Conférence
Notice
Langue :
Français
Crédits
Canal-U/Sciences de la Santé et du Sport (Réalisation), CERIMES (Réalisation), Sahar Bayat Makoei (Intervention)
Conditions d'utilisation
Droit commun de la propriété intellectuelle
DOI : 10.60527/9a01-sw42
Citer cette ressource :
Sahar Bayat Makoei. Canal-U-Médecine. (2011, 18 mars). EMOIS Nancy 2011 - Utilisation des bases PMSI pour la détection d’effets indésirables médicamenteux. , in EMOIS Nancy 2011. [Vidéo]. Canal-U. https://doi.org/10.60527/9a01-sw42. (Consultée le 20 juillet 2024)

EMOIS Nancy 2011 - Utilisation des bases PMSI pour la détection d’effets indésirables médicamenteux.

Réalisation : 18 mars 2011 - Mise en ligne : 24 mars 2011
  • document 1 document 2 document 3
  • niveau 1 niveau 2 niveau 3
Descriptif

Titre : Utilisation des bases PMSI pour la détection d’effets indésirables médicamenteux.

Objectif : Le système de notification spontanée d’effets indésirables médicamenteux (EIM) manque d’exhaustivité. L’objectif de cette étude était d’évaluer les performances des requêtes sur les codes diagnostics de la base de données PMSI pour l’identification d’EIM graves.

Méthodes : Le Centre Régional de Pharmacovigilance (CRPV) et le Département d’Information Médicale du CHU de Rennes ont établi une liste d’EIM potentiellement graves ainsi que les codes de la Classification Internationale des Maladies (CIM10) correspondants. La requête réalisée sur la base PMSI concernait les séjours effectués au CHU de Rennes en 2009.

Tous les compte-rendus d’hospitalisation et les examens complémentaires disponibles ont été examinés afin de valider les cas d’EIM identifiés par cette requête. Parallèlement, les notifications spontanées des mêmes EIM faites auprès du CRPV sur la même période ont été recherchées dans la Base Nationale de Pharmacovigilance.

Résultats : Sur 383 dossiers identifiés par la requête PMSI, 142 cas ont été retenus (37,1 %).Certains codes CIM10 avaient un rendement (proportion de cas retenus par rapport aux cas identifiés) intéressant, supérieur à 40% (T88.6 : Choc anaphylactique dû à des effets indésirables d'une substance médicamenteuse, L27.0 : Eruption généralisée due à des médicaments, J70.4 : Affections pulmonaires interstitielles médicamenteuses, G62.0 : Polynévrite médicamenteuse et N14.1 : Néphropathie due à d'autres médicaments). 79,5% des EIM ont été détectés par ces cinq codes.

Sur la même période, 98 EIM du même type ont été déclarés auprès du CRPV. 22 cas étaient communs. La proportion de cas communs par rapport aux cas retenus à partir de la requête PMSI était de 15,5 %. La complémentarité des deux modes de recueil apparaît donc intéressante.

Discussion : L’utilisation des requêtes PMSI peut constituer un outil de veille pour la détection d’EIM graves, en complément de la notification spontanée. Ainsi, les requêtes mensuelles sur les codes à haut rendement sont effectuées au CHU de Rennes.

Intervenant : BAYAT Sahar (Département d’Information Médicale, CHU Pontchaillou, Rennes, France).

Conférence enregistrée lors des journées EMOIS 2011 à Nancy. Session : Surveillance et vigilance. Modérateurs : Marc BREMOND (Lyon), Jeanne FRESSON (Maternité Régionale Universitaire de Nancy).

Réalisation, production : Canalu U/3S, CERIMES.

SCD Médecine.

Intervention

Dans la même collection

Avec les mêmes intervenants et intervenantes

Sur le même thème