Vidéo pédagogique
Notice
Langue :
Français
Crédits
INRIA (Institut national de recherche en informatique et automatique) (Publication), Académie de Grenoble (Publication), MANHATTAN STUDIO PRODUCTIONS M.S.P. (Réalisation), Corinne Touati (Intervention)
Conditions d'utilisation
Document libre, dans le cadre de la licence Creative Commons (http://creativecommons.org/licenses/by-nd/2.0/fr/), citation de l'auteur obligatoire et interdiction de désassembler (paternité, pas de modification)
DOI : 10.60527/r60h-kx28
Citer cette ressource :
Corinne Touati. Inria. (2013, 23 janvier). Le hasard fait bien les choses : 1ère partie. [Vidéo]. Canal-U. https://doi.org/10.60527/r60h-kx28. (Consultée le 13 juin 2024)

Le hasard fait bien les choses : 1ère partie

Réalisation : 23 janvier 2013 - Mise en ligne : 3 mai 2013
  • document 1 document 2 document 3
  • niveau 1 niveau 2 niveau 3
Descriptif

Cet exposé porte sur la "théorie des jeux" ou, plus simplement,"comment modéliser un système mettant en jeu desacteurs en interaction?".
Nous montrons tout d'abord quelques exemples introductifs à la théoriedes jeux et les éventuelles conséquences néfastes de la multiplicationdes preneurs de décisions en terme d'efficacité globale.
Dans une seconde partie, nous présentons succinctement quelquesapplications de ces phénomènes dans des problèmes de ressources dansles réseaux de télécommunication et montrons notamment au travers duproblème d'association entre mobiles (téléphone, ordinateur...) etstations de base (antenne du fournisseur d'accès) dans les réseauxsans-fils comment l'ajout de hasard dans la prise de décision permetd'aboutir à des allocations optimales.
La théorie des jeux, composante de la théorie de la décisionrationnelle pour les systèmes informatiques distribués, a connu un fortdéveloppement depuis la formalisation de la notion d'équilibre par Nashdans les années 50. Ses applications en économie ont été récompenséespar pas moins de 12 prix Nobel depuis les années 90. Le dernier en date(novembre 2012) a été attribué à Lloyd Shapley et Alvin Roth notammentpour leurs applications au partage de ressources.

Intervention

Avec les mêmes intervenants et intervenantes

Sur le même thème