Cours/Séminaire
Notice
Date de réalisation
Lieu de réalisation

MRSH Caen

Langue :
Français
Citer cette ressource :
La forge numérique. (2022, 8 juillet). État sanitaire = État policier ? L’épidémie, accélérateur des transformations policières (France, XVIIIe siècle). [Podcast]. Canal-U. https://www.canal-u.tv/131641. (Consultée le 2 mars 2024)

État sanitaire = État policier ? L’épidémie, accélérateur des transformations policières (France, XVIIIe siècle)

Réalisation : 8 juillet 2022 - Mise en ligne : 8 juillet 2022
  • document 1 document 2 document 3
  • niveau 1 niveau 2 niveau 3
Descriptif

Cette communication a été enregistrée dans le cadre du séminaire "Villes et sciences sociales" qui se consacre en 2020-2021 aux épidémies.

Vincent Milliot a été Maître de Conférences à l’Université d’Orléans (1992-2000), à l’École Normale Supérieure Lettres-Sciences Humaines (2000-2004), professeur d’Histoire moderne à l’Université de Caen-Normandie (2004-2017), chercheur au CRHQ UMR 6583 et co-responsable du programme "Villes et sciences sociales" à la Maison de la recherche en Sciences Humaines de Caen (2006-2017). Vincent Milliot est aujourd'hui professeur d'Histoire moderne à l'Université Paris 8.

Résumé de la communication

Le terme de « police » est sous l’Ancien Régime synonyme d’administration, notamment urbaine et les pouvoirs de police sont répartis entre plusieurs institutions au premier desquelles on trouve les villes. Jusqu’à la fin du XVIIIe siècle, face à l’épidémie dont la peste fournit l’exemple le plus emblématique et le plus inquiétant par sa puissance dévastatrice, l’impuissance médicale est totale. Depuis le XVIe, la lutte contre la peste, les mesures de prévention, reposent d’abord sur des dispositifs administratifs urbains.  Il s’agit dans cette intervention de s’interroger sur ce que font l’épidémie et la « mémoire » laissée par l’épidémie, aux institutions dotées de pouvoirs de police dans la France du XVIIIe ? Quelles sont leurs incidences sur l’organisation, les pratiques, les acteurs de ces pouvoirs et les formes de contrôle qu’ils exercent sur la population et sur le territoire ? La Peste de Marseille de 1720-1722, dernière grande peste qui touche le royaume et qui reste cantonnée à son quart sud-est, modifie, au moins pour un temps le fonctionnement de la police dans la ville, en associant dispositifs inédits et mobilisation intense de formes de régulations traditionnelles. Mais jusqu’à quel point la peste de 1720 contribue-t-elle à impulser plus largement, une dynamique transformatrice durable des pratiques policières et des « systèmes policiers » urbains au cours d’un Siècle des Lumières, marqué par les aspirations et les projets réformateurs.

Sur le même thème