Conférence

"Pelléas et Mélisande" aux Bouffes-Parisiens (1893) / Denis Herlin

Réalisation : 11 février 2021 Mise en ligne : 11 février 2021
  • document 1 document 2 document 3
  • niveau 1 niveau 2 niveau 3
  • audio 1 audio 2 audio 3
Descriptif

 

"Pelléas et Mélisande" aux  Bouffes-Parisiens (1893) / Denis Herlin,

in "Les deux Pelléas : œuvres de rupture ou de liberté ?", in journée d'étude organisée par l'Institut de Recherche Pluridisciplinaire en Arts, Lettres et Langues (IRPALL) de l'Université Toulouse-Jean Jaurès dans le cadre d'un partenariat avec le Théâtre du Capitole, sous la responsabilité scientifique et la coordination de Michel Lehmann et Christine Calvet. Université Toulouse-Jean Jaurès, Théâtre du Capitole, 11 février 2021.
Communication enregistrée en distanciel.
Illustration : Mary Garden dans "Pelléas et Mélisande" (1908), photographie de Rudolf Eickemeyer [Library of Congress].

La pièce de Maeterlinck, Pelléas et Mélisande, donnée le 17 mai 1893 au Théâtre des Bouffes-Parisiens, et l’opéra de Debussy, drame lyrique présenté pour la première fois devant le public de l’Opéra-Comique le 30 avril 1902, ont été des événements artistiques et mondains majeurs et ont de ce fait marqué l’Histoire de la scène française.
Les distanciations, les ruptures, les continuités et les compromis de ces œuvres symbolistes correspondent à un besoin d’émancipation et d’affirmation artistiques s’éloignant de l’héritage romantique. Debussy, répondant à un journaliste, justifiait l’absence de duo d’amour dans son opéra en raison du manque de naturel du chant polyphonique tenu de prendre en charge des confessions amoureuses intimes et personnelles. Le public de l’Opéra-Comique ne pouvait qu’être désarçonné par un tel choix.
Quels sont les rapports de ces deux Pelléas et Mélisande avec la tradition de la scène : liberté, rupture ? La postérité n’étant pas toujours en phase avec la valeur intrinsèque d’une œuvre d’art, les chercheurs réunis par l’Institut IRPALL dans le cadre de cette journée d’études mettent en lumière l’ambition esthétique de ces deux Pelléas, pour mieux mesurer la singularité de l’intention de chaque auteur et sortir des lieux communs d’œuvres prétendument révolutionnaires.

Intervenants
Thèmes
Notice
Lieu de réalisation
Toulouse, Théâtre du Capitole
Langue :
Français
Crédits
Nathalie MICHAUD (Réalisation), Université Toulouse-Jean Jaurès-campus Mirail (Production), SCPAM / Université Toulouse-Jean Jaurès-campus Mirail (Publication)
Détenteur des droits
Tous droits réservés à l'Université Toulouse-Jean Jaurès et aux auteurs.
Conditions d'utilisation
Droit commun de la propriété intellectuelle
Citer cette ressource:
UT2J. (2021, 11 février). "Pelléas et Mélisande" aux Bouffes-Parisiens (1893) / Denis Herlin. [Vidéo]. Canal-U. https://www.canal-u.tv/105767. (Consultée le 26 juin 2022)
Contacter
Documentation

Bablet, Denis, Esthétique générale du décor de théâtre de 1870 à 1914, Paris, Centre national de la recherche scientifique, 1975.

Branger, Jean-Christophe, Douche, Sylvie et Herlin (éds), Denis, Pelléas et Mélisande cent ans après : études et documents, éd. Jean-Christophe, Lyon, Symétrie, 2012.

Debussy, Claude, « Pourquoi j’ai écrit Pelléas », publié pour la première fois le 17 octobre 1921 dans Comœdia, puis dans Debussy, Claude Monsieur Croche et autres écrits, éd. François Lesure, Paris, Gallimard, 1987, collection « L’Imaginaire ».

Debussy, Claude, Correspondance (1872-1918), éd. François Lesure et Denis Herlin, Paris, Gallimard, 2005.

Dietschy, Marcel, La Passion de Claude Debussy, Neuchâtel, À la Baconnière, 1962.

Estrade-Guerra, Oswald d’, « Les manuscrits de Pelléas et Mélisande », La Revue musicale, no 235, 1957.

Gorceix, Paul (éd.), Fin de siècle et symbolisme en Belgique. Œuvres poétiques, Bruxelles, Éditions Complexe, 1998.

Grayson, David A., The Genesis of Debussy’s Pelléas and Mélisande, Ann Arbor, UMI Research Press, 1983.

Herlin, Denis, « Pelléas et Mélisande aux Bouffes-Parisiens », in Jean-Christophe Branger, Sylvie Douche, Denis Herlin (dirs), Pelléas et Mélisande cent ans après : études et documents, Lyon, Symétrie, p. 41-57.

Jumeau-Lafond, Jean-David, « Un symboliste oublié, Gabriel Fabre (1858-1921) », Revue de musicologie, t. 90, no 1, 2004, p. 83-114.

Laloy, Louis, Claude Debussy, Paris, Dorbon aîné, 1909.

Lesure, François, Claude Debussy. Biographie critique suivie du catalogue de l’œuvre, Paris, Fayard, 2003.

Lugné-Poe, Aurélien, La Parade, le Sot du tremplin, Paris, Gallimard, 1930.

Mauclair, Camille, Servitude et grandeur littéraires, Paris, Ollendorff, 1922.

Régnier, Henri de, « Pelléas et Mélisande », L’Art moderne, 13e année, no 21, 21 mai 1893, p. 161-162.

Robichez, Jacques,  Le Symbolisme au théâtre. Lugné-Poe et les débuts de L’Œuvre, Paris, L’Arche, 1957.

Schilling, Anne, « La genèse de Pelléas et Mélisande », Souvenir du Symbolisme, Bruxelles, Audace, 1970.

Dans la même collection

Sur le même thème