Conférence

André Pézard traducteur de Dante ou le choix inactuel et délibéré de l’archaïsme

Réalisation : 13 novembre 2012 Mise en ligne : 22 juillet 2022
  • document 1 document 2 document 3
  • niveau 1 niveau 2 niveau 3
  • audio 1 audio 2 audio 3
Descriptif

L'exploration des fonds de l'IMEC (Institut Mémoires de l'Édition Contemporaine) fait l'objet depuis plusieurs années de travaux de l'Équipe de Recherche Littératures, Imaginaires et Sociétés (ERLIS) de l'Université de Caen Basse-Normandie. Dans le cadre de ces explorations, nous avons lancé en 2012, avec la Société d'Études des Pratiques et Théories en Traduction (SEPTET), le projet « Les traductions de l'IMEC ». Ce projet, qui aboutira en 2015 à un colloque international intitulé « Les grands traducteurs de l'IMEC », vise à valoriser les fonds des traducteurs déposés dans ces archives situées près de Caen, dans le magnifique cadre de l'Abbaye d'Ardenne.

Notre intervention ouvre la série des rencontres sur les traductions de l'IMEC avec un sujet complexe et contrasté. Pour l'italianisme français et pour la traductologie italo-française, le fonds d'André Pézard provenant du Collège de France est remarquable non seulement pour la qualité de ses études sur l'œuvre de Dante mais aussi pour les nombreux brouillons de traduction et pour leurs mises au net dactylographiées qui y sont déposés : en explorant ce fonds on pénètre dans le laboratoire du plus important spécialiste et traducteur français de Dante au XXe siècle. Ce traducteur est d'autant plus singulier qu'il propose en 1953 une traduction modernisante du prosimètre de la Vita Nuova, à savoir agréable à lire et écrite dans une prose française contemporaine élégante, et qu'il la retraduit en entier en 1965 pour l'édition complète des œuvres en italien et en latin de Dante. Cette seconde réécriture est archaïsante, et les poèmes cette fois-ci ont un rythme précis (sonnet étudié ici au plan génétique : Piangete, amanti...) : la compréhension d'une telle traduction exige la collaboration active du lecteur. Les stratégies traductives d'A. Pézard ont entièrement changé de 1953 à 1965 et il assume un tel choix dans une introduction méta-traductive d'une grande clarté. Le traducteur se fait théoricien de la traduction illustrant et défendant sa propre démarche. Quelle est la position de la traductologie française face à cette stratégie de traduction privilégiant les phénomènes d'intertextualité qui relient l'ancien français à l'ancien toscan, ce dernier métamorphosé par le génie de Dante dans le vulgaire illustre du  ? Comment a-t-on accueilli une traduction de la Divine Comédie soumise à la scansion du décasyllabe, césuré à la quatrième, ou à la sixième, et à la dixième syllabe (6+4 ou 4+6), pour reproduire le rythme de l'hendécasyllabe italien ? Les critiques de Georges Mounin, d'Antoine Berman et d'autres vis-à-vis de ces choix traductifs montrent que, au-delà des querelles finalement contingentes opposant les sourciers aux ciblistes, une conception modernisante de la traduction s'impose comme allant de soi : indépendamment de la poétique et de la langue de l'auteur traduit, toute réécriture doit plaire au lecteur et lui faciliter la tâche de la lecture. Il s'agit d'un processus d'uniformisation où le plurilinguisme de l'original devient dans le texte d'arrivée monolingue, où l'expérimentalisme scripturaire subit une normalisation linguistique : ce qui confirme la place presque toujours subalterne et périphérique de la traduction, y compris en France, dans le polysystème littéraire d'accueil. Comme l'affirme George Steiner, derrière toute traduction il y a avant tout une conception précise de la langue traduisante. Celle d'André Pézard, humble élu du Collège de France, nous paraît une conception philologique courageuse car non conformiste. Ce n'est pas le Dante poète intemporel de l'émotion post-romantique qu'il propose dans un français « linguistiquement correct » à ses lecteurs de 1965 mais le Dante qu'il a appris à connaître par son étude assidue (sa première édition critique de la Vita nuova date de 1931) : un poète médiéval riche et complexe dont la poésie, assez difficile d'accès même aujourd'hui aux Italiens, constitue la synthèse, et le dépassement, de la culture occidentale de son époque. C'est ce dialogue des langues et des cultures dans l'espace européen médiéval que Dante a exploité et poétiquement remotivé, en prenant aussi exemple des modèles littéraires prestigieux de France. André Pézard veut faire résonner l'écho de ces modèles dans sa traduction. Pourquoi devrait-il exclure de cet espace et de ce dialogue interculturel les archaïsmes de l'ancien français ? Quelle est la place des langues d'oc et d'oïl et de la philologie dans la culture française d'aujourd'hui ? Par sa poétique archaïsante, intertextuelle et musicale de la traduction de Dante, l'italianiste et médiéviste André Pézard a déjà répondu à ces questions. Il a aussi convoqué et bien averti son lector in fabula. Toute stratégie de traduction est d'après nous légitime, qu'elle soit modernisante ou archaïsante, pourvu qu'elle indique et motive ses choix de traduction et qu'elle reste cohérente dans la pratique à ses principes.

 

Thème
Notice
Date de réalisation
Lieu de réalisation

IMEC - Abbaye d'Ardenne

Langue :
Français
Citer cette ressource :
La forge numérique. (2012, 13 novembre). André Pézard traducteur de Dante ou le choix inactuel et délibéré de l’archaïsme. [Podcast]. Canal-U. https://www.canal-u.tv/132048. (Consultée le 30 janvier 2023)
Contacter

Sur le même thème