Conférence

Le proscrit populaire en Italie (XVIIIe-XIXe siècles) / Jean-Luc Nardone

Réalisation : 28 février 2017 Mise en ligne : 28 février 2017
  • document 1 document 2 document 3
  • niveau 1 niveau 2 niveau 3
  • audio 1 audio 2 audio 3
Descriptif

Le proscrit populaire en Italie (XVIIIe-XIXe siècles) / Jean-Luc Nardone, in "La figure du proscrit dans les arts en Europe dans la première moitié du XIXe siècle" [Autour de l'opéra Ernani], journée d'étude organisée par l'Institut de Recherche Pluridisciplinaire en Arts, Lettres et Langues (IRPALL) de l'Université Toulouse Jean Jaurès dans le cadre d'un partenariat avec le Théâtre du Capitole, sous la responsabilité scientifique et la coordinationde Michel Lehmann et Christine Calvet. Université Toulouse Jean Jaurès, Théâtre du Capitole, 28 février 2017.
* Images et prise de son : Service audiovisuel de la Mairie de Toulouse.

Dès les premières heures du Romantisme, surgit un personnage d’un genre fort apprécié et taillé pour la force lyrique de l’opéra romantique : le proscrit. Un héros d’un nouveau type, un condamné, un banni, un être renié par la société, un hors-la-loi qui tient déjà sa revanche : être tout le contraire d’un hors-la-vie. Son bannissement révèle l’existence d’un monde à la périphérie de la civilisation, qui n’attend que son action de bandit pour renverser l’ordre de l’univers. Le méchant devient le gentil. Il est notre « lion, superbe et généreux ». Il est fureur. Il fait fureur. Mis au ban pour un crime parfois non avéré, il exprime colère et ressentiment à l’égard d’une société qui le dégoûte par sa médiocrité et qui le fascine tout autant, ne serait-ce qu’à travers la bien-aimée qu’il adore et qui demeure de l’autre côté de la barrière, prisonnière. Il est une force qui va. Sa violence est mortifère, elle est aussi passionnelle. Il aime à la démesure le cœur de celle qui voudrait le sauver et la main de celui qui cherche à le tuer.
Les chercheurs réunis dans le cadre de la 17e journée d’étude organisée par l’Institut IRPALL en collaboration avec le Théâtre du Capitole présentent plusieurs figures de proscrits, tantôt réelles tantôt fantasmées, issues de pays différents, dont certaines ont connu les feux de la rampe d’une scène d’opéra ou de théâtre [texte de présentation de Michel Lehmann].

Mots-clés : critique et histoire de la littérature italienne, opéras (19e siècle), opéras italiens, opéra (France), exilés (dans la littérature), bandits et brigands (dans l'opéra), Dante Alighieri (1265-1321), Daniel-François-Esprit Auber (1782-1871)

Intervenants
Thèmes
Notice
Langue :
Français
Crédits
Nathalie MICHAUD (Réalisation), Université Toulouse-Jean Jaurès-campus Mirail (Production), SCPAM / Université Toulouse-Jean Jaurès-campus Mirail (Publication)
Conditions d'utilisation
Tous droits réservés à l'Université Jean-Jaurès - campus Mirail et aux auteurs.
Citer cette ressource:
UT2J. (2017, 28 février). Le proscrit populaire en Italie (XVIIIe-XIXe siècles) / Jean-Luc Nardone. [Vidéo]. Canal-U. https://www.canal-u.tv/104839. (Consultée le 30 juin 2022)
Contacter
Documentation

FOURNIER-FINOCCHIARO, Laura (2017). Les exilés politiques italiens, vecteurs et médiateurs de la langue et de la littérature italienne en France au XIXe siècle, in Laura Fournier-Finocchiaro, Cristina Climaco (dirs), Les exilés politiques espagnols, italiens et portugais en France au XIXe siècle : questions et perspectives, Paris, Éditions L'Harmattan, 121-144.

MILANI, Giuliano (2015). Esili difficili. I bandi politici dell’età di Dante, in Johannes Bartuschat (dir.), Dante e l’esilio, Ravenna, Longo editore, coll. Letture Classensi, 31-46.

FERRARA, Sabrina (2013). D’un bannissement subi à un exil revendiqué, Arzanà, 16-17, 199-213. [En ligne : https://journals.openedition.org/arzana/217].

NARDONE,  Jean-Luc, MALHERBE-GALY, Jacqueline (eds) (2012). Les Vêpres siciliennes. Le complot de Jean de Procida. Toulouse, Éditons Anacharsis, 87 p.

La Muette de Portici. Auber (2011), Avant Scène Opéra, 265, 114 p.

MILANI, Giuliano (2003). L’esclusione dal comune. Conflitti e bandi politici a Bologna e in altre città italiane tra XIIe-XIVe secolo. Roma, Istituto Storico Italiano per il MedioEvo (ISIME), 515 p.

SHAW, Christine (2002). Ce que révèle l’exil politique sur les relations entre les États italiens, in La République en exil (XVe-XVIe siècles)", Laboratoire italien, 3, 13-32. [En ligne : https://journals.openedition.org/laboratoireitalien/361].

ULYSSE, Georges (dir.) (1991). L’Exil et l’exclusion dans la culture italienne. Actes du colloque franco-italien, Aix-en-Provence, 19-20-21 octobre 1989. Aix-en-Provence, Publications de l’Université de Provence, 270 p.

HEERS, Jacques, BEC, Christian (dirs) (1990). Exil et civilisation en Italie : XIIe-XVIe siècles. Nancy, Presses universitaires de Nancy, 141 p.

HINARD, François (1985). Les proscriptions de la Rome républicaine. Rome, École Française de Rome, 624 p.

HUGO, Victor (1830). Hernani ou L'Honneur castillan [extrait : scène II]. Paris, Mame et Delaunay-Vallée Libraires, 154 p. [En ligne : https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b8617137c/f17.item ou http://www.theatre-classique.fr/pages/pdf/HUGO_HERNANI.pdf].

Dans la même collection

Avec les mêmes intervenants

Sur le même thème