Canal-U

Mon compte
SCRIME

Repères et culture en scénario d’écoute : Voilements de Jean-Claude Risset


Copier le code pour partager la vidéo :
<div style="position:relative;padding-bottom:56.25%;padding-top:10px;height:0;overflow:hidden;"><iframe src="https://www.canal-u.tv/video/scrime/embed.1/reperes_et_culture_en_scenario_d_e_coute_voilements_de_jean_claude_risset.25013?width=100%&amp;height=100%" style="position:absolute;top:0;left:0;width:100%;height: 100%;" width="550" height="306" frameborder="0" allowfullscreen scrolling="no"></iframe></div> Si vous souhaitez partager une séquence, indiquez le début de celle-ci , et copiez le code : h m s
Producteur Canal-U :
SCRIME
Contacter le contributeur
J’aime
Imprimer
partager facebook twitter Google +

Repères et culture en scénario d’écoute : Voilements de Jean-Claude Risset

A propos de sa pièce Voilements, pour saxophone ténor et sons fixés sur support, Jean-Claude Risset évoque, comme dans plusieurs de ses autres œuvres mixtes, un « scénario quasi scénique » dans lequel la confrontation de l’instrument soliste et de l’électronique produit une « théâtralité musicale » constituant par là-même des « points de repère » facilitant peut-être « l’accès de l’auditeur ». Ces notions ne sont pas sans nous rappeler les principes fondateurs de la tonalité à partir du XVIIe siècle, permettant justement une certaine prévisibilité (déjouée ou non) de la part de l’auditeur, instaurant une culture commune de l’écoute, et donnant justement accès bien souvent à un scénario imaginaire allant de pair avec la constitution des grandes formes classiques. Même si la plupart des œuvres du XXe siècle ne semblent plus concernées par ce mode d’écriture, il n’en demeure pas moins que l’auditeur occidental reste imprégné malgré tout de cette culture tonale lui permettant – voire lui imposant (consciemment ou inconsciemment) – l’élaboration de son propre scénario imaginaire. Cette position sera conforme à l’un des principes de notre vision de l’analyse musicale : la tonalité n’a pas de sens en soi, seul devrait être pris en considération le sentiment de la tonalité. Nous développerons cette problématique, a priori paradoxale, dans l’approche de cette pièce de Jean-Claude Risset.




De nationalité franco-italienne, Pascal Pistone est né en 1970. En 1991, il fonde l’Orchestre de Chambre Arte Viva, spécialisé dans le répertoire contemporain (près de 40 créations) à la tête duquel il se produit durant une dizaine d’années en France et à l’étranger. Pianiste, il enregistre également plusieurs disques d’improvisation et donne de nombreux récitals d’accompagnement de films muets. Il est également le réalisateur de deux longs-métrages. Docteur en Musicologie, professeur agrégé, auteur de divers écrits sur les œuvres du XXe siècle, il est actuellement maître de Conférences à l’Université de Bordeaux-Montaigne, dont il dirige la filière Musique depuis 2006. Il enseigne également l’analyse et l’improvisation au PESMD de Bordeaux- Aquitaine. Ses compositions pour piano, pour orchestre, ses spectacles de théâtre musical, ses opéras, ainsi que ses chansons ou sa comédie musicale, reflètent son grand intérêt pour les correspondances entre la musique et les autres arts.


  •  
  •  
    Date de réalisation : 26 Septembre 2014
    Durée du programme : 40 min
    Classification Dewey : Musique
  •  
    Catégorie : Conférences
    Niveau : Tous publics / hors niveau
    Disciplines : Arts, Musique
    Collections : Colloque John Chowning et Jean-Claude Risset : pionniers de la computer music - Septembre 2014
    ficheLom : Voir la fiche LOM
  •  
  •  
    Langue : Français
    Mots-clés : musicologie, Jean-Claude Risset
 

commentaires


Ajouter un commentaire Lire les commentaires
*Les champs suivis d’un astérisque sont obligatoires.
Aucun commentaire sur cette vidéo pour le moment (les commentaires font l’objet d’une modération)
 

Dans la même collection

FMSH
 
Facebook Twitter Google+
Mon Compte