Conférence
Notice
Langue :
Français
Crédits
Université Toulouse II-Le Mirail SCPAM (Publication), Université Toulouse II-Le Mirail (Production), Nathalie MICHAUD (Réalisation), Alexandre Roy (Intervention)
Conditions d'utilisation
Tous droits réservés à l'Université Toulouse II-Le Mirail et aux auteurs.
Citer cette ressource :
Alexandre Roy. UT2J. (2012, 10 mai). La constitution d'une première "Asie orientale japonaise" à l'aube du XXe siècle : une analyse du développement des exportations de charbon japonais depuis le port de Moji (1890-1905) / Alexandre Roy , in Histoire du Japon et histoire au Japon (1853-2012). [Vidéo]. Canal-U. https://www.canal-u.tv/58163. (Consultée le 21 février 2024)

La constitution d'une première "Asie orientale japonaise" à l'aube du XXe siècle : une analyse du développement des exportations de charbon japonais depuis le port de Moji (1890-1905) / Alexandre Roy

Réalisation : 10 mai 2012 - Mise en ligne : 10 mai 2012
  • document 1 document 2 document 3
  • niveau 1 niveau 2 niveau 3
Descriptif

La constitution d'une première "Asie orientale japonaise" à l'aube du XXe siècle : une analyse du développement des exportations de charbon japonais depuis le port de Moji (1890-1905) / Alexandre Roy. In colloque "Histoire du Japon et histoire au Japon (1853-2012). La force continue des choses changeantes", organisé par le laboratoire France Méridionale et Espagne : histoire des sociétés du Moyen-Âge à l'époque contemporaine (FRAMESPA) et le Centre d'études japonaises antenne de Toulouse (CEJ-Toulouse / Inalco). Toulouse, 10-11 mai 2012.Thématique 2 : Empire (1889-1945), 10 mai 2012.

Malgré l'image de pays pauvre en matière de ressources énergétiques, le Japon a bénéficié d'importants gisements charbonniers pour son développement économique à partir de 1868. La production était si importante qu'elle fut longtemps exportée à grande échelle. Moins célèbres que les exportations de soie ou de cuivre, les exportations de charbon ont pourtant joué un rôle tout à fait unique : en plus de capter de précieuses devises étrangères, elles soutenaient le développement commercial et industriel de la région est-asiatique dans son ensemble. Les gisements japonais de l'île de Kyûshû furent rapidement exploités à cette fin et leur charbon s'imposa sur le marché de Sanghai dans les années 1870 grâce à la mine de Takashima et au port de Nagasaki, puis à Hong Kong dans les années 1880 avec le charbon de Miike et le port de Kuchinotsu et enfin à Singapour dans les années 1890 grâce au charbon du Chikuhô et au port de Moji. Contemporaine des débuts de l'expansion militaire japonaise en Asie orientale, l'expansion des exportations de charbon japonais a été présentée au Japon comme un mouvement écrasant conduisant à "l'expulsion" (kuchiku) des charbons occidentaux de la région. Or, un examen du marché est-asiatique dans son ensemble, montre que la constitution de cette "première Asie orientale japonaise" a plus tenu à une "évacuation" conjoncturelle des charbons britanniques et australiens qu'à une "expulsion" unilatérale opérée par la puissance japonaise. Cette réalité économique permet de mieux comprendre le paradoxe d'une puissance japonaise éclatante au niveau est-asiatique à l'aube du 20ème siècle mais, en définitive, limitée à cette région immédiate et nettement dominée au niveau mondial par les puissances occidentales, comme la Grande-Bretagne.

Intervention
Thème
Documentation

DUCRUET, César, Ports et routes maritimes dans le monde (1890-1925), Université d'Avignon et des Pays de Vaucluse, Université Toulouse II-Le Mirail,  M@ppemonde, 106, 2012. [En ligne : http://mappemonde.mgm.fr/num34/lieux/lieux12201.html]. 

YAMAMURA Kozo, HATCH W., Asia in Japan's Embrace: Building a Regional Production Alliance, Cambridge University Press, 1997, 302 p. 

SUMIYA Mikio, Nihon sekitan sangyô bunseki (Analyse de l'industrie houillère japonaise), Tôkyô, Iwanami-shoten, 1968.

SUGIYAMA Shinya, Japan's Industrialization in the World Economy 1859-99. Export Trade and Overseas Competition, London, The Athlone Press, 1989, 304 p.


> Voir aussi la bibliographie générale dans l'onglet "Documents" de la séquence d'ouverture du colloque.

Dans la même collection