Canal-U

Mon compte
Université Toulouse-Jean Jaurès (Toulouse II-le Mirail)

Quelques réflexions sur l’enseignement en France de l’histoire des traites, des esclavages et de leurs abolitions / Éric Mesnard


Copier le code pour partager la vidéo :
<div style="position:relative;padding-bottom:56.25%;padding-top:10px;height:0;overflow:hidden;"><iframe src="https://www.canal-u.tv/video/universite_toulouse_ii_le_mirail/embed.1/quelques_reflexions_sur_l_enseignement_en_france_de_l_histoire_des_traites_des_esclavages_et_de_leurs_abolitions_eric_mesnard.35991?width=100%&amp;height=100%" style="position:absolute;top:0;left:0;width:100%;height: 100%;" width="550" height="306" frameborder="0" allowfullscreen scrolling="no"></iframe></div> Si vous souhaitez partager une séquence, indiquez le début de celle-ci , et copiez le code : h m s
Contacter le contributeur
J’aime
Imprimer
partager facebook twitter Google +

Quelques réflexions sur l’enseignement en France de l’histoire des traites, des esclavages et de leurs abolitions / Éric Mesnard

Quelques réflexions sur l’enseignement en France de l’histoire des traites, des esclavages et de leurs abolitions / Éric Mesnard, in colloque "Mémoire et histoire de l'esclavage dans le monde atlantique", organisé dans le cadre du programme de recherche de l'accord franco-brésilien CAPES-COFECUB et du labex SMS Mémoires de l'Esclavage aux AMériques (MESCLAM) Université Toulouse Jean-Jaurès-campus Mirail, 17-18 octobre 2016.
Panel 3
: Esclavages niés, esclavages enseignés.

Après l’adoption le 21 mai 2001 de la loi dite Taubira [1] portant reconnaissance de la traite négrière transatlantique, de la traite dans l’Océan indien et de l’esclavage comme crime contre l’humanité, qui stipule que « les programmes scolaires […] accorderont à la traite négrière et à l’esclavage la place conséquente qu’ils méritent », les prescriptions scolaires ont  été modifiées. Les programmes scolaires successifs depuis 2001 ont globalement accordé une place plus importante à l’enseignement des traites, des esclavages et de leurs abolitions. Toutefois, la place de cet enseignement  demeure « fragile »,  parce que les enseignants (notamment dans le Primaire) qui n’ont guère reçu de formation sur ces pages d’histoire lors de leurs études,  sont souvent démunis.
Les cours d’histoire ne devraient plus reproduire la transmission du  « mythe national » tel qu’il a été conçu par les historiens et les pédagogues du 19ème siècle [2]. Une réflexion critique sur les objectifs de l’enseignement de l’histoire amène à nous interroger sur la pertinence du « panthéon scolaire » et sur le choix  des repères tant chronologiques que spatiaux à transmettre à nos élèves. Peut-on, par exemple, continuer à enseigner l’histoire du règne de Louis XIV en ignorant le « Code Noir » de 1685 ou l’histoire du Premier Empire en oubliant l’expédition Leclerc à Saint-Domingue et le rétablissement de l’esclavage à la Guadeloupe ?
Donner sens à cette histoire qui est un fait majeur non seulement pour comprendre l’histoire nationale, mais aussi l’histoire de l’Europe, de l’Afrique et des Amériques, suppose une réflexion historique et pédagogique qui permette d’en finir avec l’européocentrisme.
Outre le nécessaire « état des lieux » sur le cadre institutionnel et sur les outils pédagogiques mis à la disposition des enseignants, travailler sur l’enseignement de l’histoire des traites négrières, de l’esclavage colonial et des abolitions amène à s’interroger sur la production historiographique et sa nécessaire articulation avec  les finalités de l’histoire scolaire ainsi que sur les questions spécifiques que posent aux pédagogues l’enseignement de cette « question socialement vive ».
Cette communication prend en compte :
- les actes (à paraître) du colloque  international : « Enseigner les traites, les esclavages, leurs abolitions et leurs héritages » (Paris, 18, 19 et 20 mai 2011).
- un article coécrit avec Marie-Albane de Suremain : « Enseigner l’histoire des traites, des esclavages et de leurs abolitions, mutations et ambiguïtés sensibles dans une discipline scolaire», Diaspora n° 21 (pp. 211-228), février 2013.

____________

[1] Loi n° 2001-434 du 21 mai 2001 tendant à la reconnaissance de la traite et de l’esclavage en tant que crime contre l’humanité.

[2] Le « débat » sur les finalités de l’enseignement de l’histoire revient régulièrement dans l’espace public. Il a été relancé par l’introduction dans le programme de la classe de 5eme de l’étude de l’histoire africaine entre le VIIIe et le XVIe siècle. Le Figaro, notamment s’est fait le porte-parole de cette « réaction identitaire ». Cf. "Vague brune sur l’histoire de France" : http://aggiornamento.hypotheses.org/898.

  •  
  •  
    Date de réalisation : 17 Octobre 2016
    Durée du programme : 24 min
    Classification Dewey : Éducation, enseignement, Esclavage (commerce des esclaves, histoire de l'esclavage)
  •  
    Catégorie : Conférences
    Niveau : niveau Licence (LMD), niveau Master (LMD), niveau Doctorat (LMD), Recherche
    Disciplines : Politique publique pour l'enseignement
    Collections : Mémoire et histoire de l'esclavage dans le monde atlantique
    ficheLom : Voir la fiche LOM
  •  
    Auteur(s) : MESNARD Éric
    producteur : Université Toulouse-Jean Jaurès-campus Mirail
    Réalisateur(s) : SARAZIN Claire
    Editeur : SCPAM / Université Toulouse-Jean Jaurès-campus Mirail
  •  
    Langue : Français
    Mots-clés : enseignement secondaire (France), esclavage (mémoire collective), esclavage (étude et enseignement), enseignement primaire (France)
    Conditions d’utilisation / Copyright : Tous droits réservés à l'Université Toulouse-Jean Jaurès-campus Mirail et aux auteurs.
 

commentaires


Ajouter un commentaire Lire les commentaires
*Les champs suivis d’un astérisque sont obligatoires.
Aucun commentaire sur cette vidéo pour le moment (les commentaires font l’objet d’une modération)
 

Dans la même collection

 Traite négrière et esclavage colonial : histoire de la mémoire (des années 1980 à aujourd’hui) / Marcel Dorigny
 Le rôle des associations antillaises dans la labellisation de l’esclavage comme crime contre l’humanité / Johann Michel
 Deux poètes esclaves et la mémoire de l’esclavage dans la littérature de cordel au Brésil / Emanuele Maupeou
 Le patrimoine culturel, le commerce et les habitations d’esclaves à Penedo / Luana Teixeira
 Le Mémorial Acte de Guadeloupe : réconcilier les mémoires, occulter l’histoire ? / Stéphanie Mulot
 Le cinéma comme lieu de mémoire : filmer l’esclavage dans le cinéma hollywoodien contemporain / Hélène Charlery
 La casa-templo d’Elegguá Alagbara : la mémoire de l’esclavage à travers l’ethnographie du culte des Orichas (Cuba) / Maxime Toutain
 Résistance à l’esclavage dans l'historiographie française des années 60 à nos jours : histoire et mémoire d'un objet d'étude marginal / Jean-Pierre Le Glaunec
 Malunguinho : un esclave marron vénéré dans le culte de la Jurema (Pernambouc, Brésil) / Marcus J. M. de Carvalho
 De “l’histoire et de la culture afro-brésilienne et africaine” à la mémoire de l’esclavage : méandres de l’application de la loi 10639/2003 / Franck Ribard
 Enjeux mémoriels et identitaires chez les groupes d’origine servile de la société haalpulaar dans le contexte actuel des réformes de démocratisation en Mauritanie / Olivier Leservoisier
 Saint Nazaire : un mémorial sans mémoire / Richard Marin, Valérie Robin-Azevedo
 Discours croisés, mémoires partagées ? la plantation Whitney (Wallace, Louisiane) / Nathalie Dessens
 Mémoire et histoire de l'esclavage dans le monde atlantique : synthèse du colloque / Jean-Luc Bonniol
FMSH
 
Facebook Twitter Google+
Mon Compte