Canal-U

Mon compte
Université Toulouse-Jean Jaurès (Toulouse II-le Mirail)

"España" (1883) d'Emmanuel Chabrier : déconstruction d'une icône musicale / Michel Lehmann


Copier le code pour partager la vidéo :
<div style="position:relative;padding-bottom:56.25%;padding-top:10px;height:0;overflow:hidden;"><iframe src="https://www.canal-u.tv/video/universite_toulouse_ii_le_mirail/embed.1/espana_1883_d_emmanuel_chabrier_deconstruction_d_une_icone_musicale_michel_lehmann.51655?width=100%&amp;height=100%" style="position:absolute;top:0;left:0;width:100%;height: 100%;" width="550" height="306" frameborder="0" allowfullscreen scrolling="no"></iframe></div> Si vous souhaitez partager une séquence, indiquez le début de celle-ci , et copiez le code : h m s
Contacter le contributeur
J’aime
Imprimer
partager facebook twitter Google +

"España" (1883) d'Emmanuel Chabrier : déconstruction d'une icône musicale / Michel Lehmann

"España" (1883) d'Emmanuel Chabrier : déconstruction d'une icône musicale / Michel Lehmann, in "Carmen. Construction(s) de la culture espagnole dans la France du XIXe siècle", journée d'étude organisée par l'Institut de Recherche Pluridisciplinaire en Arts, Lettres et Langues (IRPALL) de l'Université Toulouse Jean Jaurès dans le cadre d'un partenariat avec le Théâtre du Capitole, sous la responsabilité et la coordination de Michel Lehmann et Christine Calvet. Université Toulouse Jean Jaurès, Théâtre du Capitole, 22 mars 2018.

Monument de l’art lyrique, opus maximum, icône d’Espagne, la Carmen de Bizet est bien de son temps, mais en est-elle le témoin juste ? ou du moins écoutons-nous la cigarière de Séville chanter les enfants de Bohême comme elle l’entendait ? En plein Romantisme, l’Espagne alimente un imaginaire qui fascine les artistes français notamment. Les musiciens se laissent séduire par des airs et des danses populaires comme la jota, le fandango et la toute récente habanera, venue vers 1830 de la lointaine île de Cuba. A l’instar de Liszt, ils passaient outre les rigueurs méthodologiques de l’ethnologie pour s’épanouir dans l’espace de la fantaisie qu’ils dynamisaient à l’aide de l’énergique rhapsodie, une manière de concilier réalité, rêve et tempérament.
Pour un pays pourtant si proche en distance de la France, l’Espagne des artistes relève de l’exotisme au même titre que l’Orient, moins comme un territoire géographique qu’un univers culturel, avec tout ce que cela comporte de défiguration, de détournement et d’appropriation. Une trahison grotesque d’un point de vue encyclopédique, une sublime offrande du point de vue de l’expérience sensible et humaine. Qu’on pardonne cette caricature de Baudelaire : l’exotisme invite à voyager, sans forcément quitter sa chambre. Les pays inconnus viennent à nous, présentant des images-mirages de leur univers et des reflets-miroirs de nos propres visions, pour le plaisir de notre émerveillement. Mais qu’on soit musicien, écrivain ou peintre, Chabrier, Mérimée ou Delacroix, qu’on ait entrepris un voyage d’étude ou de vacances, on revient d’Espagne avec une impérieuse créativité qui ne se contente pas de la carte postale.
Le 19e siècle étant traversé par des mouvements identitaires qui, d’une prise de conscience culturelle vers une action politique, reconfigurent les sociétés européennes, les constructions de ces imaginaires artistiques soutiennent des causes plus larges. Il ne sert à rien d’ironiser que ce soit un français qui ait écrit la musique considérée comme la plus espagnole d’entre toutes. Après tout, cette habanera de Carmen est d’origine cubaine, elle aurait pu s’envoler vers l’Argentine pour finir en tango, mais elle aura préféré passer par la Catalogne pour échouer entre les mains de Bizet, insérée dans un recueil d’airs populaires espagnols assemblés par un certain Iradier, patronyme orthographié en Yradier sur les conseils de son éditeur parisien, parce que ces origines basques flattaient mieux ainsi l’imaginaire de son lectorat.
Les chercheurs réunis à cette occasion par l’Institut IRPALL en partenariat avec le Théâtre du Capitole auront à cœur de démêler l’écheveau de ces constructions imaginaires, échafaudées à partir de ramifications étendues mais saisies au bout du compte en une représentation forte et impérieuse de l’Espagne d’un point de vue français.

  •  
  •  
    Date de réalisation : 22 Mars 2018
    Durée du programme : 50 min
    Classification Dewey : Musique vocale, Histoire de la musique (1450 à nos jours), Rythme musical
  •  
    Catégorie : Conférences
    Niveau : Tous publics / hors niveau, niveau Licence (LMD), niveau Master (LMD)
    Disciplines : Musique
    Collections : Collection Recherche & Opéra
    ficheLom : Voir la fiche LOM
  •  
    Auteur(s) : LEHMANN Michel
    producteur : Université Toulouse-Jean Jaurès-campus Mirail
    Réalisateur(s) : MICHAUD Nathalie
    Editeur : SCPAM / Université Toulouse-Jean Jaurès-campus Mirail
  •  
    Langue : Français
    Mots-clés : Carmen (opéra-1875), Emmanuel Chabrier (1841-1894), opéra (thèmes et motifs), influence espagnole (dans l'opéra), Georges Bizet (1838-1875)
    Conditions d’utilisation / Copyright : Tous droits réservés à l'Université Jean-Jaurès - campus Mirail et aux auteurs.
 

commentaires


Ajouter un commentaire Lire les commentaires
*Les champs suivis d’un astérisque sont obligatoires.
Aucun commentaire sur cette vidéo pour le moment (les commentaires font l’objet d’une modération)
 

Dans la même collection

 La danse et "l'âme antique" au début du XXe siècle / Marie-Hélène Garelli
 Les partitions musicales des spectacles "antiques" dansés par Nijinski (1) : une improbable archéologie / Michel Lehmann
 Chorégraphier avec et selon Nijinski, entre Antiquité et (hyper)-modernité. Perspectives théâtrales et dramaturgiques d’après "Le Spectre de la rose", "Petrouchka" et "L’Après-midi d’un faune" / Flore Garcin-Marrou
 Promenades à travers les opéras inspirés de l’antiquité au début du 20e siècle en Europe / Walter Zidaric
 Les partitions musicales des spectacles "antiques" dansés par Nijinski (2) : une ambivalence entre antique et exotique / Michel Lehmann
 Le Symbolisme entre Décadence et Surréalisme / François-Charles Gaudard
 "Dramaturgie négative" et modèle musical dans le théâtre de Maurice Maeterlinck / Pierre Longuenesse
 Opéras symbolistes et ramifications wagnériennes : enquête de styles chez Debussy, Dukas et Korngold / Michel Lehmann
 Le symbolisme sur les scènes allemandes : le cas de Max Reinhardt / Catherine Mazellier-Lajarrige
 Vsevolod Meyerhold, le modèle musical et la scène symboliste / Muriel Plana
 Introduction au mythe de "Carmen" / Christine Calvet, Mathilde Liffraud
 "Carmen" en chansons : entre drame et couleur locale / Michel Lehmann
 Regards français sur l'Espagne du XIXe siècle : enjeux politiques, intérêts économiques, curiosités culturelles / Philippe Foro
 Regards français sur la peinture espagnole à l'époque de Georges Bizet / Jean Nayrolles
FMSH
 
Facebook Twitter Google+
Mon Compte