Conférence
Notice
Langue :
Français
Crédits
Bernard Heyberger (Intervention), Azadeh Kian (Intervention)
Conditions d'utilisation
© Direction de l'Audiovisuel / IISMM / EHESS / 2014
DOI : 10.60527/gk2h-xn82
Citer cette ressource :
Bernard Heyberger, Azadeh Kian. EHESS. (2014, 11 mars). 5 - La question du genre et les mouvements de femmes dans les pays musulmans , in Cycle 2013-2014 : Liberté et contrainte dans les sociétés musulmanes. [Vidéo]. Canal-U. https://doi.org/10.60527/gk2h-xn82. (Consultée le 29 mai 2024)

5 - La question du genre et les mouvements de femmes dans les pays musulmans

Réalisation : 11 mars 2014 - Mise en ligne : 31 mars 2014
  • document 1 document 2 document 3
  • niveau 1 niveau 2 niveau 3
Descriptif

Conférence Azadeh Kian, professeur de sociologie, UniversitéParis VII,

directrice du Centred’enseignement, de documentation et de recherches pour les études féministes(Cedref)

 

Modérateur : Bernard Heyberger, directeur d’études,EHESS, directeur de l’IISMM-EHESS

Enregistré le 11 mars  2014

Thème : La question du genre et les mouvements defemmes dans les pays musulmans

Production :Direction de l’Audiovisuel/EHESS/IISMMAuteur/Réalisateur : Philippe KergraisseVidéothèque : Institut d’études de l’islam et des sociétés du mondemusulman Ecole des hautes études en sciences sociales en partenariat avec leCollège de France

Résume : La  question du genre représente un enjeu principal des pays musulmans où la religion a été instrumentalisée pour justifier l'ordre politique patriarcal. La citoyenneté formelle accordée aux femmes par l’élite politique modernisatrice comme stratégie d’insertion sociale dans le régime politique a eu des conséquences à la fois émancipatrices et régulatrices. Cette stratégie n’entendait pas remettre en question les inégalités sociales entre les hommes et les femmes, mais faciliter l'accès réglementé des femmes instruites et « modernes » à la sphère publique. Elle tentait d’éviter l’émergence de la citoyenneté par le bas et ne visait pas la construction de la société civile.

 Les mouvements de femmes, constitués dès le début du XXe siècle de militantes issues des classes moyennes et supérieures, ont été liés aux changements socioéconomiques et au développement politique de leurs pays et y ont laissé leur empreinte. Hétérogènes et pluriels, ils ont tenté de décentrer le discours hégémonique grâce aux interactions et luttes communes, et ont récusé aussi la validité d'un modèle d'émancipation unique qui serait issu de l'histoire et des modèles occidentaux.

 

Intervention

Dans la même collection

Avec les mêmes intervenants et intervenantes

Sur le même thème