Casse-Noisette. Du conte au ballet, ou comment transposer le merveilleux

évènement
Réalisation : 14 décembre 2017
Mise en ligne : 15 décembre 2017
  • niveau 1 niveau 2 niveau 3
  • document 1 document 2 document 3
vignette JE Casse-noisette Toulouse 2017

Descriptif

Dès la fin du XVIIIe siècle, le ballet a partie liée avec le conte. Casse-Noisette, Le Lac des cygnes, La Belle au bois dormant, Giselle, Coppélia, Cendrillon… Cette liste ne constitue pas une histoire exhaustive du ballet, mais le coeur d’un répertoire qui souligne un rapport entre deux expressions : le littéraire et le chorégraphique. La seule aventure littéraire du conte est déjà en soi d’une grande complexité. Elle reconsidère les formes brèves et pose la question des réécritures successives. Le conte est un vecteur culturel, identitaire, sociétal et générationnel. Peut-on ainsi se contenter de dire que La Belle au bois dormant de Tchaïkovski est la version dansée et musicalisée d’un conte populaire, alors que ce dernier est pour le moins passé entre les mains de Perrault et des frères Grimm, ce qui fait de lui un conte pour enfants réinterprété par des adultes, un artefact populaire urbanisé par la bourgeoisie, le tout dans un méli-mélo de récit oral, transcription écrite, nouvelle littéraire, intrigue dramatique, narration chorégraphiée et poétisation musicale ? Sans oublier une marque française pour les entrechats et un élan russe pour les doubles croches.
Dans un contexte aussi foisonnant, on peut se demander ce qui a touché chacun des créateurs de la longue généalogie de Casse-Noisette, des premiers écrivains, Hoffmann et Dumas père, au musicien Tchaïkovski, en passant par Vsevolojski, le directeur des Théâtre Impériaux et les deux chorégraphes Petipa et Ivanov. Est-ce la puissance de l’intrigue, sa force d’enchantement, son potentiel spectaculaire et merveilleux, la préférence donnée à l’idéal de l’expression dansée, mieux approprié au conte que le théâtre ou l’opéra ?
La 19e journée d’étude organisée par l’Institut IRPALL en partenariat avec le Théâtre du Capitole interroge la potentialité dramatique du conte, son attractivité pour les autres arts de la scène, principalement le ballet, mais aussi l’opéra. L’exploitation du conte comme matériau d’inspiration pour ces arts est-elle un effet de mode ou une réelle opportunité pour contribuer à leur épanouissement ? Depuis le XVIIIe siècle jusqu’à aujourd’hui, le conte offre-t-il toujours les mêmes opportunités aux créateurs, comme par exemple celle de l’émerveillement spectaculaire, une qualité qui pourrait bien s’avérer fort réductrice au bout du compte ?

Vidéos

Intervenants et intervenantes