Canal-U

Mon compte
Santé, maladie, malheur (SMM) : centre de productions multimédias UMR 7206 CNRS-MNHN, Musée de l'Homme, Paris

Le retour de Rabelais ?


Copier le code pour partager la vidéo :
<div style="position:relative;padding-bottom:56.25%;padding-top:10px;height:0;overflow:hidden;"><iframe src="https://www.canal-u.tv/video/smm/embed.1/le_retour_de_rabelais.37281?width=100%&amp;height=100%" style="position:absolute;top:0;left:0;width:100%;height: 100%;" width="550" height="306" frameborder="0" allowfullscreen scrolling="no"></iframe></div> Si vous souhaitez partager une séquence, indiquez le début de celle-ci , et copiez le code : h m s
Contacter la chaine
J’aime
Imprimer
partager facebook twitter

Le retour de Rabelais ?

Une promenade littéraire, pantagruélique et philosophique à Lyon avec Bruno Pinchard filmé par Laurent Maget :

Bruno Pinchard, né 15 juin 1955 au Havre est un écrivain français, docteur et professeur de philosophie, directeur de l'UFR de philosophie de l'université Jean-Moulin-Lyon-III depuis 2016.

---------------------------------------------------------------------------------

Je vous ai proposé de venir dans mon bureau pour que vous vous rendiez bien compte que moi j’essaie de faire parler cette bibliothèque. Et faire parler cette bibliothèque, c’est essayer de faire naître un esprit vivant dans toutes ces pages mortes. Et Rabelais c’est l’exemple d’un usage optimal de la bibliothèque occidentale, non pas pour asseoir une idéologie ou un dogme, mais pour la faire rentrer en vibration. Et je suis au service de ça.

Alors je vais vous donner un objet à voir, qui est un objet précieux, qui est une édition qui date de 1588, de Rabelais, c’est-à-dire 25 ans après sa mort et qui a été imprimée à Genève, est passée par le Rhône d’une façon clandestine, et faussement indiqué comme ayant été imprimé à Lyon …Et on l’ouvre, très vieille édition, très belle, et on trouve sur la première page, sur la page de garde, quoi ? Une recette d’alchimie !



Figuier,
sang de rubelles,
fiel de corben,
ambre gris,
alun de plume…

Et il y a des signes
d’écriture chiffrée
en dessous.

Et juste flotte ici, de façon si
poétique, le mot Plume.







Alors ce livre porte toute la mémoire de ce nouvel usage du livre, qui n’est pas un usage tout simplement thématique ou intellectif, mais un usage actif du livre, un usage de transmutation du livre.

C’est un très vieux Rabelais, très magique, très profond, et on y trouve aussi bien sûr la fameuse bouteille, qui montre qu’il y a un vin dans la culture, que la culture n’est pas simplement de l’archivage.



Je vous lis :

« Ô bouteille pleine toute
De mystère d’une oreille
Je t ‘écoute ne diffères
Et le mot profères
Auquel pend mon cœur »


J’adore ce vers, que l’on trouvera ensuite chez Apollinaire.  C’est l’extraordinaire culture de cet alcool qui passe dans le savoir. Et moi mon travail, c’est de produire l’alchimie qui engendre cette quintessence, cet alcool, cette vie très profonde, très vibratile, des fosses les plus Intérieures de l ‘âme humaine.

Vous le voyez, j’ai changé de moyen… ça n’est plus le livre ancien, c’est un piano, mais le but est le même. Le but c’est de saisir des signes écrits, et de les pousser à une vibration intérieure qui puisse se communiquer à autrui. C’est donc travailler sa culture pour sa résonance. Alors voyez j’attrape ça entre deux coups de téléphone (partition de piano) et puis tout d’un coup, j’entends des choses comme ça (il joue)…un véritable battement en attente …l’eau de Venise…

Alors vous voyez, là je fais entrer en vibration le piano sur la base de ces signes et l’autre dimension de ma recherche, c’est d’obtenir le même résultat avec la ville elle-même. C’est-à-dire que je voudrais que nous soit donné de recevoir la vibration de la ville, de jouer de la ville,  et de transmettre l’écume, la quintessence vivante de la ville. Et ça c’est l’autre élément qui, du livre, par le piano, jusqu’à Lyon appartient au cœur même de mon travail et de mon enseignement, car j’enseigne pour être dans l’écho de cette ville.

Je vous ai proposé de venir ici pour que, ce qui naît pour nous dans le livre ou auprès de l’instrument de musique se retrouve inscrit dans la ville, et le rapport de la renaissance avec cette ville. Alors, ici, vous avez au fond un exercice vivant de pantagruélisme, c’est à dire de la « religion » de Rabelais.

Pourquoi ? Parce que vous avez une prouesse, une prouesse architecturale qui est celle de Philibert Delorme. Il a fallu qu’il construise un petit Chambord à l’intérieur d’une cour médiévale ; et grâce à la géométrie, à la taille des  pierres d’une sophistication incroyable, il a réussi à inclure ce message de l’humanisme italien dans la cité médiévale.

Ce qui m’intéresse c’est à la fois comment le patrimoine de l’humanisme latin se trouve violemment introduit dans la vie médiévale de Lyon, et inversement, la façon dont la vieille ville accueille cette greffe, et au fond acquiesce à cette greffe. Et c’est même encore plus profond que ça puisque c’es une ville de Rome, c’est une ville qui à porté l’empire romain, et cette ville , elle recueille au moment de la renaissance  les structures que Vitruve et la grande géométrie romaine avaient gardé et avaient développé.

Et c’est ça que Rabelais nous donne, c’est à dire une greffe d’un savoir étranger, le savoir du livre à la renaissance, et qui en même temps est inclus dans la.mémoire médiévale, dans le peuple de Lyon, de Chinon et de la Touraine. Et je crois que vous avez ici ce jeu à la fois d’intrusion que représente la renaissance, c’est la greffe magique par excellence, et en même temps la façon dont un peuple, dont une histoire des pierres et des savoirs, accueillent , et au fond se grandissent à avoir eu cette intrusion.

C’est donc un rapport d’amour comme on ne peu pas en imaginer de plus riche, de plus séduisant , et moi, j’adhère à ce jeu là. C’est un jeu extrêmement caressant et en même temps attentif.

C’est un grand moment de ce qu’on pourrait appeler « la culture ».

Je vous ai proposé de venir ici, toujours dans la rue de la juiverie, tout près de l’endroit où nous avons vu l’architecture de Philibert Delorme, parce que ici, vous avez cette espèce de façade écrasante, très haute, qui rappelle un des enseignement si profond de Rabelais :

Si vous mettez en vibration la culture, si vous la transformer en une alchimie, ce qui sort de l’opération, ce sont les géants. Et ici, vous avez la dimension gigantesque de Lyon, et du message que Rabelais a su y détecter, c’est à dire qu’il y a des Pantagruel qui sommeillent dans ces rues, et toute la puissance, c’est de trouver un langage qui soit à la mesure de cette force gigantesque.  

Alors Rabelais, c’est celui qui a trouvé une parole humaine, cad communicable à vous et à moi, pour faire surgir les géants dans le savoir. Et il observe les effets sur l’ensemble du comportement humain, et sur l’ensemble de l’expérience humaine, dès lors que l’on réveille le géant de l’âme.

Alors la leçon de tout ça, qui permet de récapituler notre traversée jusqu’ici, c’est que quand on entre en vibration on devient un géant. Et que, au fond nous nous croyons de hommes assignés à un destin fini, parce que nous n’avons pas découvert ce par quoi nous étions enraciné dans un terreau beaucoup plus profond que celui de notre patrimoine vibratoire, notre patrimoine subtil. Et le grand savoir, c’est celui qui vous augmente, et qui vous donne une taille réelle qui ne soit pas bornée à votre apparence physique.

Et cela, c’est la tâche que vous trouvez jusqu’à Proust dans la littérature française, les derniers mots de ‘la recherche » c’est une grandeur de temps qui fait de l’homme un géant enraciné dans le terreau multiple de son expérience à la fois historique, personnelle, secrète… Tout cela, c’est notre vraie vocation. 9mn 25

Notre journée a été une journée ascensionnelle, et maintenant nous nous trouvons à un degré panoramique de la vue de cette ville qu’on aime, et ce que nous avons fais, c’est nous enraciner dans un passé extrêmement lointain, dans les géants, l’archaïque du monde celtique transmis par Rabelais, et puis maintenant on est en pleine modernité, au risque d’ailleurs de l’attentat …La tour c’est l’attentat maintenant, on le sait très bien, et en même temps c’est la puissance de la modernité : communication, rapport terre-ciel modifié, et cet espèce d’urbanisme à la fois croissant, contradictoire, périlleux, dans lequel se travaille aujourd’hui le destin humain…

Et moi je continue à jouer les accords que j’aime (piano)… mais il n’empêche que j’entends l’appel du monde moderne et c est pour cela que je mets au service de la recherche, que je travaille avec les étudiants et que j’ai cette écoute internationale que Lyon rend possible, et mon rôle, c’est de transmettre ça, et puis d’être assez ouvert, assez disponible pour transmettre ça, à des espaces et à des communautés nouvelles.

Alors c’est un projet laïc, vous le voyez bien, c’est un projet qui es basé sur la raison. Tous ce que nous avons dis sur le système vibratoire est un système d’une raison ardente, mais de la raison. C’est un service de la raison.

Laïcité, raison et on pourrait dire, une capacité d’amour qui soit au-delà des formes héritées, je dirait « l’amour qui trouve », l’amour qui articule d’une façon nouvelle les connexions entre les gens, tout cela dans un seul but : Surmonter la douleur. Apaiser la douleur. Contourner la douleur pour la rendre ferment de savoir mais en aucune manière étouffement ou destruction des êtres.

Et moi, j’appelle çà Philosophie.

Bruno Pinchard.
Lyon - Juin 2005

 

commentaires


Ajouter un commentaire Lire les commentaires
*Les champs suivis d’un astérisque sont obligatoires.
Aucun commentaire sur cette vidéo pour le moment (les commentaires font l’objet d’une modération)
 

Dans la même collection

 Cutting and installing a bee trunk / Construction et installation d’un tronc à abeilles. Atauro, Timor Leste. Bili, Makadade - mars 2019
 Installation d’une planche à miel, Danau Sentarum, Indonésie /Setting up a honey plank, Danau Sentarum, Indonesia
 Un sabato di ramadan alla Moschea nera di San Paolo (Brasile)
 Pragas : assainissement à Recife, Etat du Pernambuco, Brésil
 Pragas : pest extermination in Recife, State of Pernambouco, Brazil.
 Urgences (Marília, Etat de São Paulo, Brésil),
 Nice, bonne au Brésil
 Un dossier lourd
 Chroniques baka, district de Messok, Est Cameroun, mars 2013 : les pièges à souris
 Guérir des visions nocturnes : pratique de soin par un devin-guérisseur aka du village d'Enyelle, Likouala, Congo
 Chronique des Pygmées baka : Fabrication du Lingbidi, l'arc à deux cordes. Baka Pygmies : Making the Lingbidi.
 Sommeil d'enfant et chant des femmes chez les Aka
 Chronique aka, décembre 1993 Zomia, Lobaye RCA : réveils et petits déjeuners des enfants à côté d’une mission catholique.
 Regarder grandir Elsa, de septembre 1988 à avril 1991 en 145 mn
 La parole muette de Yacine
 L'éducation c'est comme ça à Dakar-Pikine : une matinée à Malicka
 Chronique des Pygmées baka : Robert Brisson, linguiste, ethnologue, missionnaire
 Chroniques Pygmées Baka : Conte du chimpanzé et de la fille de Komba
 Smoking out the porcupine. A hunting party between brothers. Chronicle Baka, District of Messok, East Cameroon, June 2013
 Forest camp cooking : a meal of porcupine. Baka chronicles. Messok district, East Cameroon, June 2013
 Chronique Aka 1992 Akungu : entre forêt et campement.
 Chronique aka, juin 1989 & juin 2006, St Martin du Bosc, France & Békélé, RCA : Encyclopédie des Pygmées aka 1983-2019, Editions SELAF-Peeters, causerie entre J. M. C. Thomas, S. Bahuchet & A. Epelboin et mot de la fin de Ginza Gabriel, filmé par son fils
 Chronique aka, avril 1987 : travail, jeux et toilettes d'enfants ngbaka au bord de l'Oubangui
 Baguenaude au Musée de l'Homme : aller à l'école de la diversité
 Eleveurs du Brakna, Mauritanie 1967
 Toilette du soir d'un nourrisson
 Sortie de masques agraires luguta et kore à Ibel, Sénégal Oriental. en 1983.
 Interview d'une matrone de mère gurunsi
 Baguenaude au Musée de l'Homme : de l'ethnographie à l'ethnomédecine
 Chronique aka, 13 juin 2006, Békélé, Lobaye, RCA : sifflet mo.beke, yodel et polyphonie par Ginza et Cie
 Chronique aka, 8 juin 1991, Motonga, RCA : maladie du serpent, divinations et extraction de maléfices.
 Traitement du sein amer ou du refus de téter 1983 Ibel Sénégal oriental)
 Chronique aka, 12 décembre 1989, Motonga, RCA : petit déjeuner et extraction du mal d'une femme enceinte
 Chronique des Pygmées baka : récolte du copal
 8 échantillons de recherches en SHS : Édition des œuvres complètes d'Auguste et Léon Walras
 8 échantillons de recherches en SHS : Linguistique interactionnelle
 8 échantillons de recherches en SHS : Fouilles du Château d'Albon (Drôme)
 8 échantillons de recherches en SHS : Langues et régionalismes du français
 La lagune et l'usine
 A ria e a fábrica
 Baka Pygmies, the Turning point
 Los pigmeos Baka, el gran cambion
 20 entretiens en Anthropologie Bio Culturelle : Médecine légale et anthropologie - identification d'un adulte
 20 entretiens en Anthropologie Bio Culturelle : Médecine légale et anthropologie - introduction immature
 20 entretiens en Anthropologie Bio Culturelle : Livre "Couleurs sur Corps"
 20 entretiens en Anthropologie Bio Culturelle : Anthropologie des Représentations du Corps
 20 entretiens en Anthropologie Bio Culturelle : Anthropologie du vieillissement
 20 entretiens en Anthropologie Bio Culturelle : Anthropologie funéraire
 Chronique des Pygmées baka : Yambé chante au campement
 BAKA.mov
 L'idée de "Race"
 Autour de la peste, Marseille 1720 - 1722
 Le dernier supplice chinois
 Chronique du littoral gabonais 2006 : jeu de construction d’un fumoir
 Parle moi de mam
 Chronique aka 1994 : Mythe du fils crotte (version courte), 27 décembre 1994, appartement du CNRS, ORSTOM Bangui
 Chronique aka avril 1987, rivière Gouga, Lobaye, RCA : deuxième contact avec Gbédélé
 Chronique pygmée aka 1987 : toilette d'un garçon non sevré, janvier 1987, Kpéténié
 Chronique aka, janvier 1988 : retour à Akungu
 Chronique aka 1989 : novembre 1989, chez Yakpata à Badangou : danse d’amusement surveillée par les patrons villageois
 Chronique aka Motonga, 28 novembre1989 chez Monduwa : divinations par le copal
 Chronique aka 1989 : hommage au défunt Jean-Marie Elima
 Chronique aka 1992, Motonga, 4 décembre 1992 : Le devin guérisseur pygmée et les djinns de Hamidou
 Chronique aka, Békélé, 13 juin 2006 : soirée de divination par le feu du foyer boka
 Chronique aka, janvier 1980, campement de Mandembe, Bagandou, RCA : en pleine épidémie de rougeole, divination par l’ampoule électrique et le feu.
 Chronique aka 1987 : Akungu (Lobaye, RCA) : Comment réactiver une pile de montre usagée
 Chronique aka 1987 : Akungu Wawa, enceinte, plante du manioc
 Chronique aka 1987, Akungu : "berceuse" aka
 Chronique aka, 1987, Akungu : soirée de danse et divination de la chasse du lendemain
 Chronique aka 1987, Akungu : chante-fable du lémurien
 Chronique aka,février 1987, Akungu : négociations d'une Villageoise en quête de feuilles de koko (Gnetum africanum)
 Chronique aka, Ngopama, novembre 1989 : Les gens d'Akungu à Mongoumba
 Chronique Baka, arrdt de Messok, avril 2015 : une collecte de miel sauvage
 Baka chronicle, April 2015, Messok district, Cameroon : a collect of wild honey
 Baka chronicle, June 2013, Lomié district, Cameroon : Hook fishing with Moussolo
 Toilette d’un bébé peul par une matrone de mère gurunsi
 Toilette et lavement d’un enfant mossi du Burkina Faso
 Toilettes d’enfants à Cuaji, Mexique : Toilette de Alejandra (40 jours) par sa grand-mère
 Toilettes d’enfants à Cuaji, Mexique : Extrait de : Toilette de Zitlali (6 mois et demi) par sa mère
 Chronique aka, Motonga, RCA, 6 décembre 1992 : zengi, cérémonie de danse de l'esprit de la forêt zengi
 La photo : toilette à 7 mois de Vishal Ganesh
 Chronique des Pygmées baka : Pygmées Baka, le grand Virage
 Chronique des Pygmées baka : Chant de Komba. Papa émile et sa harpe cithare (ou Ngombi)
 Chronique des Pygmées baka : fabrication d'un petit camion en palmes de raphia
 Chronique des Pygmées baka : récolte et fabrication de la pâte d'amandes de mangues sauvages
 Chronique des Pygmées baka : Récolte du miel (Poki)
 Chronique des Pygmées baka : Kalo prépare l'étoupe et le feu
 Chronique des Pygmées baka : pêche au barrage - Campement du serpent
 Chronique des Pygmées baka : Conte de l'Antilope et des fruits de Komba
 Chronique des Pygmées baka : Le masque d'Edzengui
 Chronique des Pygmées baka : la rumeur du sida
 Emmaillotement à Sidi Zid
 A day in Siwa/ Une journée à Siwa/ يوم في سيوة — Siwa Oasis, Egypt (Vincent Battesti, November 2014)
 Wedding Party in Darb al-Ahmar , A popular Neighborhood — Cairo, Egypt (Vincent Battesti, March 31st, 2011)
 ‘Aīd al-Siyaha — Siwa Oasis, Egypt (Vincent Battesti, October 2015)
FMSH
 
Facebook Twitter
Mon Compte