Canal-U

Mon compte
Réseau Thématique de Recherche Milieux & Diversité

Trajectoires des systèmes d'endiguement.Le cas d'une levée ligérienne de milieu rural


Copier le code pour partager la vidéo :
<div style="position:relative;padding-bottom:56.25%;padding-top:10px;height:0;overflow:hidden;"><iframe src="https://www.canal-u.tv/video/rtr_midi/embed.1/trajectoires_des_systemes_d_endiguement_le_cas_d_une_levee_ligerienne_de_milieu_rural.58671?width=100%&amp;height=100%" style="position:absolute;top:0;left:0;width:100%;height: 100%;" width="550" height="306" frameborder="0" allowfullscreen scrolling="no"></iframe></div> Si vous souhaitez partager une séquence, indiquez le début de celle-ci , et copiez le code : h m s
Contacter la chaine
J’aime
Imprimer
partager facebook twitter

Trajectoires des systèmes d'endiguement.Le cas d'une levée ligérienne de milieu rural

5e colloque des Zones Ateliers – CNRS 

2000-2020, 20 ans de recherche du Réseau des Zones Ateliers

SESSION 7 -Trajectoires des hydrosystèmes,entre artificialisation et renaturation


Trajectoires des systèmes d'endiguement.Le cas d'une levée ligérienne de milieu rural (ZA Loire)

Emmanuèle Gautier ∗† 1, Louis Ferradou ∗ ‡ 2, Julien Cavero ∗ §    2, Clément Virmoux ∗ ¶  1, Tristan Douillard ∗ I 2


1  Université Paris 1 et Laboratoire de Géographie Physique, CNRS UMR 8591 –  Université Paris 1 - Panthéon-Sorbonne –  France

2  Laboratoire de géographie physique : Environnements  Quaternaires et Actuels –  Université Panthéon-Sorbonne, Université Paris-Est  Créteil Val-de-Marne - Paris 12 : UMR8591,  Centre National de la Recherche Scientifique : UMR8591 –  France


Résumé

La recherche s’intéresse à la trajectoire passée et future d’une levée ligérienne et à son système d’endiguement associé, s’inscrivant dans une longue tradition de recherche sur les levées de Loire (Dion,  1932  et 1961  ;  Garcin et al.,  2006  ;  Temam,  2012).   A l’heure  de la mise en place de la GEMAPI,  ces ouvrages sont amenés à évoluer, voire à disparaître.  Le projet ANR DIGUES cherche,  par une approche pluridisciplinaire,  à analyser le fonctionnement écologique et social de ces anthroposystèmes  pour proposer des scenarii possibles non seulement de l’ouvrage, mais aussi de l’ensemble du système  d’endiguement.  L’étude de cas proposée ici repose sur l’un  des sites étudiés dans le programme, une levée ligérienne située en milieu rural. La levée d’Uxeloup accompagne et enserre la rive gauche de la Loire, sur une longueur d’environ 6 km, au niveau des communes rurales de Luthenay-Uxeloup et de Fleury-sur-Loire, en amont de Nevers.  Ne protégeant actuellement qu’une douzaine d’habitants d’une crue possible, elle fait partie des ouvrages dont le devenir est incertain. L’analyse du système d’endiguement de Luthenay-Uxeloup croise plusieurs approches, relevant principalement de l’histoire et des sciences environnementales (géomorphologie, hydrologie, phytoécologie et dendro-géomorphologie.  L’analyse du paysage et de la végétation alluviale étant au cœur de l’analyse anthroposystémique.   Tout d’abord la géohistoire fondée sur la recherche dans les archives montre un ouvrage complexe,  construit en plusieurs phases et dont la fonction a glissé au cours du temps.  Dévolue à la navigation, la levée originelle cherche à resserrer le chenal afin de maintenir en eau des ports situés sur les deux rives. La végétation arbustive et arborée est alors " bannie " du chenal ".  A la suite des crues répétées du 19e s.et dudéclin  de la navigation,  l’ouvrage devient  une structure de protection contre les crues avant d’être totalement délaissé.  La levée est alors volontairement reboisée afin de limiter l’érosion ; la levée étant majoritairement composée de sable et sans perré. Au cours de la seconde moitié du 20e siècle,  les marges du chenal sont délaissées par les pratiques agro-pastorales, la largeur du lit actif diminue, les marges se végétalisent.  L’analyse diachronique de la morphologie en plan du lit, des profils d’eau d’étiage  et des remblaiements sédimentaires apportent des données précises sur les rythmes de réajustement du milieu.  L’enfoncement du chenal principal, déclenché par l’endiguement est accéléré par d’autres facteurs (extractions de sédiments)  :  il passe de 0,7– 1 cm par an du milieu du 19e à la fin du 20e siècle à 1,3 –   1.5 cm par an depuis 1996.   La réponse de la forêt alluviale est analysée le long de profils transversaux traversant l’ensemble de la  plaine  dont  les fréquences et  durées  de  submersion ont  été  déterminées ainsi  que  la  texture des sédiments.  L'analyse dendrologique des  arbres de  la  digue  et  de  la  plaine  vient  compléter l'analyse. Les cortèges  floristiques (majoritairement  composés de peupleraie sèche et de lande  à Quercus robur  et  Robinia pseudoacacia) montrent une régénération limitée de la forêt  alluviale. Les peuplements végétaux de la levée ne diffèrent  que  peu  de ceux  de la plaine.

 

--

Programme et recueil des résumés à télécharger dans l'onglet documents ci-dessus.

Toutes les informations sur le site du colloque :

https://20ans-rza.sciencesconf.org/resource/page/id/5


 

commentaires


Ajouter un commentaire Lire les commentaires
*Les champs suivis d’un astérisque sont obligatoires.
Aucun commentaire sur cette vidéo pour le moment (les commentaires font l’objet d’une modération)
 

Dans la même collection

FMSH
 
Facebook Twitter
Mon Compte