Canal-U

Mon compte
Réseau Thématique de Recherche Milieux & Diversité

Ajustements géomorphologiques et formation de seuils rocheux en moyenne Garonne sous l'effet des extractions de granulats : exemple du site de Beauzelle


Copier le code pour partager la vidéo :
<div style="position:relative;padding-bottom:56.25%;padding-top:10px;height:0;overflow:hidden;"><iframe src="https://www.canal-u.tv/video/rtr_midi/embed.1/ajustements_geomorphologiques_et_formation_de_seuils_rocheux_en_moyenne_garonne_sous_l_effet_des_extractions_de_granulats_exemple_du_site_de_beauzelle.58673?width=100%&amp;height=100%" style="position:absolute;top:0;left:0;width:100%;height: 100%;" width="550" height="306" frameborder="0" allowfullscreen scrolling="no"></iframe></div> Si vous souhaitez partager une séquence, indiquez le début de celle-ci , et copiez le code : h m s
Contacter la chaine
J’aime
Imprimer
partager facebook twitter

Ajustements géomorphologiques et formation de seuils rocheux en moyenne Garonne sous l'effet des extractions de granulats : exemple du site de Beauzelle

5e colloque des Zones Ateliers – CNRS 

2000-2020, 20 ans de recherche du Réseau des Zones Ateliers

SESSION 7 -Trajectoires des hydrosystèmes,entre artificialisation et renaturation


Ajustements géomorphologiques et formation de seuils rocheux en moyenne Garonne sous l'effet des extractions de granulats : exemple du site de Beauzelle (sud-ouest, France)(ZA PYGAR)

Hugo Jantzi ∗ 1,2, Jean-Michel Carozza 3, Jean-Luc  Probst 4,5

 

1  Laboratoire Géographie de l’Environnement –  Université fédérale de Toulouse Midi-Pyrénées, CNRS : UMR5602,  Université Toulouse II - Jean  Jaurès  –  France

2  LTSER  Zone Atelier Pyrénées-Garonne  –  CNRS,  Université fédérale de Toulouse Midi-Pyrénées  – France

3  Laboratoire LIttoral ENvironnement et Sociétés –  Université de La Rochelle, CNRS : UMR7266 – France

4  Laboratoire Ecologie fonctionnelle et Environnement  –  Université fédérale de Toulouse Midi-Pyrénées, CNRS : UMR5245,  Université Toulouse III - Paul Sabatier, Institut National Polytechnique  de Toulouse - INPT –  France

5  LTSER  Zone Atelier Pyrénées-Garonne  –  CNRS,  Université fédérale de Toulouse Midi-Pyrénées  – France


Résumé

Durant la 2nd moitié du 20e siècle, le cours moyen de la Garonne a vu sa morphologie et sa dynamique hydro-sédimentaire  se modifier significativement, avec la contraction de sa bande active et l’incision de son chenal (1, 2).  Cette dernière a fait l’objet de nombreuses interventions en lit mineur parmi lesquelles, les extractions de granulats ont représenté le principal facteur d’enfoncement (3, 4).  A partir des années 60, l’industrialisation de l’activité a conduit à une in- cision généralisée, entraînant un décapage intégral de la charge alluviale en de multiples secteurs et l’apparition d’affleurements molassiques. En 2006, la part de ces affleurements dans le chenal a été estimée à 51 % contre 30 % dans les années 90 (5), malgré un arrêt des extractions à la fin des années 80, montrant ainsi la faible capacité du cours d’eau à retrouver son état antérieur.

Le tronçon d’étude, d’une  longueur de 3,5 km, se situe sur la commune de Beauzelle à 10 km en aval de Toulouse  (site Axe Fluvial  Garonne de la ZA PYGAR). Le site,  ayant fait l’objet d’extractions entre 1960 et 1980,  se caractérise par la présence importante d’affleurements mo- lassiques et d’un seuil rocheux apparu progressivement sous l’effet d’une incision du chenal. L’objectif de l’étude, sur la base de données de terrain et d’une analyse diachronique de pho- tographies aériennes, est de retracer la trajectoire d’évolution des ajustements géomorphologiques depuis 1950 en lien avec l’activité d’extraction.

 

Les résultats montrent un changement majeur dans la géométrie du chenal.  La principale rupture est observée à la fin des années 60 et courant des années 70 avec une contraction de la bande active de 23% (2,9  m.an-1)  et un enfoncement de 2,2 m en moyenne  (11,3  cm.an-1)  avec plus de 4 m localement.  Cette  période voit la formation d’un  seuil rocheux qui en 1981 entraîne la rupture d’une conduite de gaz.  A partir des années 80, la contraction et l’incision baissent en intensité,  respectivement  de 10% (0,5  m.an-1)  et de 0,6 m (4,1  cm.an-1),  pour se stabiliser au cours des années 2000.  La cartographie des unités morphologiques montre également une baisse de leur diversité, avec une réduction de la surface des atterrissements végétalisés ou non au profit d’affleurements rocheux qui passent de 1% à 64% entre 1958 et 2010.

Cette  évolution s’explique  par l’extraction massive de granulats de 1965 à 1980 qui a entraîné une érosion régressive et une évacuation de la charge alluviale laissant place progressivement à un seuil rocheux d’un dénivelé de 2,5 m.  Cette analyse met ainsi clairement en évidence l’impact majeur de cette activité anthropique sur la dynamique hydro-sédimentaire,  qui pour l’ensemble de la moyenne Garonne représente le premier facteur explicatif de l’évolution observée.  Toutefois, si l’incision du chenal est la conséquence la plus visible des extractions,  elle a également induit des dégradations d’ordres hydrologiques et écologiques, comme par exemple l’abaissement de la ligne d’eau, l’asséchement et la déconnexion d’annexes fluviales, le dépérissement de la ripisylve ou encore l’homogénéisation des faciès d’écoulement et la dégradation des frayères (3, 6).

 

 

--

Programme et recueil des résumés à télécharger dans l'onglet documents ci-dessus.

Toutes les informations sur le site du colloque :

https://20ans-rza.sciencesconf.org/resource/page/id/5


 

commentaires


Ajouter un commentaire Lire les commentaires
*Les champs suivis d’un astérisque sont obligatoires.
Aucun commentaire sur cette vidéo pour le moment (les commentaires font l’objet d’une modération)
 

Dans la même collection

FMSH
 
Facebook Twitter
Mon Compte