Cours/Séminaire
Notice
Date de réalisation
Lieu de réalisation

MRSH Caen

Langue :
Français
Citer cette ressource :
La forge numérique. (2017, 13 février). L’arme à l’œil, violence d’État et militarisation de la police. [Podcast]. Canal-U. https://www.canal-u.tv/131554. (Consultée le 22 juin 2024)

L’arme à l’œil, violence d’État et militarisation de la police

Réalisation : 13 février 2017 - Mise en ligne : 6 juillet 2022
  • document 1 document 2 document 3
  • niveau 1 niveau 2 niveau 3
Descriptif

Cette séance de séminaire, consacrée aux violences administratives d'État s'inscrit dans le cycle "Pratiques et pensées de l'émancipation", organisé par de jeunes chercheurs du CERReV et d'ESO-Caen, qui vise à interroger des pratiques ainsi que des pensées mues par le désir d'ouvrir de nouveaux possibles face à des formes de domination, d'exploitation ou d'aliénation.

Diplômé en Histoire et en Sociologie, Pierre Douillard-Lefevre est l'auteur de l'ouvrage L'arme à l’œil, violence d'Etat et militarisation de la police, (Ed. Le Bord de l'Eau, 2016). Il mène à Nantes une recherche socio-historique sur les mutations urbaines de la ville de Nantes, et les logiques de métropolisation et de mise en concurrence des territoires.

Résumé de la communication

Automne 2014, Rémi Fraisse, militant écologiste, est tué par une grenade de la gendarmerie sur la ZAD de Sivens. Printemps 2016, des centaines de manifestants sont blessés dans les cortèges d'opposition à la loi travail. À chaque fois, la question du maintien de l'ordre et de l'arsenal de la police surgissent sur le devant de la scène. La police ne repousse plus la foule, mais frappe les corps, individualise la violence, tire à nouveau en direction de la foule. C'est un changement de doctrine. Pourtant, la militarisation de la police observée ces dernières années, à travers l'utilisation de plus en plus indistincte de balles en caoutchouc et de grenades, entraînant la multiplication des blessés graves – voire des morts – est un processus qui prend ses racines au milieu des années 1990. Les gouvernements successifs expérimentent dans un premier temps une nouvelle gamme d'armes « intermédiaires » sur les marges, dans une série de « laboratoires : les quartiers périphériques des métropoles, les luttes lycéennes, les projets d'aménagement du territoire, les stades, la répression aux frontières. La militarisation du maintien de l'ordre dessine les figures de l'ennemi intérieur. L’État d'exception mis en place depuis 2015 ouvre une nouvelle séquence de ce processus. A l'été 2016, après la mort d'Adama Traoré à Beaumont-sur-Oise, la gendarmerie patrouille avec des fusils d'assaut. En février 2017, la police tire à balle réelle lors d'émeutes à Aulnay-sous-Bois.

Cette intervention se propose de retracer sur le plan historique, économique et idéologique l'effacement progressif de la frontière entre opération de maintien de l'ordre et intervention militaire.

Sur le même thème