Canal-U

Mon compte
Université Toulouse-Jean Jaurès (Toulouse II-le Mirail)

Objets intelligents ou objets stupides ? / Anthony Masure


Copier le code pour partager la vidéo :
<div style="position:relative;padding-bottom:56.25%;padding-top:10px;height:0;overflow:hidden;"><iframe src="https://www.canal-u.tv/video/universite_toulouse_ii_le_mirail/embed.1/objets_intelligents_ou_objets_stupides_anthony_masure.40973?width=100%&amp;height=100%" style="position:absolute;top:0;left:0;width:100%;height: 100%;" width="550" height="306" frameborder="0" allowfullscreen scrolling="no"></iframe></div> Si vous souhaitez partager une séquence, indiquez le début de celle-ci , et copiez le code : h m s
Contacter le contributeur
J’aime
Imprimer
partager facebook twitter Google +

Objets intelligents ou objets stupides ? / Anthony Masure

Objets intelligents ou objets stupides ? / Anthony Masure, in "Réels augmentés ?", séminaire PragmaTIC organisé dans le cadre du projet ComUniTIC (Communauté d'Universitaires autour des usages des TIC) du LabEx Structuration des Mondes Sociaux (SMS), Université Toulouse Jean-Jaurès, 19 octobre 2017.

Depuis une dizaine d’années environ, le champ des objets dits « connectés » (à Internet) a fait son chemin dans notre quotidien (domotique, wearables, etc.). Fréquemment qualifiés « d’intelligents », ces derniers se situent à l’intrication du design produit et de la programmation. Pourtant, alors que le vocabulaire de l’intelligence et de la connexion semble impliquer des valeurs d’objectivation et de partage, les objets qui sont désignés sous ce terme se caractérisent trop souvent par le fait que leur « centre de commande » est en fait une « boîte noire » où « l’individu devient le spectateur des résultats du fonctionnement des machines » (Gilbert Simondon). Reliés à des applications numériques, les objets « connectés » ne semblent exister que parce qu’il est loisible de les fabriquer – comme le montrent avec ironie le compte Twitter Internet of Shit ou des séries comme Black Mirror qui dénoncent leurs problèmes de sécurisation et d’obsolescence de ces produits (Tristan Nitot, Mathias Rollot). Dès lors, comment penser des démarches de design qui ne se contentent pas d’explorer de nouveaux « possibles » technologiques juste parce qu’ils existent ?

 

commentaires


Ajouter un commentaire Lire les commentaires
*Les champs suivis d’un astérisque sont obligatoires.
Aucun commentaire sur cette vidéo pour le moment (les commentaires font l’objet d’une modération)
 

Dans la même collection

FMSH
 
Facebook Twitter Google+
Mon Compte