Cours/Séminaire
Notice
Date de réalisation
Lieu de réalisation

MRSH Caen

Langue :
Français
Citer cette ressource :
La forge numérique. (2013, 7 juin). Apprendre à lire la sexuation dans et par l'école : le travail des enseignantes féministes. [Podcast]. Canal-U. https://www.canal-u.tv/131481. (Consultée le 13 juillet 2024)

Apprendre à lire la sexuation dans et par l'école : le travail des enseignantes féministes

Réalisation : 7 juin 2013 - Mise en ligne : 4 juillet 2022
  • document 1 document 2 document 3
  • niveau 1 niveau 2 niveau 3
Descriptif

Cet enregistrement a été réalisé dans le cadre d'une séance du séminaire du pôle Formation Education Travail Emploi de la MRSH intitulé L'école à l'épreuve du genre.

Sophie DEVINEAU est maîtresse de conférences en sociologie (HDR en sociologie de l'éducation) à l'Université de Rouen et chercheure au DySoLa (Laboratoire d'analyse des dynamiques sociales et langagières). Elle s'intéresse particulièrement à la sociologie de l'école et aux relations entre genre et éducation.

Résumé de la communication

La présente communication se fonde sur une synthèse de plusieurs travaux, avec au premier chef l'étude des enseignantes militantes à des degrés divers de l'égalité entre les sexes

On sait que ce n'est que très récemment qu'une lecture des faits sociaux en termes de rapports sexués s'est imposée dans la recherche (J. Laufer, C. Marry, M. Maruani, 2003). Et dans l'école, ce sont les enseignantes militantes qui vont se charger de l'éducation de leurs pair-e-s à la théorie du Genre. L'essentiel ici sera de restituer la méthode pédagogique que ces femmes développent, comme modèle d'action. Au préalable, le contexte de leur action sera brièvement éclairé par la réception moyenne de l'égalité des sexes par les enseignant-e-s. Ainsi, plusieurs types d'obstacles pourront être identifiés dans les représentations, les contenus d'activités, la hiérarchie professionnelle et l'organisation syndicale.

Il s'agit spécifiquement de rendre compte de l'action féministe des enseignantes militantes parce qu'elle permet d'interroger la profession enseignante autrement que du seul point de vue de l'inertie des stéréotypes sexués, en mettant l'accent sur la part qu'elle a toujours prise dans le mouvement d'émancipation des femmes sur la longue durée.

Penser le genre à l'école se fera donc ici en suivant ses grandes actrices qui sont ces « actrices-agies et agissantes » du monde social. La maîtrise de la parole est un enjeu fort des rapports sociaux de sexe, ce qui explique la place particulière de ce groupe professionnel dans le mouvement d'émancipation des femmes sur la longue durée.

Parmi les modalités de l'action des militantes d'aujourd'hui, apprendre à lire les situations pédagogiques sexistes est l'objectif qu'elles poursuivent in situ. Il s'agit pour ces actrices d'éduquer le regard des pair-e-s.

Cette étude s'appuie sur quelques résultats saillants de plusieurs enquêtes menées d'une part sur de gros échantillons d'enseignants, et d'autre part sur des entretiens et des observations directes. Egalement, l'étude des archives des publications syndicales ayant une large diffusion dans les établissements scolaires a permis de vérifier la montée de la préoccupation de l'égalité entre les sexes dans la période récente, avec en complément pour la longue durée deux études menées dans des archives historiques, la base de données historiques du Maitron et la documentation personnelle (lettres, cahiers et notes de cours d'une professeure engagée pendant la seconde guerre mondiale).

Sur le même thème