Canal-U

Mon compte
Université Toulouse-Jean Jaurès (Toulouse II-le Mirail)

Le pouvoir des fleurs (abortives) : pharmacopée caribéenne et refus d'enfanter chez Maryse Condé et Jamaica Kincaid / Natacha D'Orlando


Copier le code pour partager la vidéo :
<div style="position:relative;padding-bottom:56.25%;padding-top:10px;height:0;overflow:hidden;"><iframe src="https://www.canal-u.tv/video/universite_toulouse_ii_le_mirail/embed.1/le_pouvoir_des_fleurs_abortives_pharmacopee_caribeenne_et_refus_d_enfanter_chez_maryse_conde_et_jamaica_kincaid_natacha_d_orlando.44059?width=100%&amp;height=100%" style="position:absolute;top:0;left:0;width:100%;height: 100%;" width="550" height="306" frameborder="0" allowfullscreen scrolling="no"></iframe></div> Si vous souhaitez partager une séquence, indiquez le début de celle-ci , et copiez le code : h m s
Contacter le contributeur
J’aime
Imprimer
partager facebook twitter Google +

Le pouvoir des fleurs (abortives) : pharmacopée caribéenne et refus d'enfanter chez Maryse Condé et Jamaica Kincaid / Natacha D'Orlando

Le pouvoir des fleurs (abortives) : pharmacopée caribéenne et refus d'enfanter chez Maryse Condé et Jamaica Kincaid / Natacha D'Orlando, in colloque "Critiques féministes des savoirs : corps et santé. Milieux associatifs, militants, professionnels et de la recherche : collectivisation des expériences et des réflexions", organisé par le réseau Arpège et l'Association EFIGIES Toulouse, Université Toulouse Jean-Jaurès, 29-30 mars 2017.
Thématique 3 : Reproduction : entre violences et transgressions.

Cette communication entend interroger la représentation des pratiques de santé afro-caribéennes dans les œuvres de Maryse Condé "Moi,Tituba, sorcière" et de Jamaica Kincaid "The Autobiography of my Mother", en s’intéressant plus précisément au motif des soins abortifs. Pratiqués grâce à des breuvages végétaux, les avortements témoignent, dans ces œuvres, de la survie de connaissances médicales afro-caribéennes et d’un réseau de transmission des savoirs entre personnages féminins. Ils permettent aussi d’interroger le conflit entre une médecine européenne, masculine et professionnalisée, et cette médecine féminine afro-descendante, fondée sur des savoirs et des croyances spécifiques ainsi que sur une intimité étroite avec le monde végétal. Les différentes soigneuses de ces romans, chargées de la survie d’une culture médicale africaine reconfigurée au contact du paysage caribéen, mettent donc en lumière le phénomène de résistance culturelle dont elles sont les principales garantes. Par ailleurs, les avortées proclament, par leur geste, leur refus de mettre au monde un.e esclave ou un.e colonisé.e, le breuvage abortif symbolisant la résistance féminine aux systèmes esclavagistes et coloniaux qui exploitent la matrice comme un outil de production de richesses.


 

commentaires


Ajouter un commentaire Lire les commentaires
*Les champs suivis d’un astérisque sont obligatoires.
Aucun commentaire sur cette vidéo pour le moment (les commentaires font l’objet d’une modération)
 

Dans la même collection

FMSH
 
Facebook Twitter Google+
Mon Compte