est pourtant plus proche de celle d'une valeur à haute garantie publique, que celle d'un bien intermédiaire. Ne pas pouvoir accéder à la vitesse est devenu le signe d'une exclusion sociale, ou la preuve d'un dysfonctionnement du système socioterritorial, comme de ne pas avoir accès à la santé, à l'éducation, à la sécurité, à la salubrité et au travail lui-même.

En ce sens, la vitesse est difficilement susceptible de régression. Péage, désynchronisation et polycentralité sont les expédients (« mesures qui permettent de se tirer de l'embarras momentanément », dit le Petit Robert) auxquels on a recours aujourd'hui pour tenter de prolonger ce système. Mais si l'on se tient à l'hypothèse selon laquelle la vitesse ne bénéficie d'aucune garantie de maintien dans le temps, ou si l'on admet seulement des à-coups temporaires du niveau de la vitesse, il faut considérer par voie de conséquence que la vitesse entendue comme un bien intermédiaire n'est pas durable (ou moins gravement que sa fiabilité temporelle n'est pas assurée). Entendue comme une valeur partagée, il n'en va pas de même : le cycle de vie des valeurs est assurément plus long que celui des biens ; il se mesure en générations. Peut-on s'habituer à penser le ralentissement et ses conséquences sur le système mobilité-territoire-société, ne serait-ce que comme une éventualité ? Et surtout, s'habituer à le penser autrement que comme régression, cela sera-t-il post-post-moderne ?

[1] « les dossiers de demain de lAgence durbanisme de la région grenobloise n°5, avril 2006 »

Université René Descartes Paris-5

Partenaire de l'université de tous les savoirs 2001-2002 Accueil dans ses locaux les conférences

CERIMES

Portail de ressources et d'informations sur les multimédias de l'enseignement supérieur

UTLS sur Lemonde.fr

Le monde

La conférence du 060106 en mp3

partenaire des UTLS

Dans la même collection

  • Tourisme et culture surgelée
    Conférence
    01:11:45

    Tourisme et culture surgelée

    Tilroe
    Anna

    L'art et la culture deviennent de plus en plus des produits comme les autres, et les stratégies de marketing commencent à égaler celles du commerce. Le monde de l'art, par exemple, se manifeste

  • Le tourisme culturel - Claude ORIGET DU CLUZEAU
    Conférence
    01:15:17

    Le tourisme culturel - Claude ORIGET DU CLUZEAU

    Herrmann-Origet du Cluzeau
    Claude

    Le tourisme culturel tient une place exceptionnelle tant dans l'activité touristique en Europe que dans l'audience des musées, monuments et évènements culturels. Les contenus des séquences culturelles

  • Les industries du voyage
    Conférence
    01:19:06

    Les industries du voyage

    Lanquar
    Robert

    Peut-on parler d'industrie pour un secteur économique où 99% des entreprises sont des PME, et à plus de 90% des microentreprises ? L'importance actuelle du tourisme est la conséquence d'une mesure

  • Le touriste - Jean Didier URBAIN
    Conférence
    01:30:30

    Le touriste - Jean Didier URBAIN

    Urbain
    Jean-Didier

    Bien que tôt reconnu dans son ampleur sociale et économique, à travers ledit « phénomène » touristique et la précoce « industrie » du tourisme qu'il a suscités, le touriste a cependant été longtemps

  • Les nouveaux visages du migrant - Dana Diminescu
    Conférence
    00:56:14

    Les nouveaux visages du migrant - Dana Diminescu

    Diminescu
    Dana

    Tous les courants de réflexion sur le phénomène migratoire contemporain (et notamment les théories des réseaux transnationales) s'accordent sur le fait que les migrants d'aujourd'hui sont les acteurs

  • Les courants migratoires vers l'Europe - Jean-Claude CHESNAIS
    Conférence
    01:33:07

    Les courants migratoires vers l'Europe - Jean-Claude CHESNAIS

    Chesnais
    Jean-Claude

    Les migrations sont un facteur central de la régulation démographique, qui change la face des continents. La "transition migratoire", si oubliée, fait partie de la "transition démographique"

  • Mobilité et inégalités sociales - Eric LE BRETON
    Conférence
    01:14:56

    Mobilité et inégalités sociales - Eric LE BRETON

    Le Breton
    Éric

    Dans notre société dispersée, les positions sociales des personnes dépendent, pour partie, de leurs capacités à se déplacer. Les classes sociales sont en quelque sorte redéfinies par les mobilités. Le

  • Quelle mobilité pour quelle urbanité? - Jacques LEVY
    Conférence
    01:20:12

    Quelle mobilité pour quelle urbanité? - Jacques LEVY

    Lévy
    Jacques

    La mobilité ne se réduit pas au simple déplacement. Rapport social au changement de lieu, elle comprend une partie non actualisée, d'autant plus importante que l'accessibilité s'étend. La mobilité est

  • L'économie mondiale à l'ère des flux
    Conférence
    01:29:45

    L'économie mondiale à l'ère des flux

    Veltz
    Pierre

    Flux de marchandises, de capitaux, de technologies, d'images, de références culturelles : l'économie mondialisée est celle de toutes les mobilités, à l'exception notable des personnes les moins

Sur le même thème