Canal-U

Mon compte
Archives audiovisuelles Langues et Cultures du Monde

Le pèlerinage de Shikoku: entretien et témoignage d'un pèlerin japonisant


Copier le code pour partager la vidéo :
<div style="position:relative;padding-bottom:56.25%;padding-top:10px;height:0;overflow:hidden;"><iframe src="https://www.canal-u.tv/video/alcm/embed.1/le_pelerinage_de_shikoku_entretien_et_temoignage_d_un_pelerin_japonisant.17498?width=100%&amp;height=100%" style="position:absolute;top:0;left:0;width:100%;height: 100%;" width="550" height="306" frameborder="0" allowfullscreen scrolling="no"></iframe></div> Si vous souhaitez partager une séquence, indiquez le début de celle-ci , et copiez le code : h m s
Contacter le contributeur
J’aime
Imprimer
partager facebook twitter Google +

Les chapitres


Le pèlerinage de Shikoku: entretien et témoignage d'un pèlerin japonisant

Le pèlerinage de Shikoku (Shikoku o-henro en japonais) est un parcours de 1400 km comprenant 88 temples. Il est situé sur l'île de Shikoku au sud-est de l’archipel japonais.


Ce pèlerinage bouddhiste est dédié  au moine kukai du nom posthume Kobo daishi  (774-835) qui a influencé la culture japonaise et créé l’école bouddhiste shingon. Tout pèlerin (henrô en japonais) de Shikoku est alors accompagné par l’esprit de ce moine. Pour le leur rappeler, les pèlerins sont habillés de blanc et portent sur eux plusieurs accessoires ayant des valeurs différentes.

Très apprécié depuis l’ère Edo par les Japonais, il est de plus en plus popularisé, et ce particulièrement en Occident. Ce parcours, ayant avant tout une motivation religieuse bouddhiste, est entrepris par plus de 300 000 pèlerins chaque année, pouvant être motivés par différentes raisons, telles que le recueillement personnel, la quête spirituelle, des maladies à guérir, un hommage pour des victimes de catastrophes naturelles ou tout simplement par curiosité touristique.

Les moyens de transport actuels facilitent l’accession à ce parcours qui de ce fait provoque une urbanisation croissante pouvant détruire l’identité de ce patrimoine national.

Aujourd’hui, le pèlerinage de Shikoku est patrimoine culturel du Japon, mais ne figure pas encore comme patrimoine mondial de l'UNESCO.  

Rolland HALLER étudiant en troisième année de licence de langue et civilisation japonaise à l’INALCO (Institut national des langues et civilisations orientales) à Paris, intéressé par la civilisation asiatique et plus particulièrement à celle du Japon, a été interviewé afin de relater le quotidien d’un pèlerin et son ressenti personnel en tant qu’Européen durant l’été 2013.

  •  
  •  
    Date de réalisation : 26 Mars 2015
    Durée du programme : 10 min
    Classification Dewey : Autres religions et religions comparées, Coutumes, savoir-vivre, folklore
  •  
    Catégorie : Entretiens, Témoignages
    Niveau : Tous publics / hors niveau, niveau Licence (LMD), L3
    Disciplines : Japonais, Civilisation japonaise, Bouddhisme, Coutumes religieuses, laïques, cérémonies et célébrations
    Collections : Civilisations et cultures du monde, Langues asiatiques, Asie
    ficheLom : Voir la fiche LOM
  •  
    Auteur(s) : GRANGER Justine, BADANI Yamina, TELHINE Aïda, HALLER Roland
    Réalisateur(s) : GRANGER Justine, BADANI Yamina, TELHINE Aïda
  •  
    Langue : Japonais, Français
    Mots-clés : Japon, pèlerinage Shikoku, Calligraphie , Pèlerinage
    Conditions d’utilisation / Copyright : Creatives Commons: "Cette ressource audiovisuelle est protégée par le régime "Creative Commons". Vous êtes libres de la reproduire, distribuer et communiquer au public. Mais vous devez impérativement signaler sa paternité (son ou ses auteurs), vous n'avez pas le droit de la modifier ni d'en faire un usage commercial. Lecture, diffusion et exploitation concrète de cette ressource audiovisuelle présuppose que vous ayez accepté les règles juridiques Creative Commons décrites dans la page http://creativecommons.org/licenses/by-nc-nd/2.0/fr/" © GRANGER Justine, Etudiante CFI-L3, INALCO, Paris, France, 2015 © TELHINE Aïda, Etudiante LLCE-L3, INALCO, Paris, France, 2015 © BADANI Yamina, Etudiante CFI-L3, INALCO, Paris, France, 2015 © HALLER Roland, Etudiant LLCE-L3, INALCO, Paris, France, 2015
 

commentaires


Ajouter un commentaire Lire les commentaires
*Les champs suivis d’un astérisque sont obligatoires.

Poret Alain 15/09/2017 00h55

Premières impressions sur le « CHEMIN DES 88 TEMPLES DE SHIKOKU »
Le compostelle Japonais

Konnichiwa Bonjour à tous.


Le 3 novembre 2015 , après 54 jours sur l’île de Shikoku au japon , je suis de retour de ce périple des 88 temples .Le décalage horaire a été laborieux dans sa phase de récupération (je pense que l'age y est pour quelque chose!).

Globalement, tout s'est bien passé.

Sur cette île de Shikoku le dépaysement fut total .La langue et l'écriture, le comportement,la culture,les traditions de ce pays nous plongent dans un univers des plus surprenant.

Le Japonais vit "dans et avec" la religion bouddhiste de Kūkai, plus connu sous le nom de Kōbō-Daishi qui est le saint fondateur de l'école bouddhiste Shingon.

Ceci a fait émerger un raisonnement que je n'avais pas perçu lors de mes précédents voyages "exotiques" - En temps qu'individu on a des racines enfouies au fond de nous qui nous classent dans un type de société .Dans nos contrées , que nous soyons croyant fervent, athée ou simple citoyen ... nous sommes des judéo-chrétiens ! C'est quelque chose d'enfoui dans nos gênes.

Je ne parle toujours pas japonais , ce qui ne m'a pas empêché d'avoir des contacts superbes avec la population qui est toujours dans le sourire,l'amabilité,le respect des autres et de leurs traditions .
Ces comportements m'ont enchanté.
J'ai d'ailleurs marché pendant un mois avec un Henro (nom du pèlerin japonais) très pratiquant , qui ne parlait que japonais et qui était dans son vingtième parcours des 88 temples .Je ne pouvais trouver mieux comme compagnon de marche .Il m'a fait découvrir des endroits réservés aux initiés et m'a mis très rapidement au fait des pratiques courantes de la vie au Japon.

Il n'y a pas eu une journée sans faire de nouvelles rencontres.

Ce chemin, avec ses longs parcours en milieu urbain, a été beaucoup plus rude que Compostelle car les quelques 30% de parties montagneuses sont des plus éprouvantes .J'ai perdu du poids, le peu de graisse superflu a fondu comme neige au soleil ! Mais je suis en pleine forme . Avec les temples secondaires et quelques détours que m'a fait découvrir mon compagnon, ce cheminement s'est étiré sur 1400kms.
Il faut compter de 40 à 45 jours pour faire les 1200kms du parcours pédestre des 88 temples.

La nourriture est à base de poisson,riz,légumes et udon (nouilles).Le poisson cru , tel qu'il est préparé au Japon, est une merveille visuelle et gustative.
L’utilisation des baguettes est un passage obligé (je m'y suis fait assez rapidement).
Le thé vert est dégusté tout au long de la journée .Et il y a de très bonnes bières !

Bilan plutôt positif ... mais physiquement , ce fut RUDE !! Mes chaussures , neuves au départ , n'ont plus de talons dignes de ce nom.

Il me reste des photos , des séquences vidéos .Il va y avoir du travail pour les exploiter.

Bien cher tous , recevez les amitiés d’Alain Poret.


total des dépenses 437800 yen / environ 3500euros soit 65euros par jour
Billet-avion JAL 787,43 euros
Le budget global est d'environ 4300 euros
 

Dans la même collection

 Le cinéma coréen et sa réception en France
 Le tatouage d'inspiration asiatique - Rencontre avec un tatoueur
 LA FABRICATION ARTISANALE DU OUD
 L'aïkido 合気道 l'harmonisation des énergies
 Le tarot divinatoire à Paris
 Paris, maison de la Haute Couture
 Le sport électronique : Une pratique nouvelle génération
 La gastronomie malaisienne pose ses couverts à Paris
 La tunique intemporelle du Vietnam : "Le áo dài"
 Témoignage de la vie paysanne à Velle-sur-Moselle en Lorraine Interview avec mon grand-père
 Le rouleau animé des Dix Rois des enfers chinois - Film d'animation 十殿阎罗 Ten Kings of Hell
 L'INFLUENCE DU JAZZ
 La voie du sabre - kendô 剣道
 La diversité culturelle et linguistique dans la résidence AEPP
 Hansik : L'art gastronomique coréen et ses règles de bienséance
 Taiko : De l'art du tambour
 La Kora : la harpe d’Afrique de l’ouest
 Le Nouvel An Lunaire Coréen - Seollal
 Entretien avec Dramé, couturier malien à Paris
 La danse traditionnelle coréenne vue par une danseuse de Busan
 La vie d'une danseuse indonésienne à Paris : entretien avec Anestesya Primadhini
 A la découverte de la danse traditionnelle coréenne ( 한국무용)
 Le Théâtre Picard "Chés Cabotans d'Amiens"
 Le Ta'arof, l'art de la politesse iranienne
 L'étude et la transmission du chinois à l'Inalco : entretiens au coeur du département "Etudes chinoises"
 L'Art de la Danse Orientale: une tradition à préserver
 Le p'ansori, chant traditionnel coréen
 Le Nian Gao, gâteau du nouvel an chinois
 Entretien sur la pratique d'un art martial indonésien : le Pencak-Silat
 La danse tahitienne en France
 Tangun : personnage historique ou mythique?
 KHAO TOM KHAI - Quelques rituels culinaires bouddhistes
 La calligraphie chinoise
 Les expatriés japonais en France : la sauvegarde de leur patrimoine
 Entretien avec Anup Singh à propos de son film Qissa
 Entretien sur une tradition d'Asie: le nouvel an lunaire à l'INALCO
 Vivre une double culture - Témoignage d'un couple métis
 Enjeux identitaires et esthétiques dans les pratiques de soins aux cheveux crépus en France
 Le kimchi : le plat incontournable des coréens
 Danses classiques indiennes
 Les onomatopées coréennes : une richesse linguistique
 La vie de métissage: Franco-Indonésienne
 La céramique coréenne : Un art traditionnel
 Danse classique khmère - Maison du Cambodge (Cité Universitaire, Paris)
 Meishin - Les superstitions japonaises
 Patrimoine traditionnel et pérennité de la musique Gnawa
 Le Maalouf Tunisien, la musique traditionnelle tunisienne arabe-andalou
 Les catholiques chinois de Paris, métissages culturels et intergénérationnels
FMSH
 
Facebook Twitter Google+
Mon Compte