Entretien

Ekaterina Sokirianskaia

Réalisation : 31 mai 2016 Mise en ligne : 31 mai 2016
  • document 1 document 2 document 3
  • niveau 1 niveau 2 niveau 3
  • audio 1 audio 2 audio 3
Descriptif
Thèmes
Notice
Contacter
Documentation


Ekaterina Sokirianskaia, Ph.D., est analyste senior du Groupe de Crises Internationales de Moscou, et directeur de projet Russie/Nord de la Caucase. Elle est responsable des recherches de l’organisation ainsi que de sa plaidoirie au titre de l’ONG. Elle a effectué beaucoup de travail de terrain en Caucase. Elle est par ailleurs membre membre du projet européen Cascade, que coordonne la FMSH


Ekaterina Sokirianskaia, Ph.D, is International Crisis Group’s Senior analyst and Russia/North Caucasus Project Director, responsible for the organization’s research and advocacy efforts on the North Caucasus region and Russia. She has experience of intense fieldwork in the North Caucasus. She is member of european project Cascade, coordonate by FMSH

,

Le djihad russe exporté : l’insurrection du nord Caucase et la Syrie 

 

 

 

Pendant deux décennies, le conflit en Caucase a été l’un des plus meurtriers d’Europe, mais 2014 et 2015 ont été marquées par une remarquable baisse de violence. Pendant deux années consécutives, le nombre de décès a diminué de moitié par rapport à l’année précédente. Cela peut être expliqué en partie par les succès des services de sécurité, mais aussi et surtout par un exode de masse de radicaux vers la Syrie et l’Irak. Les officiels de sécurité russes reconnaissent que près de 5.000 citoyens russes ont rejoint l’Etat Islamique, mais aussi Jabhat al-Nusra, et des groupes indépendants. De plus, les chefs de l’organisation révolutionnaire du Caucase « Emirats du Caucase » ont pour la plupart déclaré leur allégeance à ISIS. En amont des Jeux Olympiques de Sotchi, les services russes ont volontairement ouvert leur frontière pour les radicaux souhaitant quitter la région, même si la Russie a aussi fait de la participation à des groupes armés étrangers un crime. Après les Jeux, les services de sécurité ont essayé de stopper cet exode, mais les citoyens russes ont continué à rejoindre la cause des groupes djihadistes, au grand dam de la Russie qui a vu ses conflits se transformer et s’intensifier. Cette étude vise à analyser les facteurs ayant influencé la transformation idéologique du conflit en Caucase et son « exportation » en Syrie et en Irak, la façon dont les luttes de pouvoir au sein d’ISIS ont affecté sa propagande dans la région, les réponses des services de sécurité étatiques russes, les principaux moteurs de recrutement de l’Etat Islamique en Caucase et le futur du djihadisme local. Elle va proposer des recommandations visant à faciliter la dé-radicalisation en Caucase. 

 

 

Russia’s exported Jihad: The North Caucasus insurgency and Syria

 

For two decades the North Caucasus conflict has been among Europe’s deadliest, but 2014 and 2015 saw a remarkable reduction of violence. For two years in a row, the numbers of casualties dropped to half of the tally in the preceding year. This can partly be explained by security-service successes, but mostly by a mass exodus of radicals to Syria and Iraq. Russian security officials acknowledge that up to 5,000 Russian citizens fight mostly for the Islamic State, but also for Jabhat al-Nusra, and in independent groups. Moreover, the commanders of the North Caucasus insurgency organization “Caucasus Emirate” have overwhelmingly sworn allegiance to ISIS. In the lead up to Sochi Olympics, Russian services allegedly opened the border for local radicals to leave the North Caucasus, even though Russia also criminalised participation in armed groups abroad. Since after the Olympics the security services have tried to prevent the outflow, but as its citizens continue to join the cause of the globalised jihadist groups, Moscow has found that it has only transformed and widened its war. This paper will analyse the factors that influenced the ideological transformation of the North Caucasus insurgency and its “exportation” to Syria and Iraq, the way power struggles in ISIS affected its propaganda in the region, the Russian state’s security responses, the main recruitment drivers to IS in the North Caucasus and the future of local jihadism. It will offer recommendations aimed at genuine de-radicalization in the North Caucasus.


Dans la même collection