Entretien
Chapitres
Notice
Langue :
Français
Crédits
FORMASUP (Réalisation), Sophie Soury-Lavergne (Intervention)
Conditions d'utilisation
Droit commun de la propriété intellectuelle
DOI : 10.60527/m7kc-c156
Citer cette ressource :
Sophie Soury-Lavergne. Formasup. (2014, 21 janvier). Le projet Pairform@nce : une formation à distance pour développer l’usage du numérique en classe. [Vidéo]. Canal-U. https://doi.org/10.60527/m7kc-c156. (Consultée le 23 mai 2024)

Le projet Pairform@nce : une formation à distance pour développer l’usage du numérique en classe

Réalisation : 21 janvier 2014 - Mise en ligne : 5 mars 2014
  • document 1 document 2 document 3
  • niveau 1 niveau 2 niveau 3
Descriptif

Entretien avec Sophie Soury-Lavergne, maître de conférences, chargée de recherches à EducTice - Institut Français de l'Éducation (IFE) à Lyon.

Leprogramme Pairform@nce est présenté ici (l'orthographe particulière metsl'accent sur l'idée de formation entre pairs) :

http://national.pairformance.education.fr/

Ilest remplacé à la rentrée  2014 par le programme M@gistère :

https://magistere.education.fr/

Intervention
Thème
Documentation

1 La mise en place de Pairform@nce  au niveau de l’académie de Lyon

L’aspect intéressant de ce programme c’est que c’est un programme qui a été initié entre le Ministère de l’Enseignement supérieur et de la recherche, et le Ministère de l’Education nationale, pour accompagner la formation des enseignants, que ce ne soit pas une formation où les enseignants sont regroupés, mais aussi en partie une formation à distance. Donc le programme Pairform@nce, c’était former les enseignants à l’usage des technologies, mais former les enseignants de façon hybride, avec des parties de formation qui se passaient à distance, en utilisant les nouveaux objets techniques, les plate-forme de formation, que maintenant tout le monde connaît, ou en tout cas que beaucoup plus de monde connaît, mais aussi en gardant tout le volet formation, avec regroupements, échanges de pratiques.

Il y a fortement la possibilité dans chaque académie de développer les formations, les parcours dont on a besoin, et c’est les groupes de formateurs au niveau de chaque académie encadrés par leur inspection qui développent les formations qui sont nécessaires pour l’académie. 

Sur l’académie de Lyon une initiative pour la formation des enseignants a été bien déployée, les possibilités offertes par Pairform@nce  au niveau de l’académie en prenant très fortement en compte l’accompagnement des formateurs à la mise en place de ces formations. Parce qu’avant de pouvoir former plein d’enseignants en utilisant ces nouveaux moyens et en développant des formations hybrides, il faut que les formateurs aient pu concevoir et faire évoluer les formations qu’ils faisaient pour introduire cette dimension de formation hybride c’est-à-dire cette formation à distance. 

Si je suis là pour vous en parler, c’est qu’EducTice et l’équipe qui avait accompagnée Pairform@nce   a été sollicitée, et deux chercheurs de cette équipe font partis de ce groupe qui accompagne les formateurs, et aussi nos collègues de ce qui étaient l’IUFM de Lyon, et qui est maintenant d’Ecole Supérieur du Professorat et des Ecoles de Lyon (ISPE). Donc on voit bien que ce groupe au niveau de l’académie de Lyon qui a été monté par Denise Courbon, la responsable des formations au niveau de l’académie, est un groupe mixte, qui reflète en fait le partenariat qui existe autour de ces formations des enseignants, entre l’université et l’ESPE, l’Institut français de l’éducation, qui appartient à l’ENS de Lyon, et le rectorat qui est chargé d’organiser tout ça. 



2 L’objectif de la formation

L’objectif des formations qui sont proposées, pas toutes sont tournées vers les TICE, mais toutes sont tournées vers une évolution des pratiques de ces enseignants dans les classes. Donc ce ne sont pas des formations qui sont destinées à passer de la formation de façon générale, c’est vraiment des formations qui veulent aller jusqu’à un effet dans les pratiques de classe par les enseignants, en particulier par l’intégration des technologies.

Les formations pour les formateurs, elles sont analogues aux formations qu’on voudrait que les formateurs mettent en œuvre avec les enseignants, de façon à donner à ces formateurs une première expérience d’un vécu de ces formations hybrides. Donc nous en tant que formateurs de formateurs, on a aussi conçu un parcours sur la plate-forme Pairform@nce, on a mis en œuvre des sessions où on a regroupé tout le monde, et puis des travaux à distance avec des conférences centra, avec les formateurs qu’on accompagnait. L’idée était chaque formateur qui venait avait déposé un projet en disant : « Voilà, ma formation elle est comme ça, actuellement, sans dimension hybride, je voudrais la faire évoluer pour inclure une partie de formation à distance, et mon projet, j’ai besoin que vous m‘accompagniez. »
 


3 Le travail entre pairs

Le programme Pairform@nce  reposait sur des principes de formation, donc j’en ai énoncé un au moins qui était l’usage des technologies, la formation hybride, l’aspect formation à distance, mais aussi un autre aspect qui reste tout à fait pertinent, sur lequel on travaille encore beaucoup et qui est à mon avis au cœur de la formation, c’est le travail entre pairs. Les enseignants se forment en collaborant ensemble. 

Et puis d’autres aspects, la formation incluait une partie conception de ressources puis de mise en œuvre de pratiques en classe, et puis un retour réflexif autour de ces pratiques de classes, ce que permet en fait une formation à distance, parce qu’elle permet d’augmenter le temps de formation, d’avoir des temps collectifs entre enseignants avec les formateurs, et puis des retours en classe, et du coup on peut tester et puis essayer de voir comment ça se déroule la séance qu’on a conçue avec les collègues. Et puis on revient, soit un groupe un rassemblement, soit une interaction en ligne.
On appelle ça classe "centra" qui était l’outil mis à disposition pour l’éducation nationale. Après il y a peut-être d’autres types d’outils, mais cela veut dire qu’on peut discuter ensemble de ce qui s’est passé avec les formateurs, avec les autres collègues en étant à distance. 

Est-ce que la collaboration au cours de la formation entre les enseignants avait un effet sur la façon dont les enseignants collaboraient ensuite ? Parce que là il y a une hypothèse très forte partagée, à la fois par le Ministère et au niveau de la recherche, que la collaboration entre les enseignants est un facteur très fort de développement professionnel et d’amélioration des pratiques. 



4 La recherche

La recherche s’est intéressée successivement à trois étapes. D’abord qu’est-ce que c’est concevoir des parcours qui vont être le support d’une formation à distance ? Là il y a des questions de scénarisations, des questions techniques, plein de questions qu’il fallait résoudre, et comment monter des équipes pour concevoir ces parcours. Première étape. 

Et puis ensuite on a continué à accompagner la conception mais une fois que les premiers parcours existaient on s’est intéressé à ce que signifie pour un formateur d’utiliser un parcours de formation ayant été conçu par d’autres, se l’approprier, pouvoir le mettre en œuvre, comment on peut accompagner ce formateur, quelles sont les difficultés rencontrées. Ca c’était le deuxième volet qu’on a développé. 

Troisième volet, c’était les effets de ces formations sur les stagiaires, les stagiaires enseignants. En particulier on a regardé les effets de ces formations d’un point de vue de deux aspects qui nous paraissaient très intéressants, par rapport au programme et aux enjeux du programme, l’un était sur la collaboration entre les enseignants : est-ce que l’expérience de la collaboration au cours de la formation entre les enseignants avait un effet sur la façon dont les enseignants collaboraient ensuite.
L’autre aspect était les ressources utilisées par l’enseignant pour faire cours. Est-ce qu’elles ont évoluées par la formation ? Cela peut être des évolutions très directes par la formation : le formateur m’a donné un nouveau logiciel, une série d’exercices, on a conçu des choses et e les utilise ensuite. C’est pas forcément ça qu’on observe le plus fort. 

Plutôt l’enseignant reconsidère les ressources qu’il utilisait déjà et les fait évoluer pour prendre en compte certaines choses qu’il a vues en formation. Il peut incorporer directement dans son système de ressources, des ressources qui arrivent parce qu’il les a conçues lui-même, ou parce qu’elles étaient proposées par le formateur. 

Ce qu’on voit plus c’est : « Ce que je faisais avant, j’ai gardé pareil mais j’ai inclus ça, j’ai ajouté ça, j’ai modifié ça. »

Le programme Pairform@nce a eu un impact très fort au niveau du secondaire mais s’adressait aussi aux enseignants du primaire. Et donc en 2013 il y a eu un nouveau dispositif qui a été mis en place dans le cadre de l’école numérique, c’est le dispositif Magistère qui est maintenant aussi destiné principalement aux enseignants du primaire mais qui va être aussi le dispositif de formation pour les enseignants du secondaire, un dispositif unifié au niveau primaire et secondaire. Ca c’est l’évolution actuelle et c’est intéressant, qui résout certaines difficultés qu’on avait avec Pairform@nce.

Sur le même thème