Non classé

08 - "Le statut des parcs animaliers de la Pendjari et du W au regard de leur protection pénale" : Ignace Adigbli (Université d'Abomey Calavi, Bénin)

Réalisation : 26 mars 2019 Mise en ligne : 26 mars 2019
  • document 1 document 2 document 3
  • niveau 1 niveau 2 niveau 3
  • audio 1 audio 2 audio 3
Descriptif

COLLOQUE « HABITATS FORESTIERS ET FORÊTS HABITÉES » COMMENT USAGES, GESTIONS ET PRATIQUES SOCIALES INTERAGISSENT AVEC LA FAUNE SAUVAGE EN FORÊT ?"

 

Ce colloque international, qui s'est tenu au sein du Domaine national de Chambord (26 et 27 mars 2019), s'inscrit dans le cadre du projet de recherche COSTAUD (Contribution des OnguléS au foncTionnement de l’écosystème et AUx services rendus à ChamborD, financé par la Région Centre-Val de Loire et porté par l'Irstea, 2016-2019).

Toutes les informations sur le colloque : https://living-forests.sciencesconf.org/

 

Le colloque "Habitats forestiers et forêts habitées" a abordé la forêt, part de l'imaginaire et des paysages, comme lieu d’interactions entre l’homme et la faune sauvage.

Il a été l'occasion de réfléchir à l’empreinte passée de nos activités, aux déterminants actuels et leurs enjeux, ainsi qu’aux perspectives d’évolution des forêts et des habitats qui les composent.

Pour y parvenir ont été privilégiées les approches pluridisciplinaires tenant compte de l’écologie de la faune sauvage et des forêts, de leurs représentations sociales et de la fréquentation touristique associée à ces patrimoines naturel et culturel.

 

Session "Facteurs environnementaux et humains à l’origine des populations animales actuelles"

"Le statut des parcs animaliers de la Pendjari et du W au regard de leur protection pénale" : Ignace Adigbli (Université d'Abomey Calavi, Bénin)

 

Résumé de l'intervention :

Les parcs animaliers de la Pendjari (dénommé Arly au Burkina) et du W se situent en Afrique de l'ouest, au nord du Bénin et occupent partiellement, les parties méridionales du Burkina Faso et du Niger. Ils constituent les rares aires protégées, dans l'espace ouest africain où puissent se rencontrer, encore, des troupeaux d'éléphants, malgré les actions anthropiques néfastes. Leur gestion est encore sous la juridiction de trois (03) Etats souverains à savoir le Bénin, le Burkina Faso et le Niger. Cette situation a pour conséquence directe l'existence de plusieurs ordres juridiques nationaux pour leur gestion mais aussi pour leur protection. Ce qui ne favorise guère l'efficacité de la mise en œuvre des politiques publiques notamment l'approche pénale de la répression des infractions fauniques et forestières. Or au même moment se pointe le risque de l'avancée du désert du Sahel et le réchauffement climatique. L'objectif majeur de cette étude est de rechercher les solutions pour une gestion uniforme de cet espace vital, à partir des textes pénaux en vue de la protection de cette biodiversité. Cette étude privilégie l'approche pénale, à partir des textes normatifs des Etats concernés, mixée d'une analyse fonctionnelle et corroborée de pragmatisme. Il s'agit en grande partie des codes forestiers, des lois relatives à la faune et à la flore puis de la jurisprudence des cours et tribunaux des Etats concernés. En définitive, l'étude plaide pour la création d'un organe supranational, à partir d'un traité tripartite entre le Bénin, le Burkina Faso et le Niger.

Thèmes
Notice
Lieu de réalisation
Château de Chambord
Langue :
Français
Crédits
Jean Philippe [MSH-Val de Loire] CORBELLINI (Réalisation)
Conditions d'utilisation
Tous droits réservés
Citer cette ressource:
CITERES UMR 7324. (2019, 26 mars). 08 - "Le statut des parcs animaliers de la Pendjari et du W au regard de leur protection pénale" : Ignace Adigbli (Université d'Abomey Calavi, Bénin). [Vidéo]. Canal-U. https://www.canal-u.tv/101967. (Consultée le 22 mai 2022)
Contacter

Dans la même collection

Sur le même thème