Canal-U

Mon compte
Fondation maison des sciences de l'homme

« Global Macondo » - Jean-François Boclé


Copier le code pour partager la vidéo :
<div style="position:relative;padding-bottom:56.25%;padding-top:10px;height:0;overflow:hidden;"><iframe src="https://www.canal-u.tv/video/fmsh/embed.1/global_macondo_jean_francois_bocle.42333?width=100%&amp;height=100%" style="position:absolute;top:0;left:0;width:100%;height: 100%;" width="550" height="306" frameborder="0" allowfullscreen scrolling="no"></iframe></div> Si vous souhaitez partager une séquence, indiquez le début de celle-ci , et copiez le code : h m s
Contacter le contributeur
J’aime
Imprimer
partager facebook twitter Google +

« Global Macondo » - Jean-François Boclé

Journée d’étude Mondes Caraïbes et Transatlantiques en Mouvement - Mardi 20 mars

De l’anthropocène au plantationocène : racialisation et politiques de la nature

Cette journée est consacrée à une tentative de penser les rapports de pouvoir opérant à l’échelle des interactions entre l’humain et le « Système-Terre » dans ce que les scientifiques désignent la « zone critique ». À l’heure où le nouveau grand récit de l’anthropocène présente le risque de réduire l’humanité en une entité homogène en tant que force géologique, il paraît nécessaire de réintroduire urgemment la question du politique et de l’asymétrie qu’il génère. La multiplication des qualificatifs pour désigner cette nouvelle période géologique tels que « Capitalocène » ou encore « Plantationocène » mettent ainsi l’accent sur le temps long et le rôle du régime des plantations des Amériques comme étape clé de la transition vers une nouvelle ère géologique. Ces nouvelles perspectives incitent à examiner plus que jamais les imbrications de rapports sociaux de domination dans les politiques de la nature.

En écho à ces travaux, le groupe Mondes caraïbes et transatlantiques en mouvement postule que la plantation et ses prolongements est un laboratoire pour penser la rupture qui s’est opérée, caractérisée par des circulations intenses de plantes, d’animaux et d’êtres humains transformés en ressources. C’est en effet dans la plantation que s’articule avec le plus d’intensité la violente domination des corps noirs et indigènes, des végétaux et des animaux.

Au travers des interventions et des débats, il cherchera à montrer comment les enjeux de l’anthropocène ne relèvent pas seulement des processus d’interaction entre humains et non-humains mais reposent aussi sur la production d’un ordre hiérarchisé et racialisé.

Ces questions seront abordées au cours de deux journées dont la seconde (29 mai 2018) sera consacrée aux variations paradigmatiques du concept de race dans les sciences.

Intervenants

Linda Boukhris, géographe, Université Paris 1 Panthéon Sorbonne, EIREST et MCTM
Christine Chivallon, géographe-anthropologue, CNRS, PASSAGES et MCTM
David Nativel, historien, Université Paris Diderot, CESSMA et MCTM
Pierre Charbonnier, philosophe, CNRS, Lier-IMM-EHESS
Andreas Malm, géographe, Lund University
Jean-Baptiste Fressoz, historien, CNRS, Centre
Alexandre Koyré, EHESS
Jean-François Boclé, artiste plasticien
Malcom Ferdinand, philosophe, Royal Netherlands Institute of Southeast Asian and Caribbean Studies

 


Programme | Mardi 20 mars

Université Paris Diderot, 5 Rue Thomas Mann, Paris 13

9h30-10h Accueil et ouverture de la journée par les membres du groupe MCTM
| Linda Boukhris, Université Paris 1 Panthéon Sorbonne, EIREST, Christine Chivallon, CNRS, UMR PASSAGES, Didier Nativel, Université Paris Diderot, CESSMA

10h-11h15 Les termes du débat : environnement et rapports sociaux de race, de classe et de genre
| Linda Boukhris, Université Paris 1 Panthéon Sorbonne, EIREST.
Introduction de la journée : Anthropocène et plantationocène : de quoi parle-t-on ?

| Pierre  Charbonnier, CNRS, Lier-IMM-EHESS
L'anthropocène et la nouvelle crise de l'universel. Quand le monde se retourne contre la modernité

Pause café

11h30-12h30 Prolongement dans les contextes caribéens (post)coloniaux
| Andreas Malm, Lund University
Follow the river : on white domination of nature and maroon resistance ecology in the colonial caribbean

Déjeuner

14h15-14h45 | Jean-Baptiste Fressoz, CNRS, Centre Alexandre Koyré, EHESS
L’autre découverte de Christophe Colomb : le changement climatique

14h45-15h30 | Malcom Ferdinand, Royal Netherlands Institute of Southeast Asian and Caribbean Studies
Résister au Plantationocène : le cas des plantations de bananes dans la Caraïbe française (Martinique et Guadeloupe)

Pause café

16h-16h30 | Jean-François Boclé, artiste-plasticien
Poetica bananera

16h30-18h Discussion conduite par les membres du groupe MCTM

18h Clôture : bilan provisoire et introduction de la journée 2 du 29 mai.


  •  
  •  
    Date de réalisation : 15 Mai 2018
    Lieu de réalisation : Université Paris Diderot
    Durée du programme : 36 min
    Classification Dewey : Géographie et histoire
  •  
    Catégorie : Conférences, Séminaires
    Niveau : Tous publics / hors niveau
    Disciplines : Géographie, Aménagement
    Collections : Le paradigme de la race dans le nouveau grand récit de l’anthropocène - 20 mars 2018
    ficheLom : Voir la fiche LOM
  •  
    producteur : FMSH Production
  •  
    Langue : Français
    Mots-clés : anthropocène, caraïbes
    Conditions d’utilisation / Copyright : ©FMSH - 2018
 

commentaires


Ajouter un commentaire Lire les commentaires
*Les champs suivis d’un astérisque sont obligatoires.
Aucun commentaire sur cette vidéo pour le moment (les commentaires font l’objet d’une modération)
 

Dans la même collection

FMSH
 
Facebook Twitter Google+
Mon Compte