Conférence

"Cura" ou l'éthique du jardinier selon Robert Harrison : souci et soin de soi, des autres et du monde

Durée : 00:43:09 -Réalisation : 4 août 2012 -Mise en ligne : 2 mai 2022
  • document 1 document 2 document 3
  • niveau 1 niveau 2 niveau 3
  • audio 1 audio 2 audio 3
Descriptif

Cette conférence a été donnée dans le cadre du colloque intitulé Renouveau des jardins : clés pour un monde durable ? qui s'est tenu au Centre Culturel International de Cerisy du 3 au 13 août 2012, sous la direction de Sylvain ALLEMAND, Edith HEURGON et Sophie de PAILLETTE.

Présentation de l'intervenant

Florence Naugrette, professeur de Littérature française à l'Université de Rouen, est historienne du théâtre et du romantisme. Sur ce sujet, elle a notamment publié Le Théâtre romantique. Histoire, écriture, mise en scène ( Seuil, 2001) et en co-direction Le Théâtre français du XIXe siècle ( L'Avant-Scène Théâtre, 2008). Elle prépare l'édition électronique intégrale de la correspondance de Juliette Drouet à Victor Hugo. A Cerisy, en 2002, elle a co-dirigé avec Guy Rosa la décade Victor Hugo et la langue (Bréal, 2005). Elle est la traductrice française de Robert Harrison, depuis Forêts. Essai sur l'imaginaire occidental (Flammarion, 1992), jusqu'à Jardins. Réflexions sur la condition humaine (Le Pommier, 2007).

Résumé de la communication

Une lecture de Jardins (2007) de Robert Harrison.

On examinera l'hypothèse développée par Harrison selon laquelle, au fil des âges, on observe en temps de crise ou dans les temps sombres de l'histoire un regain d'intérêt pour les jardins. Parce qu'ils constituent des refuges pour les hommes désorientés, un mode de résistance à l'oppression politique et à la destruction sociale, une forme d'expression et d'invention originale et régénérative. La lecture de Robert Harrison amènera aussi à se demander si le jardinage est travail, œuvre ou action, selon la tripartition de la vita activa proposée par Hannah Arendt, et quel rôle il joue dans l'épanouissement personnel, l'éducation et l'art du vivre ensemble. On partira du concept matriciel convoqué par Harrison, celui de Cura, figure mythologique tenant son nom du substantif latin dont la traduction anglaise est « care ». L'éthique du care a beau ne pas constituer le propos central de cet ouvrage qui y rend hommage sans s'en réclamer, elle n'en est pas moins l'un des horizons possibles de ce livre, comme, dans une certaine mesure, de ce colloque.

Thème
Notice
Date de réalisation
Lieu de réalisation

CCIC, Cerisy-la-Salle

Langue :
Français
Citer cette ressource :
La forge numérique. (2012, 4 août). "Cura" ou l'éthique du jardinier selon Robert Harrison : souci et soin de soi, des autres et du monde. [Podcast]. Canal-U. https://www.canal-u.tv/116122. (Consultée le 9 juin 2023)
Contacter
Documentation

Espaces extérieurs ou intérieurs, clos ou délimités, où l'on cultive des végétaux, variables selon les saisons et les années, les jardins sont des objets de culture, d'abord créés en Europe et en Asie, avant de devenir universels. Terrestres ou mythiques, ils ont tenu, à toutes les époques, une place centrale non seulement dans la vie quotidienne des individus et des groupes, mais aussi dans l'exercice des pouvoirs et des religions comme dans les représentations symboliques. Havres de paix, ces univers protégés ont partie liée avec l'histoire dans la mesure où ils prennent forme par l'action humaine, individuelle ou collective. Ainsi, face aux crises qui, selon les périodes, mettent en péril les sociétés, les jardins constituent à la fois un refuge pour les personnes dont les repères vacillent, un mode de résistance aux forces destructrices de la société et une capacité d'invention stimulant des initiatives aptes à transformer les menaces en opportunités.

Depuis quelques années, l'on assiste à un regain d'intérêt pour les jardins et à une diversification de leurs formes, de leurs produits et de leurs usages. Lieux de bien-être et de labeur, lieux d'apprentissage et d'expérimentation (avec les jardins pédagogiques, zoologiques ou botaniques), lieux d'intégration sociale (avec les jardins ouvriers et familiaux), lieux de solidarité (avec les jardins partagés et communautaires), les jardins réinventent des liens avec le temps et avec l'espace, avec la nature et avec le vivant. De la gastronomie aux arts, de nouveaux champs (ré)investissent, (re)découvrent, (ré)inventent les jardins, comme en témoigne la variété des pratiques auxquelles ils donnent lieu ainsi que le nombre et la diversité des manifestations qui leur sont consacrées...

Actes du colloque

Renouveau des jardins : clés pour un monde durable ?

S. Allemand, E. Heurgon, S. de Paillette (dir.)

Hermann Editeurs - 2014

ISBN : 978-2-7056-8785-4

En savoir plus

Sur le même thème