Canal-U

Mon compte
Université Toulouse-Jean Jaurès (Toulouse II-le Mirail)

La France de 2012 a-t-elle encore une identité géographique ? / Armand Frémont


Copier le code pour partager la vidéo :
<div style="position:relative;padding-bottom:56.25%;padding-top:10px;height:0;overflow:hidden;"><iframe src="https://www.canal-u.tv/video/universite_toulouse_ii_le_mirail/embed.1/la_france_de_2012_a_t_elle_encore_une_identite_geographique_armand_fremont.7941?width=100%&amp;height=100%" style="position:absolute;top:0;left:0;width:100%;height: 100%;" width="550" height="306" frameborder="0" allowfullscreen scrolling="no"></iframe></div> Si vous souhaitez partager une séquence, indiquez le début de celle-ci , et copiez le code : h m s
Contacter le contributeur
J’aime
Imprimer
partager facebook twitter Google +

Les chapitres


La France de 2012 a-t-elle encore une identité géographique ? / Armand Frémont

La France de 2012 a-t-elle encore une identité géographique ? / Armand Frémont. Conférence-débat organisée dans le cadre des Mercredis de la connaissance et les Cafés géographiques à Toulouse, présentée par Bernard Charlery de la Masselière et animée par Robert Marconis, Université Toulouse- II-Le Mirail, 27 avril 2012.

L’identité de la France est un objet obscur. Le territoire national avait trouvé son aboutissement à la frontière physique. Aujourd’hui la solidarité, la socialité et l’être ensemble ne se définissent plus uniquement par référence à une étendue spatiale continue sur laquelle s’exerce la souveraineté de l’État-national. Les frontières qui se dessinent à travers les réseaux sociaux ou la conscience partagée d’enjeux devenus planétaires sont à géométrie variable.
De façon assez paradoxale, Paul Vidal de la Blache, le fondateur de l’École française de Géographie, voyait dans la carte de la répartition, sur le territoire français, des masses minérales qui constituaient la diversité des identités régionales, « une grande figure d’harmonie, une individualité maîtresse, mais dans laquelle s’inscrivent des individualités secondaires, des régions étendues de physionomies diverses […] une heureuse combinaison qui a facilité chez nous la fusion des races, qui a présidé à l’unité de notre histoire ». Le ou les territoires de cette « heureuse combinaison » sont aujourd’hui à réinventer.
Certes, l’identité géographique de la France est solidement fixée au moins depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale, en fait depuis la Troisième République : le territoire de l’hexagone national est reconstitué (cas de l’Alsace et de la Lorraine réglé), la centralisation en tous domaines intégrée, la parcellisation communale intangible, les paysages constitutifs d’une image géographique unifiée assimilés, par l’école notamment.
Ces figures expriment une certaine permanence des champs de référence du débat sur la république nationale. De façon très incertaine, la République s’est imaginée et imposée, dans un esprit à la fois moderniste et nationaliste, à partir en particulier de trois lobbies : agricole, colonial et laïc. L’identité nationale a été travaillée en profondeur par ce qui, dans la violence souvent, a pris le statut de mythes, au sens anthropologique du terme. Il n’est donc pas étonnant de les retrouver -tels quels ou leurs avatars- réactivés dans le débat actuel sur l’identité de la France, au moment où la nation doutant à nouveau d’elle-même a du mal à se projeter dans une vision cohérente de son devenir.
On peut s’interroger sur la pérennité des formes de cette identité : l’Europe, la mondialisation, la mobilité de la population, internet…mais aussi les mouvements régionaux, la régionalisation, l’outre-mer, l’émigration et le passé colonial, l’école elle-même, modifient la donne initiale. Vers une autre France, plus ouverte sur le monde, ou bien vers un repli identitaire ? Le grand débat en cours comprend incontestablement une forte composante géographique.

 

commentaires


Ajouter un commentaire Lire les commentaires
*Les champs suivis d’un astérisque sont obligatoires.
Aucun commentaire sur cette vidéo pour le moment (les commentaires font l’objet d’une modération)
 

Dans la même collection

 Épistémologie féministe : le mirage de la connaissance objective / María Luisa Femenías
 Visualisation, analyse et évaluation automatique de la prosodie de la parole / Daniel Hirst
 Traduire les images du Goulag : problème de fidélité et d'opacité / Liuba Jurgenson
 Les métamorphoses de la fiction / Jacques Rancière
 Escribir en comunidad en tiempos de violencia / Cristina Rivera Garza
 Les sociétés littorales face au défi du changement climatique / Virginie Duvat
 Les excès du genre : concept, image, nudité / Geneviève Fraisse
 Sur les traces de "Little Foot" / Laurent Bruxelles
 Jacques Lordat (1773-1870) ou la naissance de la neuropsycholinguistique cognitive. Du vitalisme au cognitivisme ? / Jean-Luc Nespoulous
 Réussir son apprentissage en FOAD : poids de l’intuition / Jean Frayssinhes
 Propriété intellectuelle et plagiat / Stanley Claisse
 Singapour : tête de pont chinoise ? État des lieux des relations diplomatiques et culturelles / Louis Borer
 De la peur à l'espérance / Jean Delumeau
 Apprendre pour transmettre. L'éducation contre l'idéologie managériale / François Rastier
 Épistémologie ou diététique de la recherche interdisciplinaire ? / Yves Michaud
 Histoire des traductions, histoire culturelle / Yves Chevrel
 Nouveaux modes de gouvernance des universités. Quand la fusion s'impose : la (re)naissance de l'université de Strasbourg / Christine Musselin
 Interroger la politique, interroger le commun / Jean-Luc Nancy
 Renouer avec la chaîne vertueuse de l'alimentation / Carlo Petrini
 La géographie des conflits / Yves Lacoste
 Pouvons-nous construire des universités ? / François Dubet
 Le monde et la diversité des langues / Claude Hagège
 La théorie des opérations énonciatives / Antoine Culioli
 Les formations de l'inconscient : le séminaire V de Lacan / Jacques Alain Miller
 Le rôle historique des institutions dans le progrès des sciences / Jacques Blamont
 La néolithisation de l'Europe : questions ouvertes / Jean Guilaine
 La sociologie peut-elle prévoir ? / Edgar Morin
 La laïcité dans l'Union européenne (1) / Jean Baubérot
 Construction, crise et renouveau de la morale laïque en France face à l'Europe (2) / Jean Baubérot
 Le jugement esthétique / Gérard Genette
FMSH
 
Facebook Twitter Google+
Mon Compte