Canal-U

Mon compte
Canal AAR

Cancer et grande pauvreté - Ethnologie de la "Maison de Nanterre"


Copier le code pour partager la vidéo :
<div style="position:relative;padding-bottom:56.25%;padding-top:10px;height:0;overflow:hidden;"><iframe src="https://www.canal-u.tv/video/canal_aar/embed.1/cancer_et_grande_pauvrete_ethnologie_de_la_maison_de_nanterre.10184?width=100%&amp;height=100%" style="position:absolute;top:0;left:0;width:100%;height: 100%;" width="550" height="306" frameborder="0" allowfullscreen scrolling="no"></iframe></div> Si vous souhaitez partager une séquence, indiquez le début de celle-ci , et copiez le code : h m s
Producteur Canal-U :
Canal AAR
Contacter le contributeur
J’aime
Imprimer
partager facebook twitter Google +

Cancer et grande pauvreté - Ethnologie de la "Maison de Nanterre"

L'objectif de cette thèse (préparée sous la direction du professeur Richard POTTIER) est d'analyser les raisons de la non-compliance des patients SDF qui fréquentent le Centre d'Accueil et de Soins Hospitaliers (CASH) de Nanterre, et plus particulièrement de ceux qui sont cancéreux.

La question de départ est la suivante : pourquoi, très paradoxalement, alors même qu'ils considèrent la plupart d'entre eux comme des anormaux, les soignants persistent-ils à appliquer à leur patients SDF des modalités de prise en charge qui ont été conçues pour les patients ordinaires ?

Il ressort des données recueillies que le regard que les soignants portent sur les SDF est déformé par une sorte d'ethnocentrisme de classe, que nous partageons tous, et qui les conduit à interpréter les comportements de leurs patients à travers des stéréotypes dévalorisants. L'observation de la vie que mènent les SDF tant dans la rue qu'au CASH montre qu'en réalité, leurs comportements sont déterminés par des facteurs liés soit à leurs conditions objectives d'existence, soit au caractère coercitif de l'organisation du CASH. Toutefois, même lorsqu'ils en sont conscients, les soignants se trouvent placés dans une position très inconfortable, car il n'est pas en leur pouvoir d'agir sur ces facteurs. II est plus facile, pour eux, de se tenir au respect des règlements et de se refugier derrière des procédures standards de prise en charge, ce qui entraîne la relation thérapeutique dans un cercle vicieux : plus les SDF sont non-compliants, plus les soignant les jugent anormaux, et moins ils sont disposés à tenir compte de ce qui fait leur spécificité, ce qui aggrave encore davantage la non-compliance de ces derniers.

Pour sortir d'une telle impasse, des mesures visant à améliorer le fonctionnement du CASH seraient utiles, mais non suffisantes. La clé du problème serait qu'un véritable dialogue puisse être instauré entre soignants et patients SDF.

Responsable(s) du colloque : Richard POTTIER - Professeur d’Ethnologie à l’Université Paris V, Faculté des Sciences Humaines et Sociales, Sorbonne, Paris, France

Yann  BENOIST , Faculté de Sciences humaines et sociales-Sorbonne, Université Paris Descartes, Paris V, France ; Francis  AFFERGAN , Professeur d'ethnologie, Université Paris Descartes, Paris V, France ; Richard  POTTIER , Professeur d’ethnologie à l’Université Paris V, Faculté des Sciences Humaines et Sociales, Sorbonne, Paris, France ; Philippe  AMIEL , Institut de cancérologie Gustave-Roussy, Villejuif, Val-de-Marne, France ; Didier  SICARD , Professeur de médecine, Université Paris Descartes, Paris V, France ; Alain  BERTHO , Professeur d'anthropologie, directeur de l'école doctorale Sciences sociales, Université Paris 8 Vincennes-Saint-Denis, France

 

commentaires


Ajouter un commentaire Lire les commentaires
*Les champs suivis d’un astérisque sont obligatoires.
Aucun commentaire sur cette vidéo pour le moment (les commentaires font l’objet d’une modération)
 
FMSH
 
Facebook Twitter Google+
Mon Compte