Canal-U

Mon compte
Ecole Normale Supérieure de Lyon

77 - Le passé franco-algérien dans les manuels algériens d'histoire


Copier le code pour partager la vidéo :
<div style="position:relative;padding-bottom:56.25%;padding-top:10px;height:0;overflow:hidden;"><iframe src="https://www.canal-u.tv/video/ecole_normale_superieure_de_lyon/embed.1/77_le_passe_franco_algerien_dans_les_manuels_algeriens_d_histoire.4449?width=100%&amp;height=100%" style="position:absolute;top:0;left:0;width:100%;height: 100%;" width="550" height="306" frameborder="0" allowfullscreen scrolling="no"></iframe></div> Si vous souhaitez partager une séquence, indiquez le début de celle-ci , et copiez le code : h m s
Auteur(s) :
ENS-LSH/SCAM

Producteur Canal-U :
Ecole Normale Supérieure de Lyon
Contacter le contributeur
J’aime
Imprimer
partager facebook twitter Google +

77 - Le passé franco-algérien dans les manuels algériens d'histoire

Migrations, cultures et représentations : la pérennité des liens

Quels savoirs transmettre ? session thématique (prés. Benoït Falaise)

Colloque pour une histoire critique et citoyenne - le cas de l'histoire franco-algérienne

par Lydia Aït Saadi (Institut national des langues et civilisations orientales)

Quand on parle de mémoire « nationale », ce qui vient à l’esprit relève le plus souvent de la grandeur, de la beauté, de l’héroïsme, de la gloire et de l’élan de certaines aspirations ou mouvements collectifs. Cependant, c’est aussi la mémoire des crimes et des violations des Droits de l’Homme de la part de dirigeants ou de tels groupes qu’il conviendrait de ne pas camoufler par un discours béat ou enflammé. C’est pourquoi l’écriture de l’histoire d’une manière générale et sa transmission par la voie officielle que constitue l’école, avec pour principal outil le manuel scolaire d’histoire, représentent un enjeu important dans l’élaboration de la mémoire nationale ou institutionnelle.

C’est ainsi que la sensibilisation des enfants aux questions de leur temps passe par l’apprentissage des bases de leur histoire nationale de manière simple, attrayante, mais rigoureuse. Car il est certain qu’un peuple à qui l’on refuse les connaissances nécessaires pour être un citoyen peut devenir un peuple esclave prêt à s’incliner devant une tyrannie. C’est un procédé bien connu que de vouloir régner sur les esprits par l’obscurantisme. L’absence de référence à un héritage patriotique mène à l’hégémonie totalitaire.

En Algérie, l’étude de l’insurrection de 1954 qui constitue l’élément de référence essentiel du point de vue de l’identité nationale et qui occupe une place privilégiée dans le programme scolaire algérien, semble hésiter entre trois approches, plus ou moins menées à terme. La première présente la guerre de libération comme un fait singulier et fondateur, la deuxième préfère l’insérer aux côtés de l’étude de la période coloniale dans la longue durée - arabo-islamique notamment -, et la troisième, enfin, aborde la guerre de libération comme un fait contemporain qui porte en lui la marque globale de l’histoire du XXe siècle.

Il est important de garder à l’esprit que le manuel est avant tout un instrument de socialisation ; il sert à faire accepter l’ordre en place, à le légitimer à l’occasion, à reproduire la société. Il prépare des citoyens conformes, alignés et intègres. Il développe le respect des institutions, le sentiment d’appartenance ; il moule les consciences et détermine les comportements sociaux, et cela par le biais du récit « vrai » des faits « vrais » qu’il faut savoir et que véhicule le manuel à l’école... Et tout cela au profit de l’idéologie dominante et du pouvoir dominant - au profit de « l’équipe gagnante » du moment. Le manuel d’histoire défend ainsi les intérêts du pouvoir, des gestionnaires du système et la pensée dominante.
Aussi il apparaît qu’en Algérie comme ailleurs les différents régimes qui se sont succédé au pouvoir depuis l’indépendance n’ont eu de cesse de puiser une légitimité dans la guerre de libération nationale en tant que fait fondateur de la nation algérienne moderne. S’il paraît évident que l’État algérien puise dans l’histoire nationale afin de se légitimer, la société algérienne en crise a elle aussi besoin de cette histoire car elle est en quête de normes et de modèles d’identification et cherche à puiser dans son passé sa propre identité. En effet, ce n’est qu’après 132 ans de colonisation et sept ans de guerre d’indépendance que naîtra l’Algérie actuelle. Mais qu’est ce que l’Algérie et d’où vient-elle ? Quels en sont les fondements historiques ? Comment se situe-t-elle dans l’ensemble international ? Et qu’en est-il de la conscience identitaire et du rapport à l’universel ?

C’est à l’histoire comme discipline sociale qu’il appartient d’essayer de répondre à ces questions ; et c’est à l’école de prendre le relais en transmettant ces connaissances historiques qui constituent la mémoire « institutionnelle ». Or, que dit l’école à propos de l’Algérie et de ses rapports avec le monde ? Comment procède-t-elle à cette transmission de mémoire ? Arrive-t-elle à élucider le passé algérien ou alors ne fait-elle qu’imposer un semblant de savoir ou de fausses connaissances ? Finalement quelle histoire est réellement enseignée dans les écoles algériennes ?

Ce travail a pour objet de tenter de répondre à ce type d’interrogations, et cela sur la base de l’outil de transmission de mémoire par excellence, à savoir le manuel scolaire d’histoire. C’est lui qui dispense « le savoir » officiel auquel se réfèrent élèves et enseignants. Les manuels d’histoire, comme en fait ceux de géographie, de littérature, voire ceux de philosophie, d’instruction civique et religieuse, pèsent lourdement - en droit tout au moins - sur la conscience des générations qui passent par le système scolaire.

Equipe technique Directeur de la production: Christophe Porlier, Responsable des moyens techniques: Francis Ouedraogo, Réalisation : Service commun audiovisuel et multimédia : Mathias Chassagneux, Julien Lopez, Son: Xavier comméat, Encodage-Diffusion Web : Jean-Claude Troncard

 

commentaires


Ajouter un commentaire Lire les commentaires
*Les champs suivis d’un astérisque sont obligatoires.
Aucun commentaire sur cette vidéo pour le moment (les commentaires font l’objet d’une modération)
 

Dans la même collection

 01 - Ouverture du colloque
 02 - L’ Algérie en 1830 : difficultés d'une histoire critique de la période ottomane
 03 - La crise de 1865-1879 en Algérie
 04 - Justice et mémoire : continuités de l'antagonisme entre Etat et peuple en Algérie
 05 - Du beylik ottoman au pouvoir français : débat et questions
 06 - Algérie/Maroc : une mise en parallèle à l'époque coloniale
 07 - La minorité européenne d'Algérie (1830-1962)
 08 - Le FLN à l'été 1962 : le pourquoi d'une crise
 09 - L'Algérie coloniale : la constante militaire dans le pouvoir français
 10 - Les militaires nord-africains dans l'armée française pendant la seconde guerre mondiale
 11 - Les nouveaux colons ? L'installation des militaires français démobilisés en Algérie
 12 - Administrer, encadrer, réprimer : débat et questions
 13 - Présentation de la session thématique : le soubassement économique par René Gallissot
 14 - Les banques et l’Algérie
 15 - Le système fiscal colonial et la dynamique d’identification communautariste en Algérie
 16 - Une politique économique de moyen terme entre intégration et indépendance
 17 - Restitution des sessions - Formes et processus de colonisation
 18 - Noirs en Algérie, XIXème- XXème siècles
 19 - Villes coloniales du Maghreb, entre histoire urbaine et histoire sociale
 20 - Sociétés : scènes et acteurs: débat et questions
 21 - Le judaïsme d’Algérie 1830-1962 au-delà des pressions officielles et des lobbies de mémoire
 22 - Quand les missionnaires rencontrent l'islam berbère
 23 - Religions et statuts personnels : débat et questions
 24 - Sportsmen musulmans et nouvelles figures sociales de l’émancipation
 25 - Émergence de la culture moderne de l’image dans l’Algérie musulmane contemporaine
 26 - Les Algériens et leur(s) langue(s) de la période coloniale à nos jours
 27 - Présentation de la session thématique : Enseignement et enseignants dans l’Algérie coloniale
 28 - Instituteurs et medersiens en Algérie coloniale
 29 - Histoire du système d’enseignement colonial en Algérie
 30 - Sociétés coloniales et post-coloniales - restitutions des sessions
 31 - La fédération des Elus des Musulmans du Département de Constantine.
 32 - Messali Hadj : de la sanctification militante à l’exclusion officielle
 33 - Pourquoi le 1er novembre 1954 ? par Gilbert Meynier
 34 - Présentation de la session thématique : La guerre d'indépendance algérienne, 1954-1957
 35 - La répression de Mai 1945 dans le Constantinois : synthèse historique
 36 - Un couple de notables guelmois : Marcel Lavie, Smaïl Lakhdari
 37 - Le nationalisme algérien vu par les services de renseignements français (1947-1954)
 38 - La répression de l’« insurrection » du 20 août 1955 dans le Constantinois
 39 - La guerre d'indépendance algérienne : prémisses et débuts (1945-1955).
 40 - L'affaire Audin
 41 - Guerre d’Algérie et vie politique française (1954-2005)
 42 - Politiques, militaires, intellectuels français.
 43 - Un cas : militants anticolonialistes dans le Gard (1954-1962)
 44 - La résistance française à la guerre d’Algérie : motivations, sociologie et mémoire
 45 - Les rapports franco-allemands à l’épreuve de la question algérienne (1955-1963)
 46 - La Guerre de libération nationale algérienne et les pays de l’Est : le cas de la Hongrie
 47 - De Gaulle et l'Algérie : grand dessein ou adaptation empirique ?
 48 - De la construction d'une identité nationale à la guerre d'indépendance algérienne (1)
 49 - L'affaire Mourad
 50 - Les femmes dans l’Armée de libération nationale
 51 - Bilan du 17 octobre 1961 à Paris
 52 - Présentation de la session thématique : La guerre d’indépendance algérienne
 53 - L’Armée nationale de libération face à l’armée française
 54 - Les dirigeants de l'Aurès-Nemencha, 1954-1957
 55 - La wilâya 2 : organisation, orientations politiques et conflits internes.
 56 - Radioscopie du Front de libération nationale à Oran durant la Guerre de libération
 57 - La guerre d'indépendance algérienne, 1954-1957 : débat et questions
 58 - Présentation de la session thématique : Une guerre de reconquête coloniale
 59 - Le haut commandement, la direction et la conduite de la guerre d’Algérie : Paris ou Alger ?
 60 - Bilan sur les camps de regroupement de la guerre de 1954-1962
 61 - Au-delà de la victimisation et de l’opprobre : les harkis
 62 - Quelle prise en compte de l’histoire par la théorie postcoloniale
 63 - La torture durant la guerre d’Algérie dans l’actualité (2000-2005)
 64 - De la construction d'une identité nationale à la guerre d'indépendance algérienne (2)
 65 - Forum associations - mémoire - histoire
 66 - Les colons de 1848, des proscrits ? Un mythe tenace et récurent
 67 - Qui furent les Européens d’Algérie ?
 68 - Immigration italienne, immigration algérienne (20ème -19ème siècle) : étude comparée
 69 - Migrations croisées : débat et questions
 70 - Histoire officielle et pressions officielles françaises dans les textes
 71 - L'historien et l'histoire officielle algérienne
 72 - Une histoire idéologique ? Existe-t-il une vision pied noir de l'histoire franco-algérienne ?
 73 - France-Algérie : groupe de pressions et histoire
 74 - L’« histoire » idéologique entre révisionnisme nostalgérique et schématismes culpabilisants
 75 - Une histoire idéologique ? débat et questions
 76-L'Algérie en France : histoire, mémoire et transmission
 78 - Quels savoirs transmettre ? débat et questions
 79 - Les difficultés de la transmission scolaire
 80 - Enseigner la guerre d'Algérie à l'école : dépasser les enjeux de mémoires
 81 - Conclusion du colloque Pour une histoire critique et citoyenne
FMSH
 
Facebook Twitter Google+
Mon Compte