Canal-U

Mon compte
Université de Bordeaux - SAM

Commentaires médiatiques et dynamique identitaire du sportif.


Copier le code pour partager la vidéo :
<div style="position:relative;padding-bottom:56.25%;padding-top:10px;height:0;overflow:hidden;"><iframe src="https://www.canal-u.tv/video/universite_de_bordeaux/embed.1/commentaires_mediatiques_et_dynamique_identitaire_du_sportif.19926?width=100%&amp;height=100%" style="position:absolute;top:0;left:0;width:100%;height: 100%;" width="550" height="306" frameborder="0" allowfullscreen scrolling="no"></iframe></div> Si vous souhaitez partager une séquence, indiquez le début de celle-ci , et copiez le code : h m s
Auteur(s) :
LEVEQUE Marc

Producteur Canal-U :
Université de Bordeaux - SAM
Contacter le contributeur
J’aime
Imprimer
partager facebook twitter Google +

Les chapitres


Commentaires médiatiques et dynamique identitaire du sportif.

CONSEQUENCES FONCTIONNELLES ET ETHIQUES SUR L'ACCOMPAGNEMENT

Journées Nationales d’Etudes de la Société Française de Psychologie du Sport
Psychologie des activités corporelles et de la performance sportive : regards croisés


La couverture médiatique des compétitions sportives peut surprendre, voire irriter, par son goût de l’emphase, ses effets langagiers ostentatoires, ses évaluations personnalisées et abruptes. Ses ressorts et ses outrances peuvent lasser celui qui en attendrait une relation précise et objective, des analyses technico-tactiques élaborées et convaincantes.
Dans ces commentaires, outre la théâtralisation, les dimensions psychologiques sont présentées comme déterminantes, prioritaires, mais aussi caricaturées et réduites à des schémas simplistes, à des causalités linéaires et univoques.
En fait les médias visent à accroître la surface et la portée identificatoire des exploits sportifs par des effets de dramatisation, d’amplification de la résonance et d’héroïcisation des acteurs. Le ton et la forme des commentaires obéissent à des fonctions précises : refléter et alimenter des valeurs sociales centrales, comme l’affirmation concurrentielle, le dépassement de soi, la quête d’excellence…

L’analyse de contenu de la presse sportive lors de l’Euro 2008 et des J.O. de Pékin a permis de préciser certains de ces mécanismes, qui pourront être illustrés de quelques extraits :
- l’évocation et la mise en exergue des attachements essentiels, familiaux, affectifs, sensibles… comme pour rendre proche et humain un héros que le système sportif, par sa mise en scène, rendrait lointain et inaccessible…
- la magnification des exploits par le rappel (excessif, systématique…) des épreuves endurées, doutes, drames personnels, obstacles et coups durs surmontés…
- l’insistance à décrire et exalter l’émotion vécue par les athlètes, émotion « déferlante et débordante »…
- enfin l’élaboration de portraits psychologiques à la fois simplistes et mystificateurs, composés de traits grossiers pour être porteurs d’identifications larges
Tous ces mécanismes ont été décrits par les historiens, philosophes ou sociologues du sport qui y voient pour certains les ressorts du sport-spectacle (P.Yonnet), les effets de soutènement de la mythologie sportive (B.Jeu, G.Vigarello), la logique du culte de la performance (Ehrenberg, Pociello, Queval…).
Pour le psychologue du sport, cette écume médiatique, accréditée comme en écho par le terrain lui-même (athlètes, entraîneurs…) pose ou réactive des questions insistantes :
- pourquoi l’impact compétitif hypertrophié dans les commentaires occulte-t-il tellement l’observation et l’analyse du parcours quotidien et laborieux du sportif, du tissu de travail effectué dans l’institution support, des assurances recherchées dans une préparation minutieuse ? Quel est l’impact réel de ce prisme médiatique sur les acteurs ?
- pourquoi réduire les mécanismes psychologiques valorisés à l’évocation plate et répétitive de l’effet, souvent présenté comme dévastateur, des « pressions » sur les concurrents ?
- comment communiquer avec des acteurs de terrain qui se réfugient derrière ces poncifs et stéréotypes, comment dépasser cet écran, nommer avec précision les processus psychologiques, tendre vers le « bien dire » pour bien connaître et mieux accompagner ?
-quelles sont les justifications et finalités des actions en préparation mentale dans ce contexte, quels sont ses intérêts et ses leurres, quel rôle le terrain sportif veut-il faire jouer à ce nouveau recours ?
La prise en compte de ces questionnements recoupe des préoccupations à la fois éthiques et déontologiques, mais aussi épistémologiques et procédurales : comment crédibiliser dans ce contexte la mise en oeuvre de stratégies de gestion de la motivation, de contrôle des émotions, de régulation des relations…Peuvent-elles attirer et intéresser des entraîneurs qui préconisent à leurs athlètes de ne pas « psychoter », de retrouver leur « animalité primitive », ou des athlètes qui évoquent la nécessité « de poser leur cerveau au bord de la piste » avant d’entrer sur celle-ci .
Quelle crédibilité est accordée par le terrain à une intervention psychologique dont le discours quotidien réduit tellement l’objet, dont l’utilité et le bien-fondé sont tellement ignorés, dont les praticiens sont assignés à conforter la logique du système plutôt qu’à servir la logique d’assomption du sujet.

Sur un plan plus structurel, c’est l’articulation entre un engagement individuel et le cadre symbolique offert à son expression qui ne cesse d’interroger : la fragilisation narcissique du compétiteur en position de défi et d’exposition n’est-elle pas accentuée par cette prégnance accordée au cadre symbolique ?
- Pourquoi cette mise en tension extrême entre le supposé dénuement de l’athlète face aux contraintes de la compétition d’une part, le faste, la magnificence de compétitions dont l’enjeu, les codes sont devenus exorbitants d’autre part ?
- La signification sociale attribuée aux compétitions dans notre société re-positionne-t-elle le sens de l’engagement individuel, autorise-t-elle l’émergence d’un sens accordé qui conjugue élan personnel et structure d’accueil ? Comment les jeunes ébranlés par leur dynamique identitaire peuvent-ils continuer de nouer des sortes de contrats narcissiques satisfaisants avec l’institution sportive ?

  •  
  •  
    Date de réalisation : 8 Avril 2011
    Durée du programme : 51 min
    Classification Dewey : Psychologie appliquée, Condition physique. Sport, relaxation, sommeil
  •  
    Catégorie : Conférences
    Niveau : Tous publics / hors niveau
    Disciplines : Sport
    Collections : Journées nationales d'études de la SFPS
    ficheLom : Voir la fiche LOM
  •  
    Auteur(s) : LEVEQUE Marc
    producteur : Université de Bordeaux - Service Audiovisuel et Multimédia
    Réalisateur(s) : Université de Bordeaux - Service Audiovisuel et Multimédia
    Editeur : Université de Bordeaux - Service Audiovisuel et Multimédia
  •  
    Langue : Français
    Mots-clés : psychologie, sport
    Conditions d’utilisation / Copyright : Creative Commons (BY NC)
 

commentaires


Ajouter un commentaire Lire les commentaires
*Les champs suivis d’un astérisque sont obligatoires.
Aucun commentaire sur cette vidéo pour le moment (les commentaires font l’objet d’une modération)
 

Dans la même collection

FMSH
 
Facebook Twitter Google+
Mon Compte